Ripostes israéliennes après 5 projectiles tirés de Gaza sur Israël
Rechercher

Ripostes israéliennes après 5 projectiles tirés de Gaza sur Israël

Le Hamas avait promis de venger la mort de deux adolescents palestiniens qui auraient été tués vendredi lors de violentes émeutes le long de la barrière avec Gaza

Une photo prise dans la ville de Gaza le 5 mai 2019 montre des tirs de roquettes sur Israël. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Une photo prise dans la ville de Gaza le 5 mai 2019 montre des tirs de roquettes sur Israël. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Les tirs de nouveaux projectiles ont déclenché les sirènes dans les communautés israéliennes le long de la frontière avec Gaza tard vendredi soir après une série d’affrontements meurtriers le long de la barrière dans la journée.

Les forces de défense israéliennes ont déclaré avoir identifié cinq projectiles ayant atterri sur le sol israélien. Il n’était pas clair si les projectiles étaient des roquettes ou des obus de mortier.

Des avions israéliens ont attaqué plusieurs cibles militaires appartenant au groupe terroriste du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, a annoncé l’armée israélienne dans un communiqué.

Les alarmes se sont déclenchées à Sdérot et dans la communauté d’Ibim et dans le kibboutz d’Or Haner.

Selon le site d’information Ynet, une roquette aurait touché une zone dégagée à l’extérieur de Sdérot et aurait déclenché un petit incendie.

Une caméra de sécurité aurait filmé une explosion à Sdérot où l’on voit au loin des habitants de la ville arrêter leur voiture pour se mettre à l’abri.

Ces informations surviendraient quelques heures après que deux adolescents palestiniens auraient été tués lors de violents affrontements avec des troupes israéliennes le long de la barrière avec la bande de Gaza et Israël, des affrontements que l’armée israélienne avait qualifiés d’émeutes « particulièrement violentes ».

Le ministère de la Santé dirigé par le groupe terroriste du Hamas a identifié l’une des personnes tuées comme étant Ali al Ashqar, âgé de 17 ans. Le Hamas a déclaré qu’il avait reçu une balle dans la nuque au nord de la bande de Gaza. Un deuxième adolescent aurait été blessé par balle dans l’estomac à Gaza, a précisé le ministère. Il a ensuite été identifié comme étant Khaled al-Rabaee, 14 ans.

L’armée israélienne n’a pas fait de commentaires immédiats sur ces morts, mais a indiqué que quelque 6 200 Palestiniens avaient pris part aux centaines d’émeutes hebdomadaires.

Les émeutes ont été particulièrement violentes et ont notamment consisté à lancer un grand nombre d’engins explosifs, de grenades à main et de bombes incendiaires sur la barrière et les soldats de Tsahal », a déclaré l’armée, ajoutant que de nombreuses tentatives pour endommager la barrière frontalière avaient eu cours.

Au cours des affrontements, les soldats israéliens ont arrêté deux Palestiniens non armées qui tentaient d’entrer en Israël depuis le nord de Gaza, a annoncé l’armée israélienne.

Un porte-parole du Hamas a accusé Israël de la mort des deux Palestiniens et avait prévenu d’une éventuelle réaction.

« Israël assumera les conséquences de ce crime », avait déclaré Hazem Qassem, selon Kan.

Le Coordonnateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, a pris la parole lors des manifestations vendredi, critiquant Israël pour le meurtre des deux émeutiers sur Twitter.

« Deux adolescents palestiniens tués aujourd’hui lors des manifestations #Gaza. Épouvantable! Israël doit adapter son recours à la force, n’utiliser la force meurtrière qu’en dernier recours, et uniquement en réponse à une menace imminente de mort ou de blessures graves. Les manifestations doivent être pacifiques Le cycle de la violence doit cesser », a écrit Mladenov.

Les affrontements meurtriers surviennent quelques jours après la levée des restrictions imposées par Israël sur les livraisons de carburant à Gaza, une semaine après les avoir réduites de moitié, suite à des tirs de roquettes et de mortier dans l’enclave côtière.

Israël réagit aux violences par des frappes aériennes à Gaza contre des cibles du Hamas, conformément à sa politique consistant à tenir le groupe terroriste responsable de toute attaque émanant du territoire placé sous son contrôle.

Depuis le début des émeutes à la barrière avec Gaza l’année dernière, Israël a pris de façon intermittente un certain nombre de mesures pour enrayer les violences sur l’enclave côtière, telles que la fermeture des points de passage, la réduction des expéditions de carburant et la réduction de la zone de pêche autorisée au large de la côte. Après une certaine accalmie, l’État hébreu a annulé de tels mouvements à la suite d’une diminution de la violence.

L’ONU et des responsables égyptiens ont négocié il y a plusieurs mois un accord visant à mettre fin à plusieurs flambées de violence entre Israël et le Hamas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...