Israël en guerre - Jour 260

Rechercher

À la Grande synagogue de Paris, solidarité autour des familles des otages

L'affluence est telle, à la Grande synagogue, que l'étage a été ouvert ; une femme a témoigné être venue seule : ses amis, qui devaient l'accompagner, "ont eu peur"

Des membres de la communauté juive et des proches des otages (au premier rang) à un événement appelant à la libération des otages détenus par les groupes terroristes de Gaza depuis l'attaque du 7 octobre, à la Grande synagogue de la Victoire, à Paris, le 31 octobre 2023. (Crédit : Miguel MEDINA / AFP)
Des membres de la communauté juive et des proches des otages (au premier rang) à un événement appelant à la libération des otages détenus par les groupes terroristes de Gaza depuis l'attaque du 7 octobre, à la Grande synagogue de la Victoire, à Paris, le 31 octobre 2023. (Crédit : Miguel MEDINA / AFP)

Une soirée de « mobilisation » et de « solidarité » : plus de 500 personnes étaient réunies mardi soir dans la Grande synagogue de la Victoire, lieu emblématique de la communauté juive à Paris, pour entendre les témoignages de familles d’otages du Hamas.

« C’est une tragédie qui nous réunit ce soir », a déclaré au début de la cérémonie l’ambassadeur d’Israël à Paris, Raphaël Morav, exhortant à « la libération de tous les otages du Hamas, sans conditions ». « L’urgence vitale est l’accès de la Croix-rouge » à ces 240 otages, a-t-il ajouté, une demande récurrente au cours de la soirée.

L’affluence est telle, à la Grande synagogue, que l’étage a été ouvert. Des avis de recherche sont placardés sur les piliers du bâtiment, en écho aux témoignages qui se succèdent au micro, livrés par plusieurs proches d’otages, reçus dans la journée à l’Assemblée nationale.

« Mon frère n’a que 27 ans, et tout ce qu’il a fait est d’aller à une soirée », la rave-party dans le désert où il a été enlevé le 7 octobre, raconte Daniel Toledano.

Adva Gutman, sœur d’un otage de la rave party lors d’un événement appelant à la libération des otages détenus par les groupes terroristes de Gaza depuis l’attaque du 7 octobre, à la Grande synagogue de la Victoire, à Paris, le 31 octobre 2023. (Crédit : Miguel MEDINA / AFP)

« Ne rien savoir pendant tellement de temps, c’est peut-être pire que de le savoir mort. Nous sommes venus changer ce que nous entendons de l’opinion publique française. Alors restez à nos côtés et aidez-nous à libérer tous les otages », a-t-il lancé au public, qui l’a applaudi debout.

« Nous n’avons plus de larmes, nos yeux sont secs, nous sommes vidés, trois semaines après. Je ne demande qu’une chose, qu’ils reviennent », implore Ayelet Sella, dont sept cousins ont été enlevés dans le kibboutz de Beeri.

« Nous n’aurons pas de réel repos tant que nous n’aurons pas la libération de tous nos frères. L’antisémitisme ne nous fera pas reculer, l’indifférence ne nous fera pas reculer », a ajouté Samuel Lejoyeux, le président de l’Union des étudiants juifs de France, qui organise des opérations de collage des photos d’otages dans Paris.

Devant un public grave et recueilli, les orateurs égrènent la litanie des actes du Hamas dans les kibboutz lors de l’attaque sanglante du 7 octobre, dénonçant « le mal absolu » et « les atrocités terroristes » des attaquants.

Des portraits d’otages enlevés par des groupes terroristes de Gaza lors de l’attaque du 7 octobre et actuellement détenus dans la bande de Gaza, sur des chaises lors d’un événement appelant à leur libération à la Grande synagogue de la Victoire, à Paris, le 31 octobre 2023. (Crédit : Miguel MEDINA / AFP)

L’attaque sanglante du 7 octobre et le conflit a fait plus de 1 400 victimes israéliennes, essentiellement des civils, selon les autorités.

Joël Mergui, le président du Consistoire de Paris, avait ouvert la cérémonie par ces mots : « Aujourd’hui, on est dans un véritable tournant de l’Histoire ». Et « la vague d’antisémitisme atteint des sommets dans le monde », s’est-il inquiété, quelques heures après la découverte de tags représentant l’étoile de David sur plusieurs bâtiments de la capitale.

Ces tags, « ça m’a brûlée », a témoigné auprès de l’AFP Arlette, 75 ans, dont le père a été déporté pendant la guerre : « C’est l’histoire de mes parents », a-t-elle ajouté avant la cérémonie, les larmes aux yeux.

Elle ne se sent pas en sécurité : « Une fois qu’on est attaqués, tout peut arriver », a affirmé cette petite femme assise au fond de la synagogue, venue seule car les amis qui devaient l’accompagner ont renoncé à la dernière minute : « Ils ont eu peur. »

Un événement appelant à la libération des otages détenus par les groupes terroristes de Gaza depuis l’attaque du 7 octobre, à la Grande synagogue de la Victoire, à Paris, le 31 octobre 2023. (Crédit : Miguel MEDINA / AFP)

« Je n’ai jamais compris pourquoi les Juifs ont été persécutés depuis si longtemps et si peu soutenus », dit Carolina Furquim, 38 ans. Cette Brésilienne installée à Paris, « élevée dans le catholicisme », a tenu à être là « par solidarité ». « Les gens ne se souviennent plus, je crains que l’Histoire se répète. »

David Jourdan, 56 ans, qui n’est pas Juif lui non plus, explique : « Ca me concerne en tant qu’être humain. Prendre des gens en otage, même les bêtes ne le font pas. »

Il s’inquiète d’un antisémitisme « décomplexé » : « Beaucoup de gens se disent c’est des Juifs, des Israéliens, bof… mais après, c’est qui ? les francs-maçons, les gitans, les homosexuels ? »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.