Rechercher

Angleterre: mort de l’ancien conseiller juif de Margaret Thatcher à l’âge de 90 ans

Lord David Young avait utilisé son influence pour plaider en faveur de la communauté juive britannique et pour prôner le renforcement des liens avec Israël

Lord David Young de Graffham . (Capture d'écran : YouTube)
Lord David Young de Graffham . (Capture d'écran : YouTube)

JTA — Lord David Young, membre juif de la Chambre des Lords et citoyen britannique qui aura conseillé, dans sa carrière, différents gouvernements conservateurs au Royaume-Uni – de Margaret Thatcher à David Cameron – s’est éteint jeudi à l’âge de 90 ans.

Young était aussi un homme d’affaires et il avait dirigé des organisations caritatives juives avant de devenir l’un des proches de Thatcher dans son gouvernement.

Thatcher, qui avait nommé Young à son tout premier poste politique – il était alors conseiller en charge des privatisations – avait dit de lui, une phrase restée célèbre : « D’autres m’apportent des problèmes. David, pour sa part, m’apporte des solutions. »

Selon Tom Gross, journaliste et expert en affaires internationales du Royaume-Uni, Young aura utilisé pendant ses nombreuses années de carrière politique son influence pour plaider en faveur des besoins de la communauté juive du royaume et pour prôner le renforcement des relations avec Israël.

« David Young a fait un travail énorme – non seulement pour la Grande-Bretagne, mais pour les Juifs britanniques et il aura eu une influence significative sur les Premiers ministres Margaret Thatcher et David Cameron, à qui il a su donner une impression plus favorable d’Israël », a commenté Gross auprès de JTA.

Petit-fils d’immigrants juifs venus de l’empire russe, Young était né en 1932 et il avait grandi dans la communauté juive ouvrière du nord de Londres. Joseph, son père, importait des farines et il devait finalement entrer dans l’industrie du prêt-à-porter.

Young avait fréquenté des écoles publiques mais il avait rapidement abandonné sa scolarité, devenant d’abord greffier, puis avocat. Pourtant, il avait rapidement suivi son père dans les affaires et il n’avait pratiqué le droit que pendant un an.

Dans les années 1960, il avait établi un groupe d’entreprises qui travaillaient dans de nombreux secteurs, de l’immobilier industriel en passant par la construction. Homme d’affaires à succès, il était aussi très impliqué dans la philanthropie juive.

« Lord Young a toujours été fier de ses origines juives et il a été considéré très largement et pendant de nombreuses années comme le leader de la communauté juive laïque », a confié au Telegraph Lord Leigh of Hurley, trésorier de longue date du parti conservateur britannique.

Dans les années 1970, il était devenu président de l’aile britannique de l’ORT, une organisation caritative juive qui fait la promotion de l’éducation et de la formation professionnelle dans le monde entier. Il aura aussi dirigé à différents moments de sa vie l’organisation Chai Cancer Care et le musée juif de Londres.

Cela avait été son travail avec l’ORT, en plus de sa carrière dans le milieu des affaires, qui lui avaient valu d’être remarqué par le gouvernement de Thatcher. Cette dernière l’avait alors choisi comme conseiller qui l’accompagnerait dans ses efforts visant à davantage privatiser l’économie britannique.

« David Young n’affirmait pas qu’il comprenait la politique mais il comprenait très bien comment faire bouger les choses », avait dit la Dame de fer à une occasion.

La Première ministre britannique Margaret Thatcher pose pour une photo à Londres, en 1980. (Crédit : AP Photo/Gerald Penny)

En 1981, il avait été transféré à la commission des services des ressources humaines pour réorganiser la main-d’œuvre britannique et en 1994, il était devenu ministre sans portefeuille, travaillant sur des sujets différents en fonction des besoins du cabinet Tchatcher.

Selon le Guardian, Thatcher aurait songé à en faire son directeur de cabinet mais elle avait finalement décidé qu’il serait plus efficace dans un travail où il conserverait plus de liberté.

En 1984, Young avait été nommé Pair à vie du parlement britannique et il était devenu le Baron Young de Graffham, un village où il possédait une maison et situé à une heure de Londres, au sud. Un titre qui lui avait offert un siège permanent à la Chambre des Lords.

Après la fin du mandat de Première ministre de Thatcher, en 1990, Young avait pris une pause dans sa carrière politique et il était revenu aux affaires, prenant la tête de Cable & Wireless, la toute première firme qui avait sérieusement défié British Telecom — devenu le BT Group — en tant que fournisseur de services de téléphonie.

Young avait finalement fait son retour en politique en 2020, après l’élection du leader conservateur David Cameron. Cameron avait d’abord nommé Young au poste de conseiller sur la santé et il devait ensuite lui donner le rôle de conseiller d’entreprise, le chargeant d’examiner la relation entretenue entre le gouvernement et les PMEs.

Même s’il avait longtemps travaillé pour le parti conservateur, il n’avait eu aucun scrupule à critiquer les politiciens du parti dans ses dernières années.

Selon le Guardian, il estimait ainsi que Boris Johnson était « très intelligent, très capable mais très paresseux » et qu’il était l’antithèse de Thatcher. Il avait également déclaré que Cameron manquait de « sekhel » — le mot en hébreu désignant l’intelligence – en raison de sa gestion du Brexit.

Il laisse derrière lui son épouse, Lita, et ses deux filles, Karen et Judith.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.