Rechercher

À Ankara, Lapid salue la coopération sécuritaire avec la Turquie

Le ministre des Affaires étrangères a remercié les dirigeants turcs de leur coopération qui a permis de sauver la vie de touristes israéliens

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, à droite, et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid s'adressent aux médias après leurs entretiens, à Ankara, en Turquie, le jeudi 23 juin 2022. (Crédit: AP/Burhan Ozbilici)
Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, à droite, et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid s'adressent aux médias après leurs entretiens, à Ankara, en Turquie, le jeudi 23 juin 2022. (Crédit: AP/Burhan Ozbilici)

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a salué la coopération en matière de sécurité avec la Turquie, qui a permis de déjouer un complot iranien visant à enlever ou tuer des ressortissants israéliens à Istanbul, alors qu’il rencontrait jeudi son homologue à Ankara pour des entretiens de haut niveau visant à cimenter le rapprochement des deux pays.

Aux côtés du ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, après des entretiens dans la capitale turque, Lapid a déclaré qu’Israël était confiant dans le fait qu’Ankara « savait comment répondre aux Iraniens » à la suite des tentatives actuelles de nuire aux touristes israéliens sur le sol turc.

« La vie de citoyens israéliens a été sauvée grâce à la coopération sécuritaire et diplomatique entre Israël et la Turkiye », a déclaré Lapid, en utilisant le nouveau nom officiel du pays.

« L’Iran est derrière ces tentatives d’attaques terroristes », a déclaré Lapid. « Les renseignements ne laissent aucun doute à ce sujet. »

« Israël ne restera pas les bras croisés face à des tentatives de nuire à ses citoyens en Israël et dans le monde », a-t-il promis, s’exprimant en anglais.

Pendant son séjour à Ankara, Lapid aurait également rencontré Hakan Fidan, le chef de l’Organisation nationale du renseignement de Turquie, considéré comme un proche du président Recep Tayyip Erdogan. Selon les médias israéliens, les deux hommes ont discuté des efforts à déployer pour contrecarrer les plans d’attaque iraniens présumés.

Plus tôt dans la journée de jeudi, les médias turcs ont rapporté que les forces de sécurité du pays avaient arrêté plusieurs personnes qui travailleraient pour une cellule de renseignement iranienne qui prévoyait d’assassiner ou d’enlever des touristes israéliens à Istanbul.

Les autorités turques arrêtent une cellule iranienne présumée qui cherchait à cibler des Israéliens à Istanbul, le 23 juin 2022. (Crédit : Capture d’écran/CNN Turquie)

La nouvelle de l’arrestation, et la visite de Lapid, sont survenues quelques semaines après qu’Israël a ordonné à ses citoyens de quitter immédiatement Istanbul, mettant en garde contre un projet d’attaque iranien imminent visant les Israéliens en Turquie.

S’exprimant avant Lapid, Cavusoglu a promis que la Turquie ne permettrait jamais à l’Iran de mener des attaques sur son sol.

« Nous ne pourrons jamais permettre et nous ne permettrons jamais que de telles choses se déroulent dans notre pays », a-t-il déclaré.

Lapid a remercié la Turquie pour la coordination et a déclaré que les deux parties avaient pour objectif d’abaisser le niveau d’alerte pour les touristes israéliens avant la haute saison estivale.

L’avertissement avait mis à rude épreuve les liens récemment renoués, Ankara s’irritant d’être dépeinte comme une destination touristique dangereuse dans les médias internationaux. La Turquie a été une destination de choix pour les touristes israéliens dans le passé et Ankara a cherché à revigorer le secteur alors que les liens se recréent.

Lapid a déclaré qu’il était crucial que les deux parties terminent le processus permettant aux compagnies aériennes israéliennes de voler à nouveau vers la Turquie, comme discuté lors de la visite de Cavusoglu en Israël en mai.

« L’année dernière, les relations entre Israël et la Turquie ont beaucoup progressé », a déclaré Lapid. « Nous avons commencé à tenir des discussions sur le retour des ambassadeurs dans un avenir proche, et sur l’amélioration de notre dialogue économique et politique. »

« J’espère que nous achèverons ces étapes très bientôt. »

Le président turc Recep Tayyip Erdogan prend la parole lors d’un rassemblement pro-palestinien à Istanbul, le 18 mai 2018. (Crédit : AFP Photo/Ozan Kose)

S’exprimant en turc par l’intermédiaire d’un traducteur, Cavusoglu a déclaré que les visites diplomatiques se poursuivraient des deux cotés, promettant que le processus aboutirait au retour des ambassadeurs.

Des réunions commerciales auront lieu en juillet et en septembre, a révélé Cavusoglu.

« Nous aimerions également poursuivre notre dialogue dans le domaine de l’énergie », a-t-il souligné, faisant référence aux importantes découvertes de gaz qui ont transformé la Méditerranée orientale. Israël s’est allié en matière de distribution d’énergie avec les rivaux de la Turquie, la Grèce et Chypre.

La Turquie et Israël étaient autrefois de proches alliés, mais les relations se sont tendues sous le règne d’Erdogan, qui critique vivement la politique israélienne à l’égard des Palestiniens. Le soutien de la Turquie au groupe terroriste islamique du Hamas a provoqué la colère d’Israël.

Les deux pays ont retiré leurs ambassadeurs en 2010, après que des unités de Tsahal ont pris d’assaut une flottille destinée à Gaza, déclenchant une mêlée qui a fait 10 morts parmi des ressortissants turcs et un certain nombre de blessés graves parmi les soldats israéliens.

Bien que Lapid ait évité le sujet dans sa déclaration, Cavusoglu a déclaré que la question israélo-palestinienne avait été abordée lors de leur rencontre. « Nous avons exprimé nos attentes et nos sensibilités, et la partie israélienne les connaît très bien », a-t-il déclaré, soulignant le soutien d’Ankara à une solution à deux États et la nécessité d’éviter « les mesures qui nuiraient au processus de paix ».

Les deux diplomates ont également discuté de l’importation de fruits turcs en Israël et de la coopération dans la lutte contre les incendies de forêt.

Cavusoglu a souhaité à Lapid de réussir dans ses fonctions de Premier ministre, un rôle qu’il devrait prendre dans le courant de la semaine prochaine. Il a décidé de ne pas annuler son voyage malgré l’agitation politique dans son pays et était attendu en Israël jeudi soir.

Lundi, le Premier ministre sortant Naftali Bennett a déclaré qu’Israël « travaillait en étroite collaboration avec les responsables turcs pour contrecarrer les tentatives de frapper des Israéliens et des Juifs », ajoutant que « la coopération entre la Turquie et Israël est étroite et s’effectue à tous les niveaux ».

Ces dernières semaines, Israël a lancé une série d’avertissements sévères et répétés aux voyageurs israéliens pour qu’ils évitent de se rendre en Turquie et a déclaré avoir déjoué des tentatives d’attentats avec l’aide des autorités turques.

Un officier de police turc marchant devant la Mosquée bleue à Istanbul, le 14 juin 2022. (Crédit : Yasin Akgul/AFP)

Il y aurait actuellement quelque 2 000 Israéliens en Turquie. Dimanche, la Douzième chaîne a rapporté que moins d’Israéliens se dirigeaient vers le pays, sans fournir de chiffres actualisés ni de sources.

Cet avertissement fait suite à des informations indiquant que les Iraniens préparaient des attaques depuis des mois, apparemment pour se venger des meurtres d’officiers supérieurs et d’autres individus imputés à Israël.

Fin mai, Hassan Sayyad Khodaï, officier supérieur du Corps des gardiens de la révolution islamique, a été abattu devant son domicile à Téhéran. Un responsable anonyme des services de renseignement américains a déclaré au New York Times qu’Israël avait dit à Washington qu’il était l’auteur de l’attaque, ce qu’Israël n’a pas confirmé.

Le colonel Khodaï est la figure la plus importante dont le meurtre sur le sol iranien a été annoncé par Téhéran depuis celui du physicien nucléaire Mohsen Fakhrizadeh, tué en novembre 2020 près de la capitale dans une attaque contre son convoi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...