Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Accident dans une mine en Espagne : 3 personnes disparues

La mine de potasse appartient à ICL Iberia, filiale en Espagne du groupe israélien ICL

Illustration : Un drapeau espagnol sur un rebord de fenêtre avec un ruban noir à Madrid, le 12 avril 2020. (Crédit: AP Photo/Bernat Armangue)
Illustration : Un drapeau espagnol sur un rebord de fenêtre avec un ruban noir à Madrid, le 12 avril 2020. (Crédit: AP Photo/Bernat Armangue)

Le « pire » est à craindre après l’effondrement de la galerie d’une mine de potasse à 900 mètres de profondeur sur trois personnes à Suria, en Catalogne (nord-est de l’Espagne), ont affirmé jeudi les autorités locales.

« Les informations dont nous disposons nous font craindre le pire » après cet effondrement, a indiqué sur les lieux à la presse Joan Ignasi Elena, responsable du portefeuille de l’Intérieur au sein du gouvernement régional, sans toutefois confirmer leur mort.

Les pompiers travaillent pour assurer la sécurité sur les lieux de l’accident et « pouvoir accéder à l’endroit où sont les trois salariés » de la mine victimes de cet accident, a-t-il ajouté.

Ces travaux vont continuer « durant les prochaines heures », ont précisé les pompiers sur Twitter.

Le président de la région, Pere Aragonès, avait annoncé sur Twitter « la mort des trois mineurs », avant d’effacer son tweet quelques minutes plus tard.

Plusieurs médias espagnols, citant des sources au sein des services de secours intervenant sur place, affirment que ces trois personnes sont mortes.

Mais interrogé par l’AFP, un porte-parole de la police régionale a indiqué que « la confirmation officielle (de leur mort) n’interviendrait qu’une fois que les médecins seront parvenus à leur niveau, certifieront qu’ils sont morts et auront informé les familles ».

Selon les pompiers, ces trois personnes se sont retrouvées « prises au piège à environ 900 mètres de profondeur ».

L’accident a eu lieu peu avant 09H00 locales (08H00 GMT), a indiqué la police régionale, qui a déployé des unités spécialisées pour participer à l’opération, dont une unité canine.

Les services d’urgence régionaux ont précisé avoir envoyé sur place deux hélicoptères médicalisés et une équipe de psychologues.

Inspection récente

Un salarié de la mine, Carlos Arnaldo, a expliqué à la presse que les trois victimes étaient en train d’accomplir « une tâche qu’ils doivent faire chaque jour ». Selon lui, il est « difficile » d’imaginer qu’ils ne sont pas morts.

« Parfois, la mine ne prévient pas. Le toit s’effondre et il n’y a rien à faire », a-t-il dit.

Parlant d’une « terrible nouvelle », la ministre du Travail, Yolanda Díaz, a fait part de sa « solidarité aux familles et aux collègues des salariés victimes d’un effondrement dans la mine de Suria ».

Responsable des entreprises au sein du gouvernement régional catalan, Roger Torrent a assuré, pour sa part, que le dernier contrôle de la mine par les autorités avait eu lieu « il y a trois semaines » et qu' »aucune irrégularité » n’avait été détectée.

Deux morts en 2013

Cette mine de potasse appartient à ICL Iberia, filiale en Espagne du groupe israélien ICL.

Sur son site internet, cette entreprise basée à Suria, localité située à environ 80 km au nord-ouest de Barcelone, dit employer 1 100 salariés et être « l’unique entreprise produisant des sels de potassium en Espagne ».

Elle possède deux mines dans cette zone « qui représentent », selon elle, « l’une des réserves de potasse les plus importantes d’Europe occidentale ».

Deux mineurs étaient morts dans un accident dans cette même mine de Suria en décembre 2013 à la suite de l’effondrement d’une galerie, selon les médias locaux.

Le plus grave accident minier survenu ces dernières années en Espagne a eu lieu en octobre 2013. Six personnes étaient mortes et cinq avaient été blessées en raison d’un coup de grisou dans la mine de charbon de Santa Lucía, dans la province de León (nord-ouest). Le procès des dirigeants de l’entreprise s’est ouvert récemment.

En août 1995, quatorze personnes étaient mortes à la suite d’un autre coup de grisou dans une mine de la région des Asturies (nord).

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.