Brésil : un concert reprend des partitions écrites dans les camps nazis
Rechercher

Brésil : un concert reprend des partitions écrites dans les camps nazis

Le chef d'orchestre italien Francesco Lotoro a passé 30 ans à rassembler et à reconstruire les travaux de musiciens qui écrivaient leurs mélodies sur du papier hygiénique notamment

Une partition écrite sur du papier hygiénique récupérée d'un camp de concentration pendant la Shoah. (Crédit : Francesco Lotoro)
Une partition écrite sur du papier hygiénique récupérée d'un camp de concentration pendant la Shoah. (Crédit : Francesco Lotoro)

SAO PAULO — Un concert brésilien a mis en vedette des partitions de musique reconstituées, écrites sur du papier hygiénique et des sacs de charbon de bois récupérés dans les camps de concentration nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le spectacle de jeudi dernier, à Sao Paulo, était dirigé par le chef italien Francesco Lotoro, qui a passé 30 ans à rassembler la musique. Le concert a inauguré les commémorations des 60 000 membres de la communauté juive de la ville à l’occasion du 75e anniversaire de la libération des camps de concentration.

« La musique peut devenir la dernière volonté de certaines personnes. J’ai entrepris la mission de faire revivre ces œuvres et de les enseigner, de le jouer, de les chanter et de les faire fredonner par tous afin de perpétuer la vie là où il y a eu la mort « , dit Lotoro, qui a recensé environ 1 600 compositeurs et retranscrit plus de 8 000 œuvres musicales.

« En tant que Juif, j’ai le sentiment que c’est une mitsva« , a déclaré Lotoro.

« Mais je pense que si je n’étais pas devenu Juif, je l’aurais fait de toute façon », a ajouté Lotoro, qui a été élevé dans la religion catholique et s’est converti au judaïsme à l’âge de 39 ans.

Une partition écrite sur du papier hygiénique récupérée d’un camp de concentration pendant la Shoah. (Crédit : Francesco Lotoro)

A l’entrée du concert, une exposition photo de survivants de la Shoah a été installée.

« Ce projet montre les plus grands symboles de la résistance juive à la Shoah. C’est un héritage pour l’humanité », se réjouit Eduardo El Kobbi, président du Fonds national juif du Brésil, l’organisation qui a sponsorisé l’évènement.

Francesco Lotoro, chef d’orchestre italien et pianiste, qui a passé 30 ans à réunir des partitions composées dans les camps de concentration. (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

« Le concert est un hommage à la mémoire de l’ensemble de la communauté juive, parce que nombre de ses membres ont subi sans raison des atrocités et des souffrances », a déclaré Celso Lafer, un militant juif qui a été ministre des Affaires étrangères du Brésil à deux reprises.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...