Après un reportage, Amazon, Google et Wish retirent des produits suprémacistes
Rechercher

Après un reportage, Amazon, Google et Wish retirent des produits suprémacistes

La BBC a montré que leurs algorithmes suggéraient l'achat de produits néo-nazis et du KKK

Le logo Google lors d'un salon du gadget à Paris, le 16 juin 2017. (AP Photo/Thibault Camus, File)
Le logo Google lors d'un salon du gadget à Paris, le 16 juin 2017. (AP Photo/Thibault Camus, File)

Amazon, Google et Wish ont retiré des produits néo-nazis et suprémacistes blancs qui étaient en vente sur leur plateforme.

Le retrait des produits intervient après un reportage de la BBC, selon lequel des livres néo-nazis et des objets du Ku Klux Klan (KKK) pouvaient être achetés sur les sites internet des entreprises, a fait savoir la chaîne britannique samedi.

Le reportage expliquait que les algorithmes utilisés par les sites d’e-commerce Amazon et Wish suggéraient aussi d’autres produits suprémacistes blancs, notamment ceux du groupe d’extrême droite libertaire, le mouvement Boogaloo.

Parmi les articles vendus sur Amazon on retrouvait une croix celtique. L’Anti-Defamation League (ADL) a expliqué qu’il s’agissait « d’un des symboles les plus importants et le plus souvent utilisés par des suprémacistes blancs », mais aussi un autre drapeau portant un symbole utilisé par le tireur qui a tué 51 personnes l’année dernière dans une mosquée à Christchurch, en Nouvelle Zélande.

Plusieurs produits du KKK étaient aussi disponibles sur Wish, notamment un dessin et une capuche ressemblant à celles portés par le groupe blanc raciste.

Aussi bien Amazon que Wish ont retiré les articles après avoir été contactés par la BBC. Google a retiré des contenus racistes de Google Play et de Google Books.

Les trois entreprises ont déclaré interdire la vente de produits racistes sur les sites.

Oren Segal, chef du Centre d’extrémisme à l’ADL, a déclaré à la BBC que les entreprises devaient « constamment contrôler ce que l’algorithme recommande », ajoutant que l’on devait « apprendre [aux algorithmes] à être responsables ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...