5 Arabes israéliens emprisonnés pour avoir tenté de rejoindre l’Etat islamique
Rechercher

5 Arabes israéliens emprisonnés pour avoir tenté de rejoindre l’Etat islamique

Ils ont avoué avoir juré allégeance au groupe et planifié des attaques contre des civils en Israël

Une cellule d'Israéliens soupçonnés d'avoir rejoint l'Etat islamique. De droite à gauche puis de bas en haut : Alah Abu Salah, Fadi Bashir, Khaled abu Salah, Muhammad abu Salah, Adnan Ala a-Din, Karim abu Salah et Husam Marisat, (Crédits : Shin Bet)
Une cellule d'Israéliens soupçonnés d'avoir rejoint l'Etat islamique. De droite à gauche puis de bas en haut : Alah Abu Salah, Fadi Bashir, Khaled abu Salah, Muhammad abu Salah, Adnan Ala a-Din, Karim abu Salah et Husam Marisat, (Crédits : Shin Bet)

Cinq Arabes, originaires du nord d’Israël, ont été condamnés à une peine de prison jeudi pour avoir rejoint l’Etat islamique et planifié des attaques en Israël au nom du groupe terroriste.

Karim Abu Salah, 22 ans, a été condamné à six ans de prison ; son frère Sharif, 30 ans, trois ; Husam Marisat, 31 ans, quatre ans et demi, Fadi Bashir, 30 ans, une peine de trois ans, et Muhammad Abu Salah, 29 ans, à deux ans et demi.

Les hommes ont tous avoué dans le cadre d’une négociation de la durée de la peine, selon les documents du tribunal.

Les cinq faisaient partie d’un groupe de sept hommes, arrêtés fin 2014 pour avoir juré allégeance à l’organisation jihadiste et prévu des attaques en Israël, notamment contre la minorité arabe druze, expliquait à l’époque le service de sécurité du Shin Bet.

Le personnage central de cette cellule de Galilée a été identifié comme Adnan Ala a-Din, un avocat de 40 ans vivant à Nazareth qui, selon les accusations du Shin Bet, s’est présenté aux autres membres du groupe comme « un officier supérieur de l’Etat islamique en Palestine ».

A-Din, qui attend encore son verdict, a répandu l’idéologie islamique parmi les autres membres du groupe, a fortement soutenu l’idée d’attaques terroristes contre des civils israéliens, et a poussé les apprentis jihadistes à égorger des moutons pour les endurcir et « préparer leurs âmes » à la rigueur du jihad.

Une autre figure centrale était Karim Abu Salah, de Sakhnin, qui a été arrêté en juin 2014 à l’aéroport Ben Gurion, en route vers la Syrie. Depuis sa prison, affirme le Shin Bet, Abu Salah a cherché à organiser des frappes contre des cibles militaires israéliennes et contre les citoyens druzes d’Israël.

Un médecin arabe israélien, Musa Abu Kush, qui a été arrêté le 20 novembre 2014 avant de partir en Syrie combattre aux côtés de l'Etat islamique. (Crédit : autorisation du Shin Bet)
Un médecin arabe israélien, Musa Abu Kush, qui a été arrêté le 20 novembre 2014 avant de partir en Syrie combattre aux côtés de l’Etat islamique. (Crédit : autorisation du Shin Bet)

Le groupe se réunissait régulièrement pour des cours de religion, étudiant sous la direction d’un leader religieux non identifié dans le nord d’Israël, et maintenant des contacts avec des combattants de l’Etat islamique en Syrie, notamment plusieurs citoyens arabes israéliens.

Ces dernières années, le nombre de volontaires palestiniens et arabes israéliens ont augmenté dans les rangs des groupes rebelles syriens. Le Shin Bet pense que plus de 40 Arabes israéliens ont rejoint l’Etat islamique depuis 2014.

Les autorités israéliennes ont arrêté à de nombreuses reprises de telles recrues.

En juillet, deux Arabes du nord d’Israël ont été condamnés pour soutien à l’Etat islamique, chacun prévoyant, séparément, de rejoindre le groupe jihadiste en Syrie. Quelques jours plus tard, une Arabe israélienne, mère de cinq enfants, a été condamnée à 22 mois de prison pour tentative de rejoindre le groupe, dans l’optique d’enseigner l’idéologie jihadiste.

De même, en mai, Hamis Salameh, 21 ans, de Ramle, recevait une peine de 18 mois de prison pour avoir essayé de rejoinder l’Etat islamique en Syrie.

En avril, Amin Snobar, 24 ans, vivant à Kafr Yasif en Haute Galilée, était condamné à cinq ans de prison après avoir s’être rendu en Syrie pour rejoindre le Front al-Nosra et combattre le régime de Bachar al-Assad.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...