La Jordanie refuserait d’accorder des visas d’entrée aux touristes juifs israéliens voyageant seuls, sans guide jordanien, a appris le Times of Israel.

Avinoam Edry, étudiant de 25 ans au Shalem College à Jérusalem, est arrivé mardi au poste-frontière du Jourdain, également appelé pont Sheikh Hussein ou pont Allenby. Il prévoyait un court séjour touristique de cinq jours dans le royaume hachémite.

Edry avait embarqué à bord d’un bus touristique en provenance de Nazareth, conduisant principalement des touristes arabes israéliens en route vers Amman.

Mais après avoir passé le contrôle des passeports, sur le point de passage côté israélien, et s’être acquitté de la taxe de sortie du pays, les autorités compétentes postées à la frontière lui refusent l’entrée sur le territoire.

« Ils nous ont demandé, à un couple juif plus âgé et à moi-même, si nous avions des réservations d’hôtel ou un guide touristique. Ils nous ont informés que nous ne pouvions entrer sur le territoire uniquement avec un groupe organisé et accompagné par un policier jordanien », a déclaré Edry au Times of Israel.

Bien qu’Edry ait présenté au policier sa réservation d’auberge, il est néanmoins rapidement rapatrié côté israélien de la frontière. Les Arabes israéliens à bord du bus ont reçu une autorisation d’entrée, même s’ils ne voyageaient pas en groupe. L’incident aura duré une demi-heure, selon Edry.

« Nous avons été bien traités, mais pas autorisés à entrer », dit-il.

Selon un responsable israélien du poste-frontière du Jourdain, ces incidents sont très communs et ne peuvent être prévus à l’avance.

Pourtant, un responsable posté au point de passage Itzhak Rabin, près d’Eilat, affirme que la Jordanie a introduit une nouvelle réglementation il y a environ un an, interdisant aux touristes israéliens de voyager seuls.

« Il doit y avoir un guide côté jordanien de la frontière », a déclaré le responsable.

Selon Paul Hirschson, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, le ministère n’a pas été informé d’un quelconque changement des conditions d’entrée sur le territoire jordanien.

Une version confirmée par un responsable de l’ambassade de Jordanie à Tel Aviv, qui a préféré s’exprimer sous couvert d’anonymat.

Ce dernier dément l’introduction de toute nouvelle directive et conseille à Edry de se renseigner auprès de l’ambassade.

Les relations diplomatiques entre Israël et la Jordanie, établies depuis 1994, ont été ternies par le meurtre récent d’un juge jordanien au point de passage du pont Allenby le mois dernier.

Plus tôt cette semaine, le gouvernement jordanien a convoqué l’ambassadeur israélien en poste à Amman Daniel Nevo pour protester contre la violence présumée de la police israélienne envers les fidèles palestiniens sur le mont du Temple.