Rechercher

Appel rejeté pour l’ancien président Moshe Katsav

L'ex chef d'État inculpé pour viol avait déposé un recours pour alléger les termes de sa libération conditionnelle

L'ancien président Moshe Katsav sort de la Cour suprême à Jérusalem, le 10 novembre 2011, après sa condamnation unanime pour viol. (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)
L'ancien président Moshe Katsav sort de la Cour suprême à Jérusalem, le 10 novembre 2011, après sa condamnation unanime pour viol. (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)

Moshe Katsav, ancien président condamné pour viol, a perdu son recours pour alléger les termes de sa libération conditionnelle, notamment la clause sur le fait de passer la nuit hors de son domicile.

Même si l’Autorité de Réhabilitation des prisonniers a signalé en février que le politicien déshonoré remplit les conditions de sa libération, la Commission des libérations conditionnelles a rejeté son recours pour assouplir les restrictions qui lui sont imposées.

L’ancien président, 71 ans, a été reconnu coupable en 2010 de deux chefs d’accusation de viol, parmi d’autres charges connexes.

Il a commencé à purger sa peine dans la prison de Ma’asiyahu en décembre 2011. Il a été libéré de prison en décembre après avoir été incarcéré cinq ans d’emprisonnement de sept ans.

Selon les termes de sa libération conditionnelle, Katsav n’a pas le droit de quitter son domicile de Kiryat Malachi entre 22 heures et 6 heures. En outre, Katsav n’est autorisé à faire aucune déclaration aux médias avant décembre 2018, lorsque sa peine complète de sept ans aura pris fin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...