50 000 poulets brûlés lors d’un incendie criminel présumé dans le nord d’Israël
Rechercher

50 000 poulets brûlés lors d’un incendie criminel présumé dans le nord d’Israël

Des députés dénoncent un "terrorisme agricole" alors que la police ouvre une enquête sur l'incendie de 4 coopératives en Galilée

Capture d'écran d'une vidéo du 5 octobre 2018, après un présumé incendie criminel dans le moshav israélien du nord de Bethléem en Galilée, au cours duquel 50 000 poulets ont été brûlés vifs. (Capture d'écran: Twitter)
Capture d'écran d'une vidéo du 5 octobre 2018, après un présumé incendie criminel dans le moshav israélien du nord de Bethléem en Galilée, au cours duquel 50 000 poulets ont été brûlés vifs. (Capture d'écran: Twitter)

Quelque 50 000 poulets ont été brûlés vifs vendredi matin dans un incendie criminel présumé qui a visé une communauté agricole du nord d’Israël.

Quatre poulaillers à Bethléem en Galilée ont été incendiés, ce qui a causé des dégâts estimés à 4 millions de shekels (plus de 900 000 euros), selon le site d’information Walla.

La police a ouvert une enquête sur cet incendie criminel présumé.

Un certain nombre de députés israéliens ont envoyé des messages de soutien à Bethléem et au résident de la coopérative qui était propriétaire des poulaillers.

«C’est un incendie volontaire qui démontre une violence agricole parmi les pires jamais vues», a écrit sur Twitter le député de l’Union sioniste Eitan Broshi, ancien chef du conseil régional de la vallée de Jézreel, où se trouve la coopérative.

Sharren Haskel, membre du Likoud, a également condamné l’incident et a appelé l’agence de sécurité du Shin Bet à créer une unité chargée de « lutter contre le » terrorisme agricole « .

«Nous ne pouvons pas attendre qu’une vie humaine soit touchée”, a-t-elle tweeté.

Les médias israéliens ont utilisé le terme de « terrorisme agricole » pour décrire des attaques présumées contre des fermes et du matériel agricole, bien que le motif, nationaliste ou criminel, ‘n’a pas encore été déterminé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...