Alors que Netanyahu repart à Washington, les implantations restent à l’écart
Rechercher
Analyse

Alors que Netanyahu repart à Washington, les implantations restent à l’écart

Les dirigeants des implantations étaient euphoriques lors du voyage du Premier ministre pour le plan de paix de M. Trump ; aujourd'hui, ils accusent Netanyahu de tromperie

Jacob Magid

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre des écoliers dans l'implantation d'Elkana en Cisjordanie, le 1er septembre 2019, le jour de la rentrée scolaire. (Autorisation)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre des écoliers dans l'implantation d'Elkana en Cisjordanie, le 1er septembre 2019, le jour de la rentrée scolaire. (Autorisation)

Quelle différence en neuf mois.

Fin janvier, le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est rendu à Washington, promettant de « marquer l’histoire » dans la capitale américaine où le président Donald Trump allait dévoiler son plan de paix israélo-palestinien tant attendu.

Ravi de cette proposition et de son orientation pro-israélienne, Netanyahu a emmené avec lui une délégation de dirigeants des implantations qui, selon lui, allaient enfin recevoir un plan de paix qu’ils pourraient soutenir – un plan qui reconnaissait les liens historiques du peuple juif avec la Cisjordanie (Judée et Samarie bibliques) et ne demandait pas à Israël d’y déraciner ses communautés. En fait, pensait initialement Netanyahu, le plan et son contexte équivalaient à une bénédiction des Etats-Unis pour Israël d’annexer immédiatement toutes les implantations, dans le cadre des 30 % de la Cisjordanie alloués à Israël.

Neuf mois ont passé et M. Netanyahu va de nouveau se rendre à Washington, où il signera mardi un accord de normalisation avec les Émirats arabes unis et une « déclaration de paix » avec le Bahreïn – les premiers traités de ce type avec des États arabes en plus d’un quart de siècle.

Mais cette fois-ci, au moins au moment où nous écrivons ces lignes, aucun dirigeant d’implantation n’est prévu pour accompagner le Premier ministre lors de la cérémonie de reconnaissance. En effet, de nombreux maires de Cisjordanie n’accepteraient pas de se joindre à la cérémonie s’ils y étaient invités.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’entretient avec le président américain Donald Trump lors d’un événement dans la salle Est de la Maison Blanche à Washington, le 28 janvier 2020. (AP/Susan Walsh)

Alors que la délégation des dirigeants des implantations à Washington en janvier a regardé cette cérémonie de la Maison Blanche avec un sentiment d’“euphorie”, alors que Trump semblait signaler le soutien des Etats-Unis à une annexion israélienne immédiate et que Netanyahu, peu après, jurait d’étendre la souveraineté israélienne aux implantations israéliennes et à la vallée du Jourdain dans les jours qui suivaient, ils sont revenus sur terre quelques mois plus tard.

La frustration a commencé à s’accumuler quelques jours seulement après le dévoilement du plan de paix, lorsque les États-Unis ont demandé à Israël de retarder l’annexion jusqu’à ce qu’un comité conjoint de cartographie ait fini de délimiter les paramètres exacts de cette démarche controversée.

Cette commission a été bloquée pendant des mois alors que la pandémie de coronavirus s’intensifiait et que l’administration Trump semblait avoir peur de soutenir l’annexion, en partie à cause de l’opposition croissante des gouvernements du monde entier. Les alliés dans le Golfe, que les Etats-Unis espéraient faire entrer dans le cercle de la paix, se sont particulièrement opposés à cette initiative. L’annexion a également suscité des réserves au sein du gouvernement de coalition de Netanyahu, par l’intermédiaire du parti Kakhol lavan.

La frustration des dirigeants des implantations a atteint son comble le mois dernier lorsque la nouvelle de l’accord de normalisation entre Israël et les EAU a été annoncée. Ce n’est pas parce que les dirigeants des implantations ne reconnaissent pas cette avancée significative, mais parce qu’elle a un prix : Reporter l’annexion à une date indéterminée. La déclaration conjointe US-Israël-Emirats arabes unis du 13 août a précisé qu’Israël avait accepté de « suspendre » cette initiative. Alors que Netanyahu insiste sur le fait qu’elle est « toujours sur la table », l’extension de la souveraineté israélienne à toutes les implantations israéliennes, considérée comme imminente en janvier, semble de plus en plus lointaine.

« Netanyahu nous a trompés. Je ne voterai plus pour lui », a déclaré David Elhayani, le président du conseil des maires des implantations de Yesha, à la Douzième chaîne, quelques heures après l’annonce de l’accord avec les Émirats arabes unis.

Compte tenu du soutien massif du public à l’accord, soutien renforcé par l’accord de Bahreïn de vendredi et la perspective d’autres accords à venir, les maires de Cisjordanie se sont abstenus de lancer une véritable campagne contre Netanyahu comme ils l’ont fait par le passé. Mais avec les informations qui apparaissent maintenant selon lesquelles le Premier ministre empêche l’organe du ministère de la Défense qui autorise la construction des implantations de se réunir, ils pourraient être sur le point de réagir.

De gauche à droite : Shlomo Neeman, maire de Gush Etzion, Hananel Dorani, maire de Kedumim, Yigal Dilmoni, directeur du conseil de Yesha, David Elhayani, président du conseil de Yesha, Yochai Damri, maire de Har Hebron, et Hillel Horowitz, maire de la communauté juive de Hebron, dans une tente de protestation contre le plan de paix de Trump à Jérusalem, le 20 juin 2020. (Autorisation)

« Pourquoi vendent-ils nos maisons en échange d’accords diplomatiques », a demandé Yigal Dilmoni, visiblement mécontent, lors d’une interview accordée cette semaine au radiodiffuseur public Kan. Dilmoni, le directeur du conseil de Yesha, a juré que son groupe « augmentera lentement la pression » sur le gouvernement Netanyahu dans les semaines à venir si le « gel des constructions » se poursuit.

Neuf mois plus tard, cependant, les dirigeants des implantations vont également se heurter à une administration américaine apparemment moins empathique, et dont les maires ont passé les derniers mois à haranguer les médias en disant qu’ils n’étaient pas de « vrais amis » d’Israël.

Alors que la Maison Blanche se concentre davantage sur l’expansion des relations d’Israël dans le Golfe, elle semble avoir adopté une rhétorique nettement moins favorable au mouvement des implantations.

Le président américain Donald Trump écoute Jared Kushner qui s’exprime dans le bureau ovale de la Maison Blanche le 11 septembre 2020 à Washington, après l’annonce par Trump que les Etats-Unis avaient négocié un accord de paix entre Israël et Bahreïn. (AP/Andrew Harnik)

« Ce que nous avons fait avec notre plan, c’est que nous essayions de sauver la solution à deux Etats », a déclaré aux journalistes mercredi le conseiller principal de la Maison Blanche et architecte du plan de paix Trump, Jared Kushner. « Parce que… si nous avions continué avec le statu quo… en fin de compte, Israël aurait grignoté toutes les terres de Cisjordanie. »

Ces propos ont marqué certaines des déclarations les plus spécifiques que l’administration Trump a faites contre l’expansion des implantations israéliennes, et étaient d’un ton assez différent des discours que les responsables américains avaient prononcés par le passé, comme par exemple lorsqu’ils ont expliqué leur préférence pour qualifier les implantations de « quartiers et villes ».

L’ambassadeur américain en Israël David Friedman (2e en partant de la gauche), avec le chef du conseil régional d’Efrat, Oded Revivi, et les chefs des conseils locaux de Cisjordanie, lors d’une visite à l’implantation israélienne d’Efrat, à Gush Etzion, le 20 février 2020. (Gershon Elinson/Flash90)

Réfléchissant sur la position actuelle du mouvement des implantations, le maire d’Efrat, Oded Revivi, a déclaré au Times of Israël en début de semaine : « Je pense que nous sommes dans une situation pire. »

Revivi a été l’un des rares maires d’implantation à soutenir l’accord Trump alors même que l’annexion disparaissait après janvier, et parmi un nombre encore plus restreint de ceux qui ont soutenu l’accord de normalisation des EAU – suspension de l’annexion et tout le reste.

Il a déclaré que la pluralité des maires qui ont mené une campagne agressive contre le plan de paix Trump sur l’inclusion d’un Etat palestinien était responsable de la chute soudaine du mouvement.

« Ils n’ont pas compris l’ensemble de la situation lorsqu’ils se sont opposés au plan et ils ont brûlé beaucoup de ponts ce faisant », a déclaré M. Revivi. « Ils ont perdu le contact avec la majorité des Israéliens [qui soutiennent le plan Trump et les accords de paix qu’il produit] et ont définitivement perdu des points ici et à Washington. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...