Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

4 meurtres dans la communauté arabe en une journée, aucun signe de ralentissement

Lors d’événements distincts, des hommes ont été abattus à Kafr Qara, Shfaram, Ara et Nazareth ; 121 homicides dans la communauté arabe depuis le début de l’année

Illustration : La police enquêtant sur un meurtre, à Shfaram, le 28 juin 2023. (Crédit : FLASH90)
Illustration : La police enquêtant sur un meurtre, à Shfaram, le 28 juin 2023. (Crédit : FLASH90)

Quatre membres de la communauté arabe ont été tués dans plusieurs fusillades mercredi, l’une des journées les plus meurtrières d’une vague d’homicides communautaires qui a déjà fait plus de victimes depuis le début de l’année que pendant toute l’année 2022.

Les fusillades ont commencé à Kafr Qara avec le meurtre d’Alaa Knaanah, 30 ans, un habitant de la ville de Haïfa, dans le nord du pays.

Plus tard, Amir Wani, 39 ans, a été abattu à Shfaram. Yosef Abu Halel, 54 ans, a été abattu à Ara, et à Nazareth, Abd al-Kader Ouaisi, 23 ans, a été abattu.

La police israélienne aurait estimé que tous ces meurtres sont liés au crime organisé.

La police pense que Ouaisi a été tué dans le cadre d’une querelle foncière qui a déjà coûté la vie à plusieurs personnes. Ouaisi est le neveu du maire adjoint de Nazareth, Mahmoud Ouiasi, dont le propre fils a été abattu plus tôt cette année.

Abd al-Kader Ouaisi a été amené mercredi dans un état critique à l’hôpital EMMS de la ville, où son décès a été prononcé.

Lorsque sa mort a été annoncée, les membres de sa famille présents à l’hôpital ont commencé à se révolter, causant des dommages importants aux urgences et à l’ambulance qui l’a amené, a rapporté la Treizième chaîne.

Selon The Abraham Initiatives, une organisation à but non lucratif qui recense les crimes violents dans la communauté arabe, ces meurtres ont porté à 121 le nombre de membres de la communauté arabe décédés dans des crimes violents depuis le début de l’année. En 2022, 116 Arabes israéliens avaient été victimes d’homicides en tout.

Parmi les personnes tuées jusqu’à présent en 2023, 109 ont été abattues, a indiqué l’organisation dans un communiqué.

Mardi, la mort par balle d’un dentiste, devant son domicile de Jatt, dans le nord du pays, a fait de l’année 2023 une année particulièrement meurtrière, avec un nombre d’homicides d’ores et déjà supérieur à celui de toute l’année 2022.

https://twitter.com/Israel1Il/status/1679185020894707729

Le député et chef du parti islamiste Raam, Mansour Abbas, a critiqué le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu, affirmant qu’il ne faisait rien pour mettre fin à la criminalité dans la communauté arabe.

« Quatre meurtres aujourd’hui, 120 depuis le début de l’année », a-t-il déclaré. « Plusieurs centaines de blessés, des milliers de familles ruinées et toute une communauté abandonnée au crime organisé. »

« Pas une seule décision ou mesure significative n’a été prise depuis la mise en place du gouvernement », a déploré Abbas.

Le chef du parti Raam, Mansour Abbas, dirigeant la réunion de sa faction à la Knesset, le 12 juin 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Merci au gouvernement d’Israël, bravo à Netanyahu. La nomination réussie du ministre de la Sécurité nationale a rétabli l’ordre et apporté la gouvernance et la confiance en soi aux organisations criminelles », a-t-il ironisé.

Le chef du parti d’opposition HaMahane HaMamlahti, le député Benny Gantz, a critiqué la politique du gouvernement, affirmant dans un communiqué qu’elle « nuisait à la capacité de faire face au fléau de la violence et au manque de gouvernance ».

« Au lieu de lutter contre la criminalité et de sauver des vies humaines – ce gouvernement combat les manifestants et le système judiciaire », a déclaré Gantz en faisant référence aux protestations contre les efforts controversés de la coalition pour réformer le système judiciaire, les protestations de masse contre le plan et la gestion policière des manifestations.

Il a déclaré que son parti présentera, dans les semaines à venir, des projets de loi pour lutter contre la criminalité.

« Une calamité nationale ne se surmonte pas avec des mots, mais avec des actions », a déclaré Gantz.

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, un député d’extrême-droite qui a fait campagne sur des promesses de renforcement de la sécurité publique, est resté largement silencieux face à la montée en flèche de la criminalité.

De nombreux dirigeants communautaires critiquent la police, selon eux impuissante à réprimer les organisations criminelles et souvent aveugle aux violences, qu’elles soient familiales, mafieuses ou de genre. Les communautés ont également souffert d’années de négligence de la part des autorités et de discrimination de la part des bureaux gouvernementaux.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.