Après l’attentat de Sarona, les centres commerciaux ouverts renforcent leur sécurité
Rechercher

Après l’attentat de Sarona, les centres commerciaux ouverts renforcent leur sécurité

Le ministère de la Sécurité intérieure veut accroître les mesures de sécurité dans les espaces publics

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Un garde de sécurité devant l'entrée principale du marché Sarona, dans le centre de Tel Aviv, le 9 juin 2016, le lendemain d'une attaque terroriste. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Un garde de sécurité devant l'entrée principale du marché Sarona, dans le centre de Tel Aviv, le 9 juin 2016, le lendemain d'une attaque terroriste. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Deux mois après une attaque terroriste mortelle au marché Sarona de Tel Aviv, le ministère de la Sécurité intérieure veut augmenter la sécurité dans les centres commerciaux et les marchés ouverts, comme à Sarona, en renforçant la présence de gardes et en mettant en place des patrouilles pour placer des garnisons dans les espaces publics.

Le 8 juin, les cousins Muhammad et Khalid Muhamra ont ouvert le feu dans le complexe, au cœur de Tel Aviv. Ils ont assassiné Ido Ben Ari, Ilana Naveh, Michael Feige et Mila Mishayev, et ont blessé une dizaine de personnes. Ils ont fui la scène, mais ont été arrêtés par des gardes de sécurité privés et la police peu après.

Les attaquants avaient pu entrer dans le restaurant Max Brenner, où l’attaque a eu lieu, sans passer aucune sécurité. Ils transportaient tous les deux des armes semi-automatiques improvisées.

L’attaque a été filmée par les caméras de sécurité du restaurant (attention : images violentes) :

L’enquête menée par la police juste après l’attaque a conclu que « la sécurité dans les centres commerciaux, marchés et sites de divertissement public ouverts est insuffisante », selon le site d’informations Ynet.

Suite à l’enquête initiale, Gilad Erdan, ministre de la Sécurité intérieure, a mis en place une commission charge d’évaluer la sécurité de ces espaces publics, et de présenter des recommandations sur les moyens d’empêcher des attaques répétées.

Le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan visite le marché de Sarona, site d'une attaque terroriste meurtrière, à Tel Aviv, le 8 juin 2016. (Crédit : Ben Kelmer/Flash90)
Le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan visite le marché de Sarona, site d’une attaque terroriste meurtrière, à Tel Aviv, le 8 juin 2016. (Crédit : Ben Kelmer/Flash90)

Après deux mois de travail, la commission a recommandé un amendement simple mais large à la loi sur les autorisations commerciales, nécessitant que les centres commerciaux ouverts demandent les mêmes autorisations de la police que les centres commerciaux fermés, a annoncé Ynet.

L’amendement signifierait que des sites comme celui de Sarona seront sujets à des évaluations sécuritaires bien plus détaillées qu’actuellement, et devraient augmenter le nombre de gardes de sécurité sur place. Dans certains cas, la police pourrait demander des patrouilles de sécurité autour du site et dans ses espaces ouverts.

Deux mois avant l’attaque, la direction de Sarona et la municipalité de Tel Aviv avaient argumenté contre les demandes de la police pour fermer le centre commercial. La police craignait que la sécurité ne soit pas suffisamment assurée. La police avait demandé à la municipalité de révoquer la licence commerciale de Sarona, affirmant que la sécurité laxiste mettait le public en danger.

Le populaire complexe accueille le plus grand marché culinaire couvert d’Israël. Ses 8 700 m² abritent 91 magasins.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...