Rechercher

Agressions de journalistes : L’Autorité de régulation exige une action policière

La Seconde Autorité pour la télévision et la radio demande aux policiers d'éradiquer ce phénomène, alors que des journalistes sont pris pour cible lors des manifestations

La police escortant le journaliste de la Douzième chaîne, Gilad Shalmor, lors d'une manifestation en faveur de la refonte, à Tel Aviv, le 23 juillet 2024. (Crédit : Twitter ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
La police escortant le journaliste de la Douzième chaîne, Gilad Shalmor, lors d'une manifestation en faveur de la refonte, à Tel Aviv, le 23 juillet 2024. (Crédit : Twitter ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Après que plusieurs journalistes de chaînes de télévision ont été attaqués dimanche et lundi alors qu’ils couvraient le chaos politique, la Seconde Autorité pour la télévision et la radio, l’organisme israélien de régulation de la radiodiffusion commerciale, a exhorté lundi le chef de la police israélienne Kobi Shabtaï à prévenir ce qu’il a qualifié de nombre croissant de menaces et d’attaques à l’encontre des journalistes.

« Ce qui a commencé comme des incidents isolés est devenu une tendance sérieuse », a déclaré l’autorité dans une lettre envoyée à Shabtaï.

Elle a indiqué que des journalistes de « tous les médias » ont été attaqués, en particulier lorsqu’ils couvraient des manifestations, malgré la présence massive de policiers.

L’autorité s’inquiète à la fois du bien-être physique des reporters et de « l’atteinte à la liberté de la presse et au droit de savoir du public ».

Elle a demandé à la police de prendre des mesures immédiates pour mettre fin à ce type de comportement.

« Nous vous demandons d’exercer votre autorité… jusqu’à ce que vous ayez éradiqué ce phénomène », a déclaré la Seconde Autorité pour la télévision et la radio.

En réponse, la police a déclaré que Shabtaï condamnait les attaques contre les journalistes et a souligné que les forces de l’ordre s’engageaient à garantir que les médias puissent « diffuser des reportages et des informations fiables en temps réel ».

« La police israélienne continuera à permettre aux journalistes de faire leur travail », selon un communiqué de la police.

La Seconde Autorité pour la télévision et la radio a envoyé la lettre à Shabtaï un jour après que plusieurs journalistes ont déclaré avoir été attaqués dimanche lors d’une manifestation de masse rue Kaplan, à Tel Aviv, organisée par des partisans de la réforme du système judiciaire du gouvernement.

La chaîne publique israélienne Kan a déclaré que le journaliste Itsik Zuarets avait été frappé à la tête par une bouteille lancée par un manifestant. Zuarets n’a pas été blessé et a continué à émettre.

Selon la Douzième chaîne, le reporter Gilad Shalmor a été attaqué par des manifestants avant que la police n’intervienne et ne sépare les manifestants de l’équipe de journalistes.

La vidéo montre plusieurs officiers marchant avec Shalmor alors qu’ils repoussent un homme qui s’est approché d’eux.

Dans un autre incident impliquant la Douzième chaîne, la police a escorté le reporter de la chaîne, Ori Isaac, loin d’un groupe de manifestants qui se pressaient autour de lui.

Par ailleurs, la Treizième chaîne a déclaré que des manifestants avaient bloqué une voiture dans laquelle se trouvait sa journaliste Noga Nir Neeman.

Dans une vidéo filmée depuis la voiture, on voit plusieurs manifestants frapper sur le capot tout en se plaçant sur la trajectoire du véhicule.

Lundi matin, lors d’une manifestation contre la refonte du gouvernement à Jérusalem, un homme a agressé en direct Atay Shalev, journaliste de la Quatorzième chaîne – une chaîne de télévision qui a adopté une position de droite non dissimulée et qui a les faveurs de nombreux politiciens de l’actuel gouvernement.

Ces incidents font suite à d’autres attaques récentes contre des journalistes qui couvraient des rassemblements contre le projet du gouvernement de réformer radicalement le système judiciaire et les contre-manifestations de ses partisans. Plusieurs de ces agressions ont été commises à l’encontre de l’équipe de la Treizième chaîne en raison de son orientation jugée anti-Netanyahu.

Fin avril, lors d’un grand rassemblement de la droite exhortant le gouvernement à reprendre le processus législatif de sa réforme largement controversée du système judiciaire, une bouteille en verre a été lancée sur les journalistes de la Treizième chaîne qui couvraient la manifestation, les manquant de peu.

Fin mars, avant un autre rassemblement de droite, une équipe de la Treizième chaîne a été attaquée par des membres du groupe d’extrême-droite La Familia, provoquant l’hospitalisation du journaliste Yossi Eli pour une côte cassée et des dommages à la rate, et blessant à la tête le caméraman Avi Cashman.

En janvier, une foule en colère a attaqué une équipe de la Treizième chaîne à Jérusalem, qualifiant les journalistes de « gauchistes » et leur demandant de quitter les lieux alors qu’ils couvraient un attentat terroriste perpétré la veille dans le quartier de Neve Yaakov, dans lequel sept personnes avaient été tuées.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.