Charlie Hebdo sortira un numéro spécial tiré à près d’un million d’exemplaires
Rechercher

Charlie Hebdo sortira un numéro spécial tiré à près d’un million d’exemplaires

Un an après l'attentat, le journal satirique veut rendre hommage aux disparus tués par deux djihadistes le 7 janvier 2015

Le premier numéro de Charlie Hebdo publié après les attentats du 7 janvier 2015. (Crédit : Bertrand Guay/AFP)
Le premier numéro de Charlie Hebdo publié après les attentats du 7 janvier 2015. (Crédit : Bertrand Guay/AFP)

Un an après l’attentat qui avait décimé sa rédaction à Paris le 7 janvier dernier, l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo sortira le 6 janvier un numéro spécial, qui sera tiré à près d’un million d’exemplaires, a-t-on appris mercredi auprès du journal.

Ce numéro double – 32 pages au lieu de 16 – vendu au prix habituel de trois euros, comportera un cahier de dessins des disparus – Charb, Honoré, Cabu, Wolinski, Tignous, les dessinateurs assassinés le 7 janvier par deux jihadistes – ainsi que ceux des dessinateurs actuels et des messages de soutien de personnalités.

Pour ce numéro, l’hebdomadaire satirique a reçu une demande importante de certains pays comme l’Allemagne, où les diffuseurs souhaitent recevoir 50.000 exemplaires.

Actuellement, le journal se vend à environ 100.000 exemplaires en kiosque, dont 10.000 à l’international, auxquels s’ajoutent 183.000 abonnements.

Une semaine après l’attentat, qui avait fait 12 morts à Charlie Hebdo, le journal satirique avait publié un « numéro des survivants », avec en Une un dessin de Mahomet sous le titre « Tout est pardonné », qui s’était arraché à 7,5 millions d’exemplaires en France et dans le monde.

Le journal a ensuite repris son rythme hebdomadaire du mercredi, et ses ventes en kiosque sont peu à peu revenues à un niveau plus normal, passant de 750.000 en moyenne en juin à 300.000 en septembre. Actuellement, elles ne baissent plus après s’être stabilisées autour de 100.000, selon le directeur financier, Eric Portheault.

Avant l’attentat, Charlie Hebdo, qui traversait de grandes difficultés financières, ne se vendait qu’à environ 30.000 exemplaires par semaine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...