Australie : Une maison de retraite prise pour cible par des néo-nazis
Rechercher

Australie : Une maison de retraite prise pour cible par des néo-nazis

Un observatoire a noté que les croix gammées apparues sur cet établissement de Melbourne étaient le dernier incident d'une campagne "d'intimidation et de peur" antisémite

Le logo fait d'une croix gammée du groupe Antipodean Resistance trouvé sur la porte d'entrée de la maison de retraite Emmy Monash au sud-est de Melbourne, en Australie, au mois de janvier 2019 (Crédit :  Anti-Defamation Commission)
Le logo fait d'une croix gammée du groupe Antipodean Resistance trouvé sur la porte d'entrée de la maison de retraite Emmy Monash au sud-est de Melbourne, en Australie, au mois de janvier 2019 (Crédit : Anti-Defamation Commission)

Un groupe néo-nazi australien a vandalisé une maison de retraite hébergeant des rescapés de la Shoah, dernier incident en date d’une série d’actes antisémites prenant pour cible la communauté juive de Melbourne.

Des autocollants portant le logo du groupe de haine local Antipodean Resistance ont été découverts à l’entrée de la maison de retraite Emmy Monash, située dans un quartier juif très peuplé de Caulfield, au sud-est de Melbourne.

Les autocollants arborant des croix gammées en noir et blanc ont été découverts par Sam Seigal, qui rendait visite à ses parents de 94 ans pendant la journée du Nouvel an.

« J’ai vu les autocollants, collés sur la porte d’entrée. Je me suis arrêté et je les ai regardés – ça m’a fait un choc », a déclaré Seigel au journal australien Herald Sun dans la journée de vendredi. « On ne s’attend pas du tout à voir ce genre de choses, en particulier dans une maison pour personnes âgées ».

Il a ajouté qu’un grand nombre de résidents de cette maison de retraite étaient des rescapés de la Shoah et qu’ils ont été « horrifiés » d’apprendre que ce symbole nazi avait été placé sur les portes extérieures de l’établissement.

Le président du groupe ADC (Anti-Defamation commission), le docteur Dvir Abramovich, a dénoncé un acte de vandalisme « vil et lâche ».

« Nous avons été scandalisés par cette agression, qui est d’autant plus méprisable que des survivants de la Shoah vivent dans cette maison pour personnes âgées après avoir perdu des membres de leurs familles et souffert sous le régime de Hitler », a commenté Abramovich dans un communiqué.

Abramovich a ajouté que cet acte commis à Emmy Monash entrait dans le cadre d’une « campagne d’intimidation et de peur » menée par Antipodean Resistance qui n’a cessé de renforcer ses activités au cours de l’année passée.

La communiqué de l’ADC a noté un autre incident survenu au sud-est de Melbourne, cette semaine. Un panneau qui faisait la promotion d’une production de la comédie musicale « Les Misérables » dans le quartier de St. Kilda a été recouvert des mots : « Les Juifs sont-ils… religieux…ou
criminels ? »

Un graffiti antisémite sur une publicité pour la comédie musicale Les Misérables dans le quartier St. Kilda de Melbourne, au mois de janvier 2019 (Crédit : Anti-Defamation Commission)

L’Australie a connu, en 2018, sa plus forte hausse des actes antisémites en un an, a noté l’ADC, ajoutant que « l’inquiétude ne cesse de croître » face à l’augmentation du sentiment anti-juif dans le pays.

Le groupe Antipodean Resistance a été fondé à Melbourne en 2016 pour promouvoir la haine et la violence, principalement à l’encontre des Juifs et des LGBT. Ces derniers mois, l’organisation a retenu l’attention pour ses actes de vandalisme antisémites, commis dans les plus grandes villes australiennes.

Antipodean Resistance a pris pour cible à deux occasions, l’année dernière, le législateur de la région New South Wales Mike Kelly, dont l’épouse est juive. Au mois de février, le groupe avait accroché une affiche aux abords de son bureau appelant à « rejeter le poison juif » et, au mois de septembre, Antipodean Resistance lui avait fait envoyer des entrailles de cochon.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...