Arrestation de 3 gardes du Waqf par la police israélienne après des affrontements avec des activistes juifs
Rechercher
Yom Yeroushalayim

Arrestation de 3 gardes du Waqf par la police israélienne après des affrontements avec des activistes juifs

À l'occasion du jubilé de la réunification de Jérusalem, les forces de l'ordre œuvrent pour maitriser les agitations dans la Vieille ville

La police israélienne déployée au Dôme du Rocher lors des émeutes qui ont suivi le débat à la Knesset sur la souveraineté israélienne sur le mont du Temple (Crédit : Sliman Khader/Flash90)
La police israélienne déployée au Dôme du Rocher lors des émeutes qui ont suivi le débat à la Knesset sur la souveraineté israélienne sur le mont du Temple (Crédit : Sliman Khader/Flash90)

La police a arrêté 3 gardes du Waqf, une organisation jordanienne qui administre le mont du Temple, indiquant qu’ils auraient tenté d’attaquer des visiteurs sur les lieux.

La police israélienne a indiqué avoir également expulsé mercredi du mont du Temple à Jérusalem dix activistes juifs, mineurs pour la plupart, venus prier sur le site malgré l’interdiction de le faire.

L’incident est survenu alors que les Israéliens célèbrent la journée de Jérusalem, marquant la prise de la Vieille ville par l’armée israélienne, alors sous contrôle jordanien il y a cinquante ans. Cet après-midi, des centaines de personnes assistent à la traditionnelle « marche des drapeaux », où des adolescents israéliens défilent dans la Vieille ville munis de drapeaux bleus et blancs.

Par un héritage de l’histoire, le mont du Temple reste sous la garde de la Jordanie, mais Israël en contrôle tous les accès.

Les juifs sont autorisés à la visiter mais pas à y prier. Mais certains essaient régulièrement de défier l’interdiction, provoquant des incidents.

Les dix jeunes interpellés mercredi appartiennent à un mouvement appelé ‘Retour sur la montagne’. « Il est temps d’appliquer la souveraineté juive totale sur le mont », a déclaré le mouvement dans un communiqué publié sur Facebook.

« Cinquante ans après la libération du mont du Temple, la police israélienne se comporte comme un régime jordanien et arrête des juifs qui osent s’incliner sur le site le plus sacré pour le peuple juif », a dit ‘Retour sur la montagne’.

La police israélienne a rapporté un autre incident, dans lequel un groupe de visiteurs juifs quittant le mont du Temple a entonné l’hymne national israélien. Des gardiens de la fondation islamique qui administre les lieux ont tenté de s’en prendre aux visiteurs et aux policiers qui les conduisaient vers la sortie, a indiqué la police.

Des images vidéo sur les réseaux sociaux montrent les policiers s’empoignant avec les gardiens. Trois gardiens ont été arrêtés, selon la police, qui enquête sur les circonstances de l’incident, notamment sur l’identification des visiteurs juifs.

#فيديو اعتداءات قوات الاحتلال على حراس المسجد الاقصى واعتقال عدداً منهم ..

Posted by ‎وكالة وطن للانباء‎ on Wednesday, 24 May 2017

Mercredi matin, Ir Amim, une organisation à but non-lucratif qui œuvre pour faire de Jérusalem une ville plus égalitaire pour les juifs et les arabes, a déposé une demande à la Cour suprême pour annuler la décision de la police, qui autorise la parade des drapeaux à faire un détour conséquent dans la Vieille ville, plus long que le parcours des années précédentes.

La demande précise que l’itinéraire validé, qui permet aux participants de poursuivre autour de la Vieille ville depuis la porte de Damas jusqu’à la porte des Immondices, bloquerait l’accès au riverain de Jérusalem Est qui ne pourront plus pénétrer dans les quartiers de Ras al-Amud et de Silwan.

Yom Yeroushalayim a officiellement commencé mardi soir, mais les festivités du cinquantenaire de la ville ont démarré dimanche avec une série de discours du Premier ministre Benjamin Netanyahu et d’autres politiques, ainsi qu’avec un spectacle son et lumière projeté sur les murailles de la Vieille ville qui datent du XVIe siècle.

Bien que l’importance de Yom Yeroushalayim soit mise en avant par les élus israéliens, cette date n’est pas synonyme de festivités pour une grande partie de la population israélienne.

Les festivités de Yom Yeroushalayim sont associées à la marche des drapeaux, qui a été source de violence et de slogans anti-arabes ces derniers temps. La police a prévenu mardi qu’elle n’aura « aucune tolérance pour la violence physique et verbale » durant les festivités. La marche a commencé par des danses à 16 h 30 à la Grande Synagogue au centre de la ville avant de prendre la direction de la Vieille ville.

La police a indiqué que des agents ont été déployés depuis ce matin pour permettre aux touristes et aux visiteurs d’entrer sur le site en toute sécurité. La police a affirmé que des mesures sérieuses seront prises contre ceux qui profiteront de la visite sur le mont du Temple pour des émeutes ou des provocations, ou qui tenteraient de s’en prendre aux visiteurs ou à la police.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...