Un prêtre catholique en Slovaquie a suscité l’indignation en accusant les Juifs de la haine qu’ils avaient déclenchée envers eux-mêmes avant la Shoah et a averti que les Tsiganes avaient en quelque sorte pris le relais.

Emil Floris a proféré cette accusation le mois dernier lors d’une cérémonie à Cadca, une ville située à environ 150 km de la capitale Bratislava, commémorant le 70ème anniversaire de l’Insurrection nationale slovaque contre l’Allemagne nazie et le gouvernement collaborationniste.

« De toute l’Europe, ils ont emmené les Juifs vers les camps de concentration. Et savez-vous pourquoi ? Parce qu’il y avait de la haine envers eux. Mais ceux qui sont haïs provoquent bien souvent cette haine eux-mêmes, » a déclaré Floris, selon un site d’informations slovaque.

« Maintenant, il y a des risques pour les populations tsiganes. Et vous savez pourquoi ? En raison de l’abus du système et de la bonté des autres » a-t-il ajouté.

La Fédération des communautés juives de Slovaquie a déclaré dans un communiqué publié sur son site la semaine dernière que la déclaration de Floris « contient des contre-vérités et des clichés antisémites, elle diminue la souffrance du peuple juif à l’époque de la première République slovaque et insulte la mémoire des victimes ».