Tekah: l’enquête confirme que le policier a tiré au sol, reprise des manifs
Rechercher

Tekah: l’enquête confirme que le policier a tiré au sol, reprise des manifs

Le département des affaires internes de la police a déclaré aux proches de Solomon Tekah que les évaluations médico-légales montrent qu'il a été touché par la balle qui a ricoché

Ora Tasmah et les représentants de la famille de Solomon Tekah, au département des enquêtes internes de a police, à Jérusalem, le 8 juillet 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Ora Tasmah et les représentants de la famille de Solomon Tekah, au département des enquêtes internes de a police, à Jérusalem, le 8 juillet 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le département des enquêtes internes de la police (PIID) a confirmé lundi qu’une enquête sur la mort d’un Israélien d’origine éthiopienne, abattu par un policier qui n’était pas en service, a conclu que le coup de feu a bien été tiré vers le sol et que la balle a ricoché et touché Solomon Tekah, 19 ans.

Keren Bar Menachem, directrice du PIID a rencontré les avocats de la famille de Tekah et sa cousine Ora Tasmah au ministère de la Justice à Jérusalem, où elle les a informés de l’évolution de l’enquête. Les avocats de la famille ont demandé à consulter les rapports balistiques et les rapports de l’autopsie de Tekah. On leur a répondu, selon les médias israéliens, que leur demande sera prise en considération et qu’ils auront une réponse prochainement.

L’avocat Yizhak Dasah, qui représente la famille Tekah, a déclaré que l’enquête du PIID « est menée avec professionnalisme », a rapporté Ynet.

« Il est important pour moi de venir et de voir ce qui se passe, parce que pour le moment, ils n’ont pas informé la famille et il est important pour nous qu’il y ait un procès juste », a déclaré Tasmah avant l’entretien . « La famille n’acceptera pas que [le policier] n’aille pas en prison, et soit en libre circulation. C’était un meurtre, pas un homicide. »

Solomon Tekah, un Israélien d’origine éthiopienne abattu par un policier qui n’était pas en service, à Kiryat Haim, le 30 juin 2019. (Autorisationà

L’officier de police, qui n’a pas été identifié dans les médias, a abattu Tekah à Haïfa le 30 juin. Des manifestations dénonçant la violence policière et le racisme ont secoué le pays.

Les conclusions du PIID semblent corroborer la version du policier, qui affirme n’avoir pas visé le jeune, mais avoir tiré au sol, et que la balle a ricoché sur Tekah. Les autorités mettraient le policier en examen pour infraction disciplinaire, mais pas pour homicide.

Plus tôt dans la journée de lundi, les parents de Tekah se sont rendus sur sa tombe pour la première fois depuis son enterrement, et ont appelé à ce que justice soit faite. La famille, accompagnée d’autres membres de la communauté éthiopienne, ont organisé une cérémonie au cimetière Tel Regev.

« J’ai perdu un fils qui n’a rien fait de mal », a déclaré Worka, père de Tekah, devant la tombe. « Je remets mon espoir aux mains des juges du pays, et il leur incombe de s’assurer que justice soit faite. J’ai payé le prix fort, la communauté a payé le prix fort. »

Asaf Govana, conseiller jeunesse et l’un des chefs de la communautés éthiopienne à Haïfa, où Tekah a été tué, s’est montré peu optimiste quant à l’idée que l’enquête du ministère de la Justice conduirait à la Justice.

« L’issue de cette enquête est écrite sur le mur », a déclaré Govana au cimetière.

Asaf Govana, à gauche, entouré de proches de Solomon Tekah, durant une cérémonie une semaine après la mort du jeune éthiopien, au cimetière de Tel Regev, à Haïfa, le 8 avril 2019. (Crédit : Twitter)

Govana a appelé le Premier ministre Benjamin Netanyahu à prendre des mesures pour améliorer le statut de la communauté éthiopienne.

« Ça suffit ! Nous en avons assez de vos commissions et de vos conclusions. Prenez des responsabilités personnelles, faites preuve de leadership, venez voir la famille, regardez les dans les yeux. Vous savez quoi faire, prenez de vraies mesures. »

Govana a déclaré qu’à la demande du père de Tekah, les manifestations devraient reprendre, mais « sans violence, pacifiquement ».

Les manifestations des Ethiopiens vont reprendre lundi suite à l’assassinat d’un jeune de 19 ans par un policier

Les manifestations des Israéliens d’origine éthiopienne doivent reprendre aujourd’hui après la période de deuil de sept jours pour un jeune homme tué par un policier qui s’est terminée dimanche.

La manifestation principale aura lieu sur la place Rabin à Tel Aviv à 17 heures et d’autres manifestations sont prévues dans tout le pays.

La police a déclaré dans un communiqué qu’elle ne tolérera pas la violence et les fermetures de routes causées par les manifestations de la semaine dernière.

La police a indiqué qu’elle était déployée à toutes les grandes intersections du pays pour veiller à ce que les nouvelles manifestations des Israéliens éthiopiens restent non violentes et ne créent pas d’embouteillages, comme ce fut le cas la semaine dernière.

Alors que les manifestations doivent reprendre ce lundi soir, la famille Tekah, dont le fils Salomon a été tué dimanche dernier, provoquant la colère de la communauté israélo-éthiopienne, exhorte les manifestants à ne pas recourir à la violence.

La Treizième chaîne a rapporté vendredi que les chances que le policier soit inculpé d’homicide ont considérablement diminué, au regard des preuves qui corroborent sa version des faits.

Cependant, il pourrait être sanctionné ou risque une inculpation mineure, parce que les autorités s’interrogent sur la raison pour laquelle il n’a pas tiré de coup de semonce en l’air.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...