Israël est prêt à aider les « Etats arabes modérés » menacés par les extrémistes, a déclaré jeudi le chef de la diplomatie israélienne Avigdor Liberman lors d’un entretien à Paris avec son homologue américain John Kerry.

« Les extrémistes qui opèrent actuellement en Irak vont essayer de déstabiliser toute la région du Golfe, en premier lieu le Koweit », a déclaré Liberman dans un communiqué de son cabinet.

« Israël pourrait offrir un soutien efficace et fiable aux Etats arabes modérés en butte aux extrémistes », a-t-il ajouté, sans plus de détails. Les intérêts israéliens convergent avec ceux des nations arabes modérées car « les deux sont confrontés à la menace iranienne, au djihad mondial et à Al-Qaïda, ainsi qu’aux répercussions des conflits syrien et irakien dans les pays voisins », selon le communiqué.

« Aujourd’hui, il y a une base pour créer une nouvelle architecture diplomatique et politique au Moyen Orient », a ajouté M. Liberman.

« Il est important que les pays de la région fassent front commun face à la menace » représentée par l’EIIL (Etat islamique en Irak et au Levant), a pour sa part déclaré M. Kerry, cité par un haut responsable américain.

L’EIIL est le fer de lance d’une insurrection sunnite en Irak, commencée le 10 juin avec la prise de Mossoul, la grande ville du nord du pays, et qui menace le pays de désintégration. Ce groupe djihadiste, également très présent en Syrie, veut établir un califat islamique effaçant les frontières dans les deux pays.

M. Kerry se trouve à Paris pour une série d’entretiens avec des dirigeants du Golfe sur la crise irakienne. Il doit se rendre vendredi en Arabie Saoudite.

Lors de la rencontre, M. Liberman a également remis au secrétaire d’Etat américain un appel des parents des trois étudiants israéliens enlevés le 12 juin en Cisjordanie occupée.