25 démocrates demandent à Blinken de condamner les expulsions à Sheikh Jarrah
Rechercher

25 démocrates demandent à Blinken de condamner les expulsions à Sheikh Jarrah

Les représentants demandent à l'administration Biden "d'envoyer immédiatement le message diplomatique le plus fort à Israël pour qu'il renonce à ses projets"

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

La police affronte des émeutiers s'insurgeant contre l'expulsion possible de familles palestiniennes dans le quartier Sheikh Jarrah de Jérusalem-Est, le 7 mai 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La police affronte des émeutiers s'insurgeant contre l'expulsion possible de familles palestiniennes dans le quartier Sheikh Jarrah de Jérusalem-Est, le 7 mai 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Vingt-cinq démocrates de la Chambre des représentants ont signé une lettre demandant au secrétaire d’État américain Antony Blinken de condamner les expulsions potentielles de familles palestiniennes à Sheikh Jarrah.

La lettre était coparrainée par Marie Newman, représentante de l’Illinois, et Mark Pocan, représentant du Michigan. Elle a obtenu les signatures des Reps. Pramila Jayapal, Betty McCollum, Rashida Tlaib, Raul Grijalva, Ilhan Omar, Alexandria Ocasio-Cortez, Andre Carson, Jesus « Chuy » Garcia, Cori Bush, Judy Chu, Ayanna Pressley, Bobby Rush, Eddie Bernice Johnson, Gerald Connolly, Jared Huffman, Peter Welch, Judy Chu, Alan Lowenthal, Veronica Escobar, Jackie Speier, Anna Eshoo, Chellie Pingree, Debbie Dingell et Hank Johnson.

Selon Haaretz, la lettre a reçu beaucoup plus de soutien que prévu, alors que des milliers de roquettes sont tirées sur Israël depuis Gaza depuis le début de la semaine.

Les vingt-cinq démocrates de la Chambre des représentants ont signé une lettre demandant instamment au secrétaire d’État américain Antony Blinken de condamner publiquement l’expulsion prévue de Palestiniens de maisons du quartier Sheikh Jarrah de Jérusalem sur des terres revendiquées par des juifs et d’exercer une pression diplomatique sur Israël pour empêcher ces actes.

Le nombre de signataires de la lettre, qui est diffusée depuis près d’une semaine par les représentants Marie Newman et Mark Pocan, est nettement plus élevé que ce que ses auteurs avaient prévu, ce qui reflète la désapprobation croissante des projets d’expulsion au sein du parti démocrate.

« Les familles palestiniennes ont le droit de vivre en sécurité dans leurs maisons. C’est pourquoi j’ai mobilisé mes collègues dans une lettre demandant au département d’État de condamner immédiatement ces actions odieuses du gouvernement israélien contre les familles palestiniennes de Jérusalem-Est. L’Amérique doit défendre les droits de l’Homme partout dans le monde », a dit Newman dans une déclaration.

Dans leur lettre, les démocrates de la Chambre demandent à l’administration Biden « d’envoyer immédiatement le message diplomatique le plus fort à Israël pour qu’il renonce à ses projets ».

Des groupes juifs ultra-nationalistes cherchent à évincer des dizaines de familles palestiniennes de leurs maisons dans le quartier de Jérusalem-Est. L’avis le plus imminent contre quatre familles a déclenché des manifestations de masse à Jérusalem-Est à la fin du mois dernier. La Cour suprême devait tenir une audience sur cette question lundi dernier, mais l’État a décidé de la reporter en raison des risques de violence et de la pression internationale.

Les expulsions à Sheikh Jarrah se fondent en partie sur une loi israélienne de 1970 qui permet aux Juifs de récupérer les terres de Jérusalem-Est qu’ils possédaient avant 1948. Il n’existe pas de loi similaire pour les Palestiniens qui ont perdu leurs maisons, situées dans ce qui est aujourd’hui Israël, pendant la guerre de 1948 et ont fui vers ce qui était alors le territoire contrôlé par la Jordanie. En fait, la Knesset a adopté une loi en 1950 interdisant aux Palestiniens de récupérer les biens perdus pendant cette même guerre.

Selon Ir Amim, un groupe de défense des droits de l’homme de gauche qui se concentre sur Jérusalem, environ 200 familles de Jérusalem-Est sont menacées d’expulsion, et les dossiers avancent lentement dans les instances administratives et les tribunaux israéliens. Environ 70 membres de ces familles vivent à Sheikh Jarrah.

Dans leur lettre, les membres du Congrès s’élèvent également contre les démolitions de maisons palestiniennes par Israël et demandent instamment au gouvernement « d’envoyer des observateurs pour documenter les déplacements forcés de Palestiniens par Israël, y compris des détails sur les unités militaires impliquées dans ces opérations et l’utilisation d’armes américaines à des fins de surveillance et de responsabilité concernant les violations de la loi Leahy et du Arms Export Control Act ».

Ces mesures législatives interdisent l’utilisation de l’aide militaire américaine à des fins autres que l’autodéfense.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...