Rechercher

Chef du Mossad : des attentats iraniens sont déjoués chaque jour à travers le monde

Selon David Barnea, les armes de pointe fournies par Téhéran à la Russie, sont en "augmentation" et les espoirs occidentaux de parvenir à un accord nucléaire, sont "absurdes"

Le président Isaac Herzog (à droite) et le chef du Mossad David Barnea allument la Hanoukka à la Maison du président, le 22 décembre 2022. (Crédit : Haim Tzach/GPO)
Le président Isaac Herzog (à droite) et le chef du Mossad David Barnea allument la Hanoukka à la Maison du président, le 22 décembre 2022. (Crédit : Haim Tzach/GPO)

Le chef du Mossad, David Barnea, a averti lors d’un discours jeudi que l’Iran continuait à mener des opérations contre Israël au quotidien et a affirmé que l’Iran bernait le monde entier au sujet de sa fourniture d’armes à la Russie.

Lors d’un événement organisé pour les employés du Mossad à la Résidence du Président à Jérusalem, Barnea a déclaré que le Mossad « continuait à lancer des avertissements concernant l’avenir et les intentions de l’Iran, que ce dernier tente de dissimuler », ajoutant que l’Iran était activement en train « de consolider et d’augmenter sa fourniture d’armes sophistiquées à la Russie ».

L’Iran a été accusé à plusieurs reprises de fournir à la Russie des armes offensives utilisées lors de son invasion de l’Ukraine, dont les drones suicide Shahed utilisés ces derniers mois par l’armée russe, ce que l’Iran nie.

« Nous lançons un avertissement sur les intentions de l’Iran de développer son programme d’enrichissement de l’uranium, et sur son intention de développer son influence sur les pays musulmans amis de la région et ce, par différents moyens », a déclaré Barnea aux employés du Mossad.

Il a ajouté que le régime iranien était « impudent », et que « lorsqu’un des bras envoie des diplomates iraniens à Vienne pour des négociations, l’autre bras envoie des terroristes iraniens pour tuer des innocents dans le monde entier, simplement parce qu’ils sont israéliens ou juifs. »

Le chef du Mossad s’en est également pris aux dirigeants occidentaux, qui, selon lui, cherchent à conclure un accord « absurde » avec l’Iran. Au début de l’année, un accord nucléaire entre les puissances occidentales et le régime iranien semblait imminent, avant qu’un différend sur des sites nucléaires iraniens présumés non déclarés ne mette un terme aux discussions.

La répression brutale des manifestations en Iran au cours des derniers mois a encore plus éloigné la perspective d’un accord.

« Est-ce là le pays avec lequel le monde libre veut signer un quelconque accord ? » a déclaré Barnea. « Nos yeux resteront ouverts, nous redoublerons de vigilance ».

Natanz, dans la province centrale d’Ispahan, abrite la principale installation d’enrichissement de l’uranium du pays. (Crédit : AP)

« Je répète ma promesse, que j’ai faite ici l’année dernière également, que l’Iran n’aura pas d’armes nucléaires… jamais. C’est mon engagement, c’est l’engagement de l’institution. »

Gabi Portnoy, haut responsable de la cybersécurité, a également attesté du déferlement d’attaques iraniennes, déclarant à la chaîne publique Kan news qu’Israël « fait face à des dizaines de [cyber] attaques iraniennes par mois. »

Portnoy a également évoqué la « défaillance » de la sécurité qui a permis à des pirates iraniens d’accéder aux images des caméras de sécurité de l’explosion meurtrière survenue à l’arrêt de bus de Jérusalem le mois dernier.

Les agences de sécurité « ont fait plus que le minimum requis » dans cet incident, « mais c’est un événement marginal qui ne mérite pas plus d’attention qu’il n’en a déjà reçu… », a-t-il déclaré.

Barnea a profité de son discours pour faire l’éloge du mouvement de protestation iranien, qui a débuté il y a plus de trois mois après le meurtre de Mahsa Amini à Téhéran.

« Le régime iranien a choisi de répondre aux protestations par une brutalité sans limite, en tirant sans discernement sur les femmes, les filles et même les enfants.

« Des centaines de personnes sont assassinées dans les rues, sans protection, sans défense… les manifestants n’ont plus peur, ils ont perdu leur peur », a-t-il déclaré.

Le chef du Mossad a rappelé les bonnes relations qui existaient entre Jérusalem et Téhéran avant la révolution islamique de 1979. « J’espère que nous pourrons y revenir. Pas demain, pas dans un an. On ne peut pas, pour le moment, savoir quand cela sera possible, mais les graines du changement sont déjà visibles. »

Barnea s’est exprimé lors à la 13e édition de la soirée annuelle de remise des prix du Mossad, au cours de laquelle 12 employés du Mossad ont été récompensés pour leur excellence dans leurs différents rôles.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.