Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

Ces olim qui ont fui les conflits en Éthiopie et sont rattrapés par la guerre en Israël

Quelques mois après leur alyah, un groupe d'olim a dû être évacué d'un centre d'intégration près de Sderot, non loin de Gaza, sous les roquettes

Sue Surkes est la journaliste spécialisée dans l'environnement du Times of Israel.

  • De jeunes olim originaires d'Éthiopie interprètent une chanson à la mémoire d'Ofir Libstein, chef du Conseil régional de Shaar Hanegev, tué lors d'une fusillade avec des terroristes, le 11 octobre 2023. (Avec l'aimable autorisation de Turu Dabasu, Agence juive)
    De jeunes olim originaires d'Éthiopie interprètent une chanson à la mémoire d'Ofir Libstein, chef du Conseil régional de Shaar Hanegev, tué lors d'une fusillade avec des terroristes, le 11 octobre 2023. (Avec l'aimable autorisation de Turu Dabasu, Agence juive)
  • Deux jeunes olim originaires d'Éthiopie s'affairent sur un puzzle au Nir Etzion Resort, dans le nord d'Israël, le 15 octobre 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israël)
    Deux jeunes olim originaires d'Éthiopie s'affairent sur un puzzle au Nir Etzion Resort, dans le nord d'Israël, le 15 octobre 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israël)
  • Des enfants immigrés d'Éthiopie montrant leurs marionnettes au centre de villégiature de Nir Etzion, dans le nord d'Israël, le 11 octobre 2023. (Crédit : Embet Chekol/Agence juive)
    Des enfants immigrés d'Éthiopie montrant leurs marionnettes au centre de villégiature de Nir Etzion, dans le nord d'Israël, le 11 octobre 2023. (Crédit : Embet Chekol/Agence juive)
  • Anagu Walle, photographiée avec trois de ses enfants, de gauche à droite, Mrte, Ermes et Yohanis, au Nir Etzion Resort, dans le nord d'Israël, le 15 octobre 2023. (Avec l'aimable autorisation d'Embet Chekol, Agence juive)
    Anagu Walle, photographiée avec trois de ses enfants, de gauche à droite, Mrte, Ermes et Yohanis, au Nir Etzion Resort, dans le nord d'Israël, le 15 octobre 2023. (Avec l'aimable autorisation d'Embet Chekol, Agence juive)
  • Turu Dabasu devant l'entrée du Nir Etzion Resort, le 15 octobre 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israël)
    Turu Dabasu devant l'entrée du Nir Etzion Resort, le 15 octobre 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israël)
  • De jeunes olim originaires d'Éthiopie en plein activité créative au Nir Etzion Resort, dans le nord d'Israël, en octobre 2023. (Avec l'aimable autorisation d'Embet Chekol, Agence juive)
    De jeunes olim originaires d'Éthiopie en plein activité créative au Nir Etzion Resort, dans le nord d'Israël, en octobre 2023. (Avec l'aimable autorisation d'Embet Chekol, Agence juive)
  • De récents olim originaires d'Éthiopie jouent aux cartes au Nir Etzion Resort, dans le nord d'Israël, le 15 octobre 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israël)
    De récents olim originaires d'Éthiopie jouent aux cartes au Nir Etzion Resort, dans le nord d'Israël, le 15 octobre 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israël)

Lorsque Anagu Walle, son mari et sept de ses huit enfants ont dû se protéger des affrontements entre milices armées et forces de sécurité éthiopiennes à Gondar en début d’année, Israël a représenté une sorte de bouée de sauvetage dans la tempête. Mais cinq mois après avoir immigré, ils sont à nouveau pris dans la tourmente de la guerre.

« Personne ne nous a parlé de quelconques problèmes de sécurité », explique Walle, évacuée d’un centre d’intégration pour olim situé près de Sderot, à quelques pas de Gaza, en direction des collines du Carmel, dans le nord du pays, en ce dimanche 8 octobre.

« La première fois que nous avons entendu parler de roquettes, c’est par la nièce de mon mari, qui a fait son alyah il y a six mois, un mois avant nous. »

La nièce a donc vécu l’opération Bouclier et Flèche, en mai dernier, menée par Israël à Gaza avec l’assassinat ciblé de trois membres importants du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien.

Lorsqu’elle a entendu la première sirène, le samedi 7 octobre, Walle se souvient s’être figée. « Ma fille de 23 ans m’a dit : ‘Maman, c’est l’alerte. Rassemblons les enfants et allons à l’abri’. »

Depuis longtemps la cible de tirs de roquettes en provenance de Gaza, Sderot fait l’objet d’attaques répétées depuis l’assaut sanglant des terroristes du Hamas, le 7 octobre dernier. Dès le dimanche, les autorités ont évacué les habitants qui s’y trouvaient encore, en prévision d’une incursion terrestre israélienne dans la bande de Gaza.

Le 8 octobre donc, la famille de Walle a fait partie des 531 olim évacués par bus du centre d’intégration Ibin de Sderot. 451 d’entre eux, parmi lesquels 120 enfants âgés de 12 ans et moins, ont été envoyés dans un centre de villégiature de la communauté coopérative religieuse de Nir Etzion, au sud de Haïfa. Les autres se trouvent dans la ville voisine de Zichron Yaakov ou à l’hôtel Park, dans la ville côtière de Netanya.

De récents olim originaires d’Éthiopie jouent aux cartes au Nir Etzion Resort, dans le nord d’Israël, le 15 octobre 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israël)

Lorsque la journaliste auteure de cet article s’est rendue à Nir Etzion, les enfants évacués du centre d’intégration jouaient sur les pelouses ou étaient assis dans le hall, occupés à faire des puzzles ou jouer à des jeux, tandis que des pères jouaient aux cartes.

L’Agence juive a dépêché 12 personnes pour les accompagner, et ce depuis leur arrivée en Israël.

La coordinatrice de l’équipe, Turu Dabasu, 27 ans, qui a elle-même immigré d’Éthiopie il y a de cela 20 ans, remarque que les olim installés en Israël depuis un certain temps sont habitués aux sirènes et aux roquettes de Gaza.

Mais l’incursion du Hamas et les massacres sanglants perpétrés par les terroristes dans les communautés de la région de Gaza sont inimaginables, même par quelqu’un installé de longue date dans ce pays. Ces nouveaux olim sont aujourd’hui sous le choc.

De jeunes olim originaires d’Éthiopie en plein activité créative au Nir Etzion Resort, dans le nord d’Israël, en octobre 2023. (Avec l’aimable autorisation d’Embet Chekol, Agence juive)

Avec l’aide de bénévoles de Nir Etzion et des communautés environnantes, « nous essayons d’organiser deux activités par jour », explique Dabasu. « Nous avons organisé des ateliers de marionnettes pour les enfants et d’humour pour les adultes. Nous avons aussi des structures gonflables géantes, un magicien et un jongleur pour les enfants. »

Jeudi, l’équipe a marqué le jour où un groupe d’enfants aurait dû avoir sa bar et sa bat mitzvah.

Une jeune olim originaire d’Ethiopie se fait tresser les cheveux en l’honneur du jour où elle aurait du célébrer sa bat mitzvah, si la guerre n’avait pas éclaté en Israël. Nir Etzion Resort, dans le nord d’Israël, le 12 octobre 2023. (Avec l’aimable autorisation de Turu Dabasu)

On a fait venir des coiffeurs pour les filles et organisé des chants pour les garçons en mémoire de feu Ofir Libstein, le chef du Conseil régional de Shaar Hanegev, tué le 7 octobre dernier lors d’une fusillade avec des terroristes.

Des Israéliens d’origine éthiopienne ont apporté des plats traditionnels à l’hôtel et organisé une cérémonie du café. « Cela a permis de commencer à parler de sujets complexes », explique M. Dabasu.

Embet Chekol, qui travaille habituellement dans un centre d’intégration de Kiryat Yam, dans le nord d’Israël, a été envoyée en renfort à Nir Etzion. Elle explique : « Les femmes éthiopiennes sont très fermées. Culturellement, on leur recommande de ne pas montrer leurs émotions. Pendant l’atelier de rire, elles riaient aux éclats. C’est tellement important pour elles de s’ouvrir. »

Certaines cicatrices émotionnelles sont déjà apparentes, en particulier chez les enfants.

Depuis le début de la guerre, Mrte, 12 ans, et Ermes, 7 ans, refusent d’aller aux toilettes sans être accompagnés d’un parent, d’un frère ou d’une sœur.

Turu Dabasu devant l’entrée du Nir Etzion Resort, le 15 octobre 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israël)

Nombre de ces récents olim ont quitté il y a peu leur pays d’origine, en proie à des violences toujours plus intenses.

« Nous nous sentions extrêmement menacés à Gondar », confie Walle en amharique, tandis qu’Embet Chekol traduit. « Nous restions enfermés chez nous 24 heures sur 24. Economiquement, c’était très compliqué. »

Walle et son mari agriculteur ont attendu 11 ans dans leur ville natale d’Ismala, dans le centre-ouest de l’Éthiopie, et neuf mois de plus à Gondar, dans le nord-ouest, avant d’obtenir le feu vert pour rejoindre leurs proches en Israël.

Walle a laissé derrière elle ses parents âgés et malades et sa belle-mère. Le plus difficile, confie-t-elle, a été de se séparer de sa fille de 26 ans, mariée et mère de deux enfants, qui n’est pas encore sur la liste des personnes prévues pour le vol Addis-Abeba/Tel-Aviv.

Lorsqu’on lui demande si elle regrette d’être venue en Israël, pays aujourd’hui en guerre, Walle répond : « Absolument pas. Notre famille est ici. Et surtout, nous sommes juifs. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.