Donald Trump a fait savoir vendredi que « les choses seront différentes à l’ONU » après son arrivée à la Maison Blanche dans un mois, réagissant à l’adoption d’une résolution au Conseil de sécurité contre les implantations dans les Territoires palestiniens.

« Concernant l’ONU, les choses seront différentes après le 20 janvier », a tweeté le président élu des Etats-Unis.

Dans un renversement de leur position habituelle sur ce dossier, les Etats-Unis se sont abstenus au lieu de mettre leur veto. Les 14 autres membres du Conseil ont eux voté en faveur du texte.

Ce texte exhorte Israël à « cesser immédiatement et complètement toute activité de colonisation en territoire palestinien occupé, dont Jérusalem-Est ».

Le vote avait été réclamé par la Nouvelle-Zélande, la Malaisie, le Sénégal et le Venezuela.

Ces quatre pays se sont impliqués après la volte-face du Caire qui avait proposé mercredi soir cette résolution rédigée par les Palestiniens et présentée au nom du groupe arabe à l’ONU. Mais l’Egypte avait demandé jeudi le report du vote initial, après une intervention du président élu américain Donald Trump auprès du président Abdel Fattah al-Sissi.

M. Trump, dont l’une des promesses de campagne est de reconnaître Jérusalem comme « capitale indivisible » d’Israël, avait très vite plaidé pour un veto américain dans une rare prise de position pour un président élu.

« Des responsables israéliens ont pris contact avec des membres de l’équipe de transition de M. Trump pour demander l’aide du président élu », avait affirmé vendredi à l’AFP un responsable israélien sous couvert d’anonymat.