Rechercher

Arrangement judiciaire : Netanyahu a fait appel à l’ex-chef de la Cour suprême

L'ex-Premier ministre aurait demandé à Aharon Barak d'intervenir auprès de Mandelblit ; une manifestation a eu lieu près du domicile du procureur-général contre un éventuel accord

Aharon Barak prend la parole lors d'une conférence au Centre interdisciplinaire de Herzliya le 2 janvier 2018. (Crédit : FLASH90)
Aharon Barak prend la parole lors d'une conférence au Centre interdisciplinaire de Herzliya le 2 janvier 2018. (Crédit : FLASH90)

L’ex-chef de la Cour suprême, Aharon Barak, a fait savoir samedi que le chef de l’opposition, Benjamin Netanyahu, lui avait demandé de parler au procureur-général Avichai Mandelblit de la possibilité de conclure un arrangement judiciaire dans le cadre du procès de l’ex-Premier ministre.

« Je ne peux pas nier que lorsque je suis entré en contact avec Mandelblit, j’avais toujours à l’esprit la contribution apportée par Benjamin Netanyahu au pays. Il aura été l’un des plus grands défenseurs du système judiciaire israélien jusqu’à son procès », a dit Barak au site d’information Ynet.

Barak a ajouté que ces derniers mois, d’éminentes personnalités du parti du Likud, de Netanyahu, lui avaient demandé de lancer des négociations avec Mandelblit.

« Je leur ai demandé si Netanyahu les avait envoyés – ils m’ont répondu que non », a-t-il continué. « J’ai reçu récemment un appel personnel de Netanyahu et j’ai décidé de ne pas y être indifférent ».

Barak a également estimé que tout arrangement judiciaire devrait inclure une condamnation par le tribunal de « turpitude morale », ce qui interdirait à Netanyahu d’assumer un poste public pendant sept ans.

Par ailleurs, quelques centaines de personnes ont manifesté aux abords du domicile du procureur-général Avichai Mandelblit à Petah Tikva, samedi, suite aux informations portant sur ces négociations d’un éventuel arrangement judiciaire en faveur de l’ancien Premier ministre.

Les protestataires s’insurgent contre un tel arrangement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...