Israël va commencer à permettre aux parents de soldats israéliens de la communauté éthiopienne qui ont combattu dans la bande de Gaza pendant l’été à immigrer, quelques jours après les manifestations de masse contre le racisme initié par des Éthiopiens israéliens dans les rues de Jérusalem.

Le ministre de l’Intérieur, Gilad Erdan, soutiendra un plan pour permettre à certains membres de la communauté des Falash Mura en Israël à émigrer, a rapporté Kol Israël samedi soir, près de deux ans après la décision de mettre fin aux vols de masse d’immigration depuis l’Ethiopie. Des milliers de membres de la communauté coincés en Afrique.

Erdan demandera au gouvernement de permettre aux proches des combattants à l’opération Bordure protectrice à Gaza d’immigrer en Israël et de recevoir un ensemble de prestations du gouvernement, selon le rapport.

La décision intervient quelques jours après une grande manifestation de membres de la communauté éthiopienne contre la brutalité policière, ayant dégénéré en violence jeudi soir, devant la résidence du Premier ministre.

On ignore combien de personnes Erdan aidera à immigrer.

En avril, les médias israéliens ont rapporté deux cas de soldats éthiopiens qui ont combattu dans des unités d’élite de Tsahal, mais dont les familles n’ont toujours reçu la permission d’immigrer.

Les Falash Mura, descendants des Juifs éthiopiens qui ont été forcés de se convertir au christianisme au 19e siècle, n’étaient pas été inclus dans les premiers vols d’immigration de masse de Juifs éthiopiens dans les années 1990.

En juin 2013, l’Agence juive quasi-gouvernementale a annoncé qu’elle allait mettre fin à l’immigration de masse des Falash Mura, au lieu de les faire venir au cas par cas.

Le ministère de l’Intérieur a reçu environ 4 000 demandes d’immigration pour quelque 20 000 à 40 000 membres de la communauté Falash Mura, selon les rapports médiatiques.

Argaw Tesfaye, un ancien parachutiste des forces spéciales qui a participé aux deux dernières guerres entre Israël et le Hamas à Gaza, a déclaré que l’Etat a promis à sa famille de laisser sa sœur immigrer d’Ethiopie depuis plus d’une décennie.

« Le ministère de l’Intérieur a assuré que [ma sœur] arriverait après nous. Une semaine s’est transformée en deux semaines, puis en un mois, puis en 11 ans », a révélé Tesfaye à la Dixième chaîne en avril.

En réaction au rapport de la Dixième chaîne, le ministère a publié une déclaration le mois dernier, disant que les cas des frères et sœurs de Tesfaye et de son compagnon d’armes Chalachew Mekonen seraient examinés immédiatement.

« Nous apprécions le service et la contribution des deux soldats à la défense de la nation, ils ne peuvent être ignorés, et nous ferons tout notre possible pour les aider », selon la déclaration.

« À cette fin, ministre de l’Intérieur Gilad Erdan a ordonné que leurs demandes soient traitées de toute urgence. Elles seront de nouveau soumises lundi devant le Comité des exceptions [du ministère]. Les membres du comité prendront en compte les contributions des soldats et examineront les demandes favorablement. Le ministre Erdan a précisé que ceux qui servent dans l’armée israélienne et risquent leur vie pour le pays et ses habitants sont en droit, selon lui, de s’unir à leurs familles. »

Justin Jalil et JTA ont contribué à cet article