Bezeq annonce son intention d’acquérir l’opérateur de téléphonie mobile Golan
Rechercher

Bezeq annonce son intention d’acquérir l’opérateur de téléphonie mobile Golan

Aucune somme n’a été divulguée dans la déclaration du géant de la communication ; le patron de Golan cherche à vendre l'entreprise pour un milliard de dollars

A l'extérieur de l'immeuble de Bezeq, la plus grande compagnie téléphonique israélienne. (Crédit : Kobi Gideon / FLASH90)
A l'extérieur de l'immeuble de Bezeq, la plus grande compagnie téléphonique israélienne. (Crédit : Kobi Gideon / FLASH90)

Le géant de la téléphonie mobile Pelephone a fait une offre pour acheter son plus petit rival Golan Telecom, a annoncé de façon officielle la société-mère Bezeq ce dimanche.

Bezeq, un géant des télécommunications, n’a pas précisé les détails de la proposition.

Cellcom, une autre compagnie de téléphone cellulaire, a également exprimé son intérêt pour acquérir Golan, qui a contribué à révolutionner le marché depuis son lancement en 2012, selon une information de Radio Israël.

Golan était l’une des six nouvelles entreprises à entrer sur le marché depuis sa déréglementation partielle, une initiative extrêmement populaire qui a mené les prix pour les consommateurs à un niveau historiquement bas.

Golan est un opérateur virtuel, ce qui signifie que la société utilise les infrastructures appartenant à un autre fournisseur et y superpose son réseau cellulaire. La société doit à Cellcom environ 400 millions de shekels (94 millions d’euros) pour ce service.

Plus tôt ce dimanche matin, le journal économique en hébreu Calcalist a rapporté que la compagnie de câble HOT abandonnait l’acquisition de Golan.

La société est détenue par Michael Golan, un entrepreneur israélien d’origine française, qui a annoncé qu’il souhaitait céder l’entreprise pour 1 milliard de shekels (environ 235 millions d’euros).

Celui qui achète l’entreprise devra obtenir l’approbation de l’Autorité de la concurrence du pays.

Toujours selon Calcalist, HOT était le mieux placé pour recevoir l’approbation de l’Autorité de la concurrence pour l’achat de Golan, puisque son propre opérateur de téléphonie mobile, Hot Mobile, est le plus petit sur le marché. Même une fusion avec Golan ne mettrait pas la taille de l’entreprise au niveau des trois grands opérateurs, Cellcom, Partner (Orange) et Pelephone.

La semaine dernière, le directeur général du ministère des Communications Shlomo Filber a déclaré dans une interview avec Bloomberg que les Israéliens devaient choisir entre de trop nombreux fournisseurs de services et que les factures mensuelles de téléphone cellulaire étaient trop faibles.

Filber avait ajouté qu’il ne voyait pas d’objection à réduire les cinq principaux opérateurs de réseau, y compris l’unité cellulaire de la société de téléphone fixe Bezeq, à quatre.

« Je ne vois pas de problème à ce que Cellcom, Partner ou Bezeq achètent Golan si elles le veulent » assure Filber. « Le marché va continuer à être compétitif même avec quatre principaux acteurs et d’autres acteurs de niche, avec des prix raisonnables qui permettront une rentabilité correcte et des investissements d’infrastructure » a-t-il déclaré à Bloomberg.

Il a cherché plus tard à clarifier ses propos, qui ont été compris en Israël comme une volonté de défaire la réforme dans le marché de la téléphonie mobile défendu par le ministre des Finances d’alors, Moshe Kahlon. Kahlon avait rompu l’entente sur le marché cellulaire ce qui avait fait baisser les prix de 80 pour cent pour les utilisateurs de téléphones portables.

Quelques heures après la publication l’interview avec Bloomberg, le 26 octobre, Filber a publié un communiqué où il a qualifié les citations qui lui sont attribuées d’« inexactes », et a déclaré que, bien qu’il pense que les prix sur le marché de la téléphonie mobile soient trop bas, il ne pense pas que ce soit une question de réglementation, et que ce sera traité par les forces du marché.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...