Cascades et explosion de fleurs attirent les Israéliens lassés des élections
Rechercher

Cascades et explosion de fleurs attirent les Israéliens lassés des élections

Alors que le printemps touche à sa fin, la rivière Saar coule encore à flot grâce à l'hiver pluvieux et la fonte des neiges du mont Hermon

La rivière Saar sur le Plateau du Golan, le 3 avril 2019 (Sue Surkes/Times of Israël)
La rivière Saar sur le Plateau du Golan, le 3 avril 2019 (Sue Surkes/Times of Israël)

En cette fin de printemps, vous pouvez encore voir la terre exposer ses plus belles couleurs, particulièrement dans le nord du pays, qui propose une myriade de couleurs de fleurs qui auront disparu dans quelques semaines avec la hausse des températures.

Sur le plateau du Golan, la rivière Saar coule encore à flot comme elle ne l’a plus fait depuis des années, grâce aux pluies d’hiver abondantes après une longue période de sécheresse et à la fonte des neiges du mont Hermon.

Ici, les chutes d’eau jaillissent encore et les berges sont recouvertes d’un tapis de buglosse d’une couleur bleu-mauve et de bulbes de scille d’Hyacinthe, d’euphorbes sauvages de couleur vert citron, et marguerites jaunes et blanches, et en amont, du rouge vif des anémones et de coquelicots.

Des peupliers aux reflets argentés semblent entrer en compétition avec le vert sombre de lauriers-roses des berges. Les jeunes feuilles des chênes sont encore d’un vert clair, tandis que celui des pistachiers est d’un rouge temporaire, protecteur des rayons UV.

C’est le propre jardin de Dieu, peint dans une palette de couleurs qui n’obéit à aucune règle, plongé dans une ultime explosion de fécondité avant que la danse annuelle entre les fleurs remplies de nectar et leur insectes, des messagers qui transportent du pollen, n’arrive à son terme.

Pendant le week-end, on avait l’impression que la moitié d’Israël était venu s’émerveiller devant le trésor de la Saar – pour photographier l’eau qui se précipite (et particulièrement eux-mêmes) sur le pont au début d’un sentier naturel, et pour faire une randonnée pendant deux ou trois heures.

Après une campagne électorale clivante et qui a laissé des traces, cela faisait du bien de voir autant d’Arabes et de Juifs, sans parler des Druzes (qui portaient des poignées d’asperges sauvages cueillies en chemin) profiter de la nature et des pique-nique avant d’aller se baigner.

Des jeunes nagent dans une partie paisible de la rivière Saar sur le Plateau du Golan, le 14 avril 2019 (Sue Surkes/Times of Israel)
Une femme Druze se repose à l’ombre d’un chêne à proximité du village doute d’En Kinya à la fin du chemin de randonnée de la rivière Saar sur le Plateau du Golan, le 14 avril 2019 (Sue Surkes/Times of Israel)
Un barbecue sur les berges de la rivière Saar sur le Plateau du Golan, le 14 avril 2019 (Sue Surkes/Times of Israel)
L’arum, qui ressemble et sent comme de la viande pourrie pour attirer des insectes pollinisateur à côté de la rivière Saar sur le Plateau du Golan, le 14 avril 2019 (Sue Surkes/Times of Israel)
Les couleurs brun-roux de jeunes pistachiers le long de la rivière Saar sur le Plateau du Golan, le 14 avril 2019 (Sue Surkes/Times of Israël)
Une chute d’eau à la rivière Saar sur le Plateau du Golan, le 14 avril 2019 (Sue Surkes/Times of Israël)
Une anémone couleur rouge vif, dont le centre noir trompe les scarabées qui pensent ‘Il y a un scarabée dedans, cela doit valoir le coup de visiter!’ Photographiée à la rivière Saar sur le Plateau du Golan, le 14 avril 2019 (Sue Surkes/Times of Israël)
L’arum, qui ressemble et sent comme de la viande pourrie pour attirer des insectes pollinisateur à côté de la rivière Saar sur le Plateau du Golan, le 14 avril 2019 (Sue Surkes/Times of Israël)
L’euphorbe sauvage sur les berges de la rivière Saar sur le Plateau du Golan, le 14 avril 2019 (Sue Surkes/Times of Israël)
De l’ail sauvage sur les berges de la rivière Saar sur le Plateau du Golan, le 14 avril 2019 (Sue Surkes/Times of Israël)
Une buglosse vipère violet sur les berges de la rivière Saar sur le Plateau du Golan, le 14 avril 2019 (Sue Surkes/Times of Israël)
De l’orge et de l’avoine sauvages sur les berges de la rivière Saar sur le Plateau du Golan, le 14 avril 2019 (Sue Surkes/Times of Israël)
Des bulbes d’Hyacinthe avec les vestiges de la forteresse de Nimrod datant de l’époque des Croisades visible dans le fond, sur le Plateau du Golan, le 14 avril 2019 (Sue Surkes/Times of Israël)
Des marguerites sur les berges de la rivière Saar sur le Plateau du Golan, le 14 avril 2019. (Sue Surkes/Times of Israël)
Des Israéliens barbotent dans les eaux fraîches de la rivière Saar sur le Plateau du Golan, le 14 avril 2019 (Sue Surkes/Times of Israël)
Le foule de visiteurs sur le pont de la rivière Saar sur le Plateau du Golan, le 14 avril 2019 (Sue Surkes/Times of Israël)
Une chute d’eau de la rivière Saar sur le Plateau du Golan, le 14 avril 2019 (Sue Surkes/Times of Israël)
Des anémones, des coquelicots et des marguerites sur les berges de la rivière Saar sur le Plateau du Golan, le 14 avril 2019 (Sue Surkes/Times of Israël)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...