Le président de la Knesset et des législateurs ont déclaré qu’il fallait approuver plus de constructions en Cisjordanie et créer des routes et des infrastructures.

Initiative inhabituelle, d’importants législateurs du parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu l’ont implicitement critiqué pour les constructions limitées en Cisjordanie et l’ont accusé d’avoir échoué à fournir les infrastructures nécessaires pour les implantations.

Le ministre des Transports et des renseignements Yisrael Katz, qui, au début de la semaine, a annoncé qu’il se présenterait à la tête du parti du Likud après le départ de Netanyahu, a qualifié le mouvement pro-implantation de ‘bataille pour Israël’, a rapporté la Deuxième chaîne mardi.

Le leader de la minorité au Sénat Chuck Schumer (démocrate de New York) en amont d'une conférence ce presse à Washington, le 26 septembre 2017. (Crédit : Drew Angerer/Getty Images/AFP)

Le leader de la minorité au Sénat Chuck Schumer (démocrate de New York) en amont d’une conférence de presse à Washington, le 26 septembre 2017. (Crédit : Drew Angerer/Getty Images/AFP)

« Je suis à vos côtés dans cette campagne entière, sur les lignes de front de la terre d’Israël, un front qui a besoin d’être assuré avec le plus grand nombre de constructions possible en Judée et Samarie », a-t-il déclaré, se référant à la Cisjordanie sous son nom biblique.

L’organisme du ministère de la Défense responsable de l’autorisation des constructions au sein des implantations israéliennes en Cisjordanie va avancer des plans prévoyant environ 2 000 nouvelles unités de logement lorsqu’il se réunira la semaine prochaine.

Sur ce chiffre, 1 200 recevront une approbation finale, ce qui représente bien moins que ce que les chefs d’implantations avaient espéré. Des informations avaient antérieurement évoqué 4 000 nouvelles habitations. Les plans ne comprennent pas de routes de contournement, de bâtiments industriels et d’infrastructures, qui ont été pourtant réclamés par les habitants d’implantation.

Le président de la Knesset Yuli Edelstein, issu lui aussi du Likud, a critiqué le manque de nouvelles routes dans les plans de construction et le fait que le gouvernement n’a cessé de reporter ces derniers, a fait savoir la Deuxième chaîne.

« Nous ne cherchons pas le conflit mais nous n’avons également pas peur de nous battre », a-t-il dit. « Il y a eu toutes sortes de promesses de construction de logements et de routes. Et soudain, le moment choisi n’est pas le bon et nous devons attendre encore d’autres développements et autres. Je pense que le moment ne sera jamais le bon si nous ne savons pas ce que nous voulons ».

Yuli Edelstein, président de la Knesset, lors d'un événement au parlement israélien, le 12 juillet 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Yuli Edelstein, président de la Knesset, lors d’un événement au parlement israélien, le 12 juillet 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

« Le gouvernement doit donner une réponse », a-t-il dit. « Il ne peut y avoir ce sentiment, entre partenaires, que des promesses seront susceptibles d’être rompues ».

Un responsable du bureau du Premier ministre a rejeté mardi les critiques formulées par les chefs d’implantation, communiquant des chiffres différents pour les plans qui devraient être approuvés. « Selon l’agenda publié par la Haute-commission de planification, ce sont 3 736 unités de logement qui seront approuvées à des stades variés de planification et de construction », a indiqué le responsable dans un communiqué.

Le responsable a ensuite déclaré que les approbations de construction pour l’année 2017 devraient multiplier par quatre le chiffre de l’année dernière. « Ceux qui affirment que ce n’est pas une amélioration significative trompent l’opinion publique. Ceux qui pensent que les considérations d’ordre politique ne doivent pas être prises en compte se trompent. Personne ne travaille davantage en faveur des implantations, et avec autant de détermination et de sagesse, que le Premier ministre Benjamin Netanyahu », a conclu le responsable.

Haim Katz, député du Likud et ministre des Affaires sociales, pendant la "Likudyada", rassemblement des membres du Likud à Eilat, le 27 janver 2017. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Haim Katz, député du Likud et ministre des Affaires sociales, pendant la « Likudyada », rassemblement des membres du Likud à Eilat, le 27 janver 2017. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Malgré des informations qui évoquent une recrudescence des autorisations, avec 4 000 unités de logement, le nombre exact d’habitations qu’avancera le sous-comité de haute-planification de l’Administration civile durant les réunions de mardi et de mercredi prochain sera de 1 941 — avec seulement 1 196 d’entre eux qui seront soumis à l’approbation finale.

Plusieurs plans de construction figurant sur l’agenda concernent des unités de logement pré-existantes que le gouvernement désire légaliser.

La commission a repoussé ses réunions trimestrielles prévues pendant plusieurs mois pour éviter de déranger l’administration Trump. Elle a publié mercredi son ordre du jour, sur lequel les spéculations sont allées bon train, pour les prochaines sessions.

Au cours d’une rencontre à huis-clos avec les chefs d’implantation à la fin du mois dernier, Netanyahu avait indiqué que son gouvernement devrait approuver plus de 3 000 unités de logement. Il avait ajouté que le président américain Donald Trump était prêt à tolérer un nombre de constructions limitées dans les implantations.

Le Premier ministre avait également ajouté qu’il était parvenu à convaincre l’administration Trump de ne plus faire la distinction entre blocs d’implantation et ce qu’on appelle les implantations isolées, en amenant comme preuve de sa démarche la liste des constructions qui devraient être approuvées et qui comprend des implantations isolées situées de l’autre côté de la barrière de sécurité.

Jacob Magid a contribué à cet article.