Au mur Occidental, le chef du parti républicain en Israël remercie Dieu pour la victoire de Trump
Rechercher

Au mur Occidental, le chef du parti républicain en Israël remercie Dieu pour la victoire de Trump

C’est en chantant et en dansant que Marc Zell appelle le président élu à déplacer l’ambassade américaine à Jérusalem et à ne pas se mêler de la question des implantations

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Marc Zell, co-président de Republicans Overseas Israel se rend au mur Occidental à Jérusalem le 9 novembre 2016, au lendemain de la victoire de Donald Trump aux présidentielles américaines de 2016. (Crédits : Yonatan Sindel/Flash90)
Marc Zell, co-président de Republicans Overseas Israel se rend au mur Occidental à Jérusalem le 9 novembre 2016, au lendemain de la victoire de Donald Trump aux présidentielles américaines de 2016. (Crédits : Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef de la branche israélienne du parti républicain s’est rendu au mur Occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem mercredi après-midi pour remercier Dieu de la victoire inattendue de Donald Trump aux élections présidentielles.

En costume-cravate, et arborant une casquette au slogan de Trump, « Make America Great Again », le co-président de Republicans Overseas Israel a enroulé ses phylactères et a dansé avec des fidèles ultra-orthodoxes, récitant des versets de gratitude extraits de Psaumes. Il a également écrit une note, contenant apparemment un vœu, et l’a placée dans les interstices des pierres ancestrales.

« Je suis venu ici simplement pour exprimer ma reconnaissance au Saint-Béni-Soit-Il, pour tout ce qu’il nous a donné, pour ce qu’il a donné à Donald Trump et [au vice-président élu] Mike Pence et à toute l’équipe, en Israël et à travers le monde », a déclaré Marc Zell aux journalistes.

« Je suis dans les nuages, en réalité », a-t-il dit, visiblement ému de la surprenante victoire de Trump. « Je croyais que cela pouvait arriver, mais lorsque que c’est vraiment arrivé, je n’ai pas compris ce qui se passait. C’est quelque chose de surnaturel. »

Zell, qui a grandi a Washington DC avant d’immigrer en Israël il y a plusieurs dizaines d’années, était d’abord opposé à la candidature de Trump. Mais une fois que le milliardaire newyorkais a été nominé pour représenter le parti républicain, Zell est devenu un fervent supporter, et a déployé ses efforts pour que les Américains-israéliens votent pour lui.

Le premier point que le président élu aura à gérer concerne la reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale d’Israël, a déclaré Zell.

Trump devra ensuite délocaliser l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, comme il l’a soutenu durant sa campagne, et fermer le consulat général à Jérusalem, qui, dit-il, fait de facto office d’ambassade pour l’OLP. « C’est inacceptable », selon Zell.

De plus, les États-Unis doivent commencer à mettre en œuvre une politique qui consisterait « à ne pas se mêler des affaires internes de l’État d’IsraËl, notamment en ce qui concerne les constructons dans sa capitale Jérusalem, en Judée, en Samarie et dans le Golan », dit-il, employant les termes bibliques pour Cisjordanie.

Zell n’a jamais rencontré Trump en personne, mais espère le faire un jour, puisque Trump « a promis que son premier déplacement à l’étranger inclurait Israël. »

Abe Katsman, conseiller juridique pour Republicans Overseas Israel a déclaré au Times of Israel que la panique qui a entouré l’élection de Trump est surfaite.

La victoire de l’homme d’affaires « montre que l’Amérique est prête à gérer ses problèmes de dépenses effrénées, de sécurité nationale peu rigoureuse, de politique d’immigration, de croissance économique, de restauration d’une politique étrangère en faveur des alliés américains et en défaveur des ennemis américains », analyse Katsman.

« Israël sera bien plus respecté et mieux compris par les États-Unis par Trump et par son équipe pro-Israël qu’il ne l’était lorsqu’Hillary [Clinton] et [le président] Barack Obama menaient la politique étrangère et les islamistes seront gérés avec davantage de sérieux. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...