Après les critiques, l’armée défend l’inculpation pour meurtre du soldat de Hébron
Rechercher

Après les critiques, l’armée défend l’inculpation pour meurtre du soldat de Hébron

Le porte-parole de l’armée Moti Almoz rejette les critiques des politiciens de droite, appelle à maintenir “le discours politique en dehors de l’armée”

Moti Almoz (Crédit : Abir Sultan/Flash90)
Moti Almoz (Crédit : Abir Sultan/Flash90)

L’armée a défendu dimanche son enquête pour meurtre sur le tir mortel contre un assaillant palestinien jeudi, après que des proches, des politiciens et d’autres se soient précipités pour soutenir un soldat accusé d’assassinat.

Les procureurs militaires ont accusé vendredi le soldat israélien, qui n’est pas identifié, de meurtre devant la cour militaire de Jaffa après une enquête préliminaire concluant qu’il avait abattu le terroriste palestinien blessé et désarmé alors que ce dernier ne constituait plus une menace.

L’inculpation, ainsi que les vidéos qui ont émergé montrant le soldat tirant sur l’attaquant à la tête, ont déclenché une controverse pendant le week-end, l’armée, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Moshe Yaalon déclarant que les actions du soldat violaient le code de l’éthique de l’armée, alors que les politiciens d’extrême-droite et la famille du soldat affirmaient qu’il faisait l’objet d’un « lynchage » par les médias.

« Il y a des douzaines d’incidents dans l’armée chaque jour, au sol, dans les airs, et sur la mer », a déclaré dimanche dans un communiqué le porte-parole de l’armée, le général Moti Almoz. « Une enquête est faite sur tous les incidents sur une base professionnelle – procédures, opérations, méthodes, jugement [du soldat], etc. Si nécessaire, la dimension morale est également examinée », a-t-il déclaré.

Il a rejeté les critiques de la droite selon lesquelles la réponse rapide de l’armée à l’incident était une tentative de se plier aux exigences des critiques de la gauche.

« Ces incidents ne sont pas examinés afin de séduire quiconque – pas à cause de l’organisation B’Tselem [une organisation de défense des droits de l’Homme qui a publié une vidéo de l’incident] et pas à cause d’une peur quelconque de la pression internationale – mais pour nous-mêmes, notre caractère et nos valeurs », a déclaré Almoz.

Une pétition ouverte jeudi en ligne aux signatures fait l’éloge d’un soldat de Tsahal ayant tiré sur un terroriste palestinien désarmé à bout portant et gagne un large soutien.

Dimanche, la pétition avait reçu près de 39 000 signatures.

La pétition vise à honorer le soldat ayant tiré sur « un maudit terroriste qui a tenté de tuer des soldats ».

« Le terroriste n’est pas venu pour distribuer des paniers de nourriture aux soldats, » selon la pétition.

Formulée comme une lettre au Premier ministre, au ministre de la Défense et à l’élite militaire, et rédigée par le soldat réservistes Maj. Ran Levi, la pétition pose que « si vous ne comptez pas [féliciter le soldat], nous les citoyens de l’Etat d’Israël lui donnons une médaille d’honneur, la médaille de la bravoure et la médaille du soldat s’étant distingué dans son service ».

Le président Reuven RIvlin s’est exprimé dimanche soir, depuis sa résidence, pendant une session de l’initiative 929 pour l’étude de la Bible, qui promeut des études régulières de la Torah, avec un rapport aux sujets sociaux. Dans ses remarques d’ouverture, le président Rivlin a parlé de l’enquête militaire en cour sur les évènements entourant l’incident de vendredi à Hébron.

Le président a souligné que « la campagne en cours contre le terrorisme qu’affronte Israël est difficile et complexe. Nous devons gérer cette campagne avec calme, détermination et cohérence. Je peux me reposer beaucoup mieux la nuit en sachant que le chef d’Etat-major Gadi Eizenkot est le gardien de la sécurité d’Israël. J’ai une pleine confiance en lui et en l’armée israélienne, dans ses officiers et ses soldats. Je fais confiance à la capacité d’investigation de l’armée, et à tirer attentivement et rapidement les leçons opérationnelles et individuelles quand cela est nécessaire. »

L’activiste du mont du Temple Yehuda Glick défend la décision de l’armée israélienne concernant l’arrestation et l’accusation d’un soldat pour assassinat la semaine dernière, après que le soldat ait tiré sur un terroriste palestinien désarmé.

« Ce soldat a sciemment violé les règlements de l’armée israélienne concernant l’ouverture du feu, » dit-il sur la Deuxième chaîne. Il est terrible que « certains le dépeignent comme un héros national. »

Glick est député à la Knesset pour le parti du Likud et a failli être tué dans une tentative d’assassinat par un terroriste palestinien l’année dernière.

« Je soutiens fermement le déploiement de l’armée israélienne en Judée-Samarie, mais celui-ci doit être moral. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...