Israël en guerre - Jour 193

Rechercher

25e semaine de manifestation contre la refonte judiciaire en Israël

Les leaders de la contestation ont menacé d'entreprendre de sérieux blocages si Benjamin Netanyahu allait effectivement de l'avant dans le processus législatif

  • Des gens protestent contre la refonte judiciaire à Tel Aviv, le 24 juin 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
    Des gens protestent contre la refonte judiciaire à Tel Aviv, le 24 juin 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
  • Des Israéliens opposés à la refonte judiciaire prévue par le gouvernement bloquent l'autoroute Ayalon, à Tel Aviv, le 24 juin 2023 (Crédit : Lior Segev)
    Des Israéliens opposés à la refonte judiciaire prévue par le gouvernement bloquent l'autoroute Ayalon, à Tel Aviv, le 24 juin 2023 (Crédit : Lior Segev)
  • Des gens protestent contre la refonte judiciaire à Tel Aviv, le 24 juin 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
    Des gens protestent contre la refonte judiciaire à Tel Aviv, le 24 juin 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
  • Des gens protestent contre la refonte judiciaire à Tel Aviv, le 24 juin 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
    Des gens protestent contre la refonte judiciaire à Tel Aviv, le 24 juin 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
  • Des gens protestent contre la refonte judiciaire à Tel Aviv, le 24 juin 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
    Des gens protestent contre la refonte judiciaire à Tel Aviv, le 24 juin 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Les Israéliens sont descendus de nouveau samedi soir dans la rue pour protester contre la réforme judiciaire voulue par le gouvernement, quelques jours après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a promis de faire avancer ce projet controversé.

A Tel-Aviv, les manifestants se sont rassemblés comme chaque semaine depuis plusieurs mois, brandissant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « Israël brûle » et traitant Netanyahu d’ « ennemi de la démocratie ». Plusieurs dizaines de manifestations ont bloqué l’autoroute Ayalon à la fin de la manifestation officielle, entraînant des affrontements avec la police.

Bien qu’aucun chiffre de participation n’ait été communiqué dans l’immédiat, les manifestations hebdomadaires ont régulièrement rassemblé des dizaines de milliers de personnes.

Depuis janvier, les manifestants protestent contre la réforme du gouvernement, l’un des plus à droite de l’histoire d’Israël, qui vise selon ses partisans à rééquilibrer les pouvoirs en diminuant les prérogatives de la Cour suprême, que l’exécutif juge politisée, au profit du Parlement.

Des gens protestent contre la refonte judiciaire à Tel Aviv, le 24 juin 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Les détracteurs de la réforme estiment au contraire qu’elle risque d’ouvrir la voie à une dérive illibérale ou autoritaire.

Netanyahu a annoncé fin mars une « pause » dans le projet pour donner une « chance […] au dialogue », mais a promis le 18 juin de faire avancer les travaux sur le projet de refonte qui divise profondément le pays.

« Nous nous réunirons cette semaine et commencerons les mesures pratiques », avait déclaré Netanyahu, sans fournir davantage de détails.

L’annonce du Premier ministre est intervenue quelques jours après l’annonce par les deux principaux représentants de l’opposition israélienne, Yaïr Lapid et Benny Gantz, de la suspension de leur participation aux pourparlers.

Lapid avait alors accusé Netanyahu « de faire croire qu’il était ouvert à la discussion ».

Le chef du Likud, Benjamin Netanyahu, le 2 novembre 2022 (à gauche) ; le premier ministre sortant, Yair Lapid, à Tel-Aviv, le 18 octobre 2022. (Crédits : Tsafrir Abayov AP ; Avshalom Sassoni/Flash90)

Les organisateurs de la manifestation ont menacé d’intensifier leurs actions si le gouvernement allait effectivement de l’avant avec la législation. Selon la Douzième chaîne, cela pourrait inclure le blocage de l’accès à l’aéroport Ben Gurion et à Jérusalem et l’arrêt de la circulation sur l’autoroute Ayalon de Tel Aviv, entre autres actions.

S’exprimant à Tel-Aviv, l’ancien Premier ministre Ehud Barak a déclaré : « Nous sommes à une nouvelle étape de la lutte… le blitz initial de la législation a été bloqué par les manifestations – bloqué mais pas vaincu. Maintenant, en apprenant les leçons de la défaite, cela nous revient à la manière d’un salami », a-t-il déclaré, en utilisant la terminologie que les critiques de la refonte emploient souvent pour évoquer l’image d’une refonte progressive et rampante, une tranche législative à la fois.

« J’appelle chaque citoyen à se préparer à l’épreuve de désobéissance non violente. C’est une méthode légitime pour les citoyens afin de protester. Elle a réussi à plusieurs reprises, en Inde, aux États-Unis, en Serbie et ailleurs. »

À Kfar Saba, le chef du parti HaMahane HaMamlahti, Gantz, a lui déclaré : « Netanyahu s’est rendu aux extrémistes et a décidé de faire avancer le coup d’État de façon unilatérale. Il découvrira qu’il ne dispose pas de la majorité du peuple, qu’il n’a pas de majorité à la Knesset, et il échouera à nouveau. Je remercie toutes les personnes qui font preuve de détermination et se dévouent encore et encore pour le pays. Nous continuerons à nous battre avec vous et pour tous les citoyens d’Israël. »

Cette semaine, la coalition a subi un coup dur dans ses efforts pour s’octroyer un plus grand contrôle du Comité de sélection des juges, avec l’élection à la tête de l’Association du barreau d’Israël (IBA) du fervent opposant à la refonte judiciaire, Amit Becher. Becher a remporté une nette victoire sur le candidat favori de la coalition et personnage très controversé, Efi Nave.

Becher déterminera les deux représentants de l’IBA qui feront partie du comité de sélection clé composé de neuf membres, qui sélectionne tous les juges des tribunaux d’Israël, y compris ceux de la Cour suprême.

Mais ce n’est pas sûr que le ministre de la Justice Yariv Levin convoquera le comité sous sa forme actuelle puisque la coalition n’aura le soutien que de trois membres du panel.

Becher, s’exprimant lors du rassemblement de Tel-Aviv, a déclaré : « Ceux qui ont vu la détermination des avocats [pour s’assurer que Nave ne soit pas élu] doivent comprendre ce message tonitruant. Il n’y a aucune légitimité en Israël pour changer le système de gouvernement. Il n’y a aucune légitimité en Israël pour nuire à l’indépendance du système judiciaire. »

« Le peuple démocratique, la majorité qui ne se tait plus, se battra pour notre démocratie – combattra et gagnera gros. »

Le chef intérimaire de l’Association du barreau israélien, Amit Becher, participe à une manifestation contre les projets de réforme judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 17 juin 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Shikma Bressler, l’une des dirigeantes des manifestations, s’est prononcée contre les multiples cas de violence des résidents des implantations envers les Palestiniens ces derniers jours, que les chefs de la sécurité – armée, Shin Bet et police – ont qualifiés samedi de « terrorisme nationaliste ».

« Une série de terribles attentats terroristes [palestiniens] ont conduit [Simcha] Rothman, [Bezalel] Smotrich et [Itamar] Ben Gvir à soutenir des crimes contre des innocents et à incendier des villages avec leurs habitants », a-t-elle déclaré. « Nous sommes ici pour dire clairement à quiconque pourrait être confus à ce sujet – la suprématie juive est du fascisme, et les pogroms juifs sont des pogroms… »

Un feu de champ lors d’affrontements entre Palestiniens et implantations près du village palestinien de Qusra en Cisjordanie, le 22 juin 2023. (Crédit : Flash90)

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.