Chéri(e), j’ai rétréci la voiture
Rechercher

Chéri(e), j’ai rétréci la voiture

City Transformer développe un véhicule hybride entre une moto électrique et une petite voiture à quatre roues qui peut s’élargir ou se rétrécir

Illustration d'une voiture  City Transformer  (Autorisation)
Illustration d'une voiture City Transformer (Autorisation)

Une voiture qui puisse adapter sa dimension en fonction de vos besoins, et se rétrécir quand vous êtes arrivés à votre destination, a longtemps représenté un rêve lointain pour les frustrés des embouteillages et des places de parking minuscules.

L’entreprise City Transformer, basée dans la ville du centre d’Israël de Kfar Netter, cherche à réduire les embouteillages en créant une voiture qui puisse s’agrandir ou se rétrécir en fonction des besoins. Le véhicule, que la société développe, dispose de quatre roues et d’un châssis qui peut s’agrandir d’un mètre à 1,44 mètre de largueur, passant ainsi d’un véhicule semblable à une moto vers une petite voiture plus stable et vice versa.

Le concept de voitures « ne marche plus » pour les villes, a déclaré le co-fondateur et responsable en chef de l’innovation Uri Meridor dans un entretien avec The Times of Israël. « Une voiture est un véhicule d’1,5 tonne utilisée par une seule personne. Cela n’a juste aucun sens ».

Selon Meridor, quatre véhicules City Transformer pourraient rentrer dans une place de parking standard si on les alignait perpendiculairement au trottoir.

A cause des difficultés liées à la circulation et au manque flagrant de parking, de nombreux conducteurs préfèrent laisser leurs voitures à la maison, en gardant jalousement leurs places de parking, pour opter plutôt pour un taxi.

« Les millenials n’utilisent pas les voitures » autant que les jeunes adultes dans le passé, a-t-il déclaré. Alors que la voiture était autrefois symbole de liberté pour ceux qui avaient 16 ou 18 ans, aujourd’hui de moins en moins de jeunes millenials des grandes villes passent leur permis de conduire.

En effet, aux Etats-Unis en 2014, seulement 75 % des jeunes âgés de 20 à 24 ans avaient un permis de conduire, selon un rapport de l’Institut de Recherche des Transports de l’Université du Michigan. Le chiffre de 76,6 % a continué à diminuer depuis les 79,7 % en 2011, les 82 % en 2008 et
91,8 % en 1983, selon le rapport.

« Les villes ont besoin de quelque chose de différent » pour les transports, a déclaré Meridor. « Notre produit est la combinaison entre une voiture et une moto. La seule façon de faciliter l’infrastructure et d’avoir un environnement plus vert passe par l’utilisation de voitures plus petites ».

Dans le véhicule à quatre roues de City Transformer, la structure de base – le châssis – est pliable et peut s’agrandir ou se rétrécir en fonction des besoins, tandis que l’habitacle ne change pas de taille.

Quand la structure est ouverte, le véhicule offre de la stabilité et l’expérience de conduite d’une voiture plus petite, a déclaré Meridor. Il dispose d’un toit et d’une carrosserie, il y a de la place pour un passager derrière. Le véhicule est équipé avec des air bags, de l’air conditionné et d’autres éléments de conforts d’une voiture.

Dans sa forme réduite – à l’origine conçue seulement pour le parking, mais qui sera utilisée pour la conduite dans d’autres phases – le véhicule mesure la taille d’une moto, mais avec quatre roues, a expliqué Meridor.

Le véhicule peut rouler à 45 km par heure en mode réduit et jusqu’à 90 km par heure dans sa forme élargie. Il ne change pas de longueur avec 2,35 mètres et peut rouler entre 100 et 150 kilomètres à chaque charge.

Uri Meridor, co-fondateur de City Transformer (Autorisation)

« Je compare mon véhicule à d’autres solutions comme un e-scooter, ou une moto ou d’autres petites voitures électriques, comme la voiture Smart de Daimler par exemple, a-t-il déclaré.

De fait, l’un des pères de la petite voiture de ville « Smart », le professeur Johann Tomforde, sert de consultant et de conseiller en design pour la City Transformer.

L’entreprise, fondée en 2014 par Meridor et Asaf Formoza, les PDG, cherche maintenant à lever 10 millions de dollars pour construire un prototype.

La start-up prévoit d’assembler les 10 premiers véhicules pour des mener des essais à Tel Aviv, si possible d’ici un an, a-t-il déclaré.

La voiture sera plus abordable qu’un véhicule de taille normale, a déclaré Meridor, avec un prix fixé autour de 10 000 dollars.

« Nous voulons que le véhicule ne soit pas cher à acheter et à entretenir. Cela sera plus comme un gadget, pas cher et respectueux de l’environnement. L’idée est de mettre à jour le gadget avec des nouveaux équipements au fur et à mesure, et pas d’acheter un nouveau véhicule tous les deux, trois ans ».

En plus du produit en lui-même, City Transformer cherche à créer une communauté entière autour de voitures, il s’agira de personnaliser le design selon les préférences de l’acheteur ; si un design remporte du succès et d’autres utilisateurs sont intéressés par le produit, alors le designer amateur sera payé pour l’idée, a expliqué Meridor. L’entreprise veut aussi favoriser le partage de la voiture quand les conducteurs sont à l’étranger.

L’Europe et Israël seront les deux premiers marchés pour les véhicules, ensuite suivis par les Etats-Unis et l’Asie. L’entreprise a fait une demande d’homologation comme quadricycle en Europe, et travaille pour obtenir les permis nécessaires. Aujourd’hui, la Renault Twizy est la seule quadricycle sur la route, a-t-il déclaré.

Le City Transformer a déposé un brevet pour sa technologie repliable et pense que les voitures autonomes feront aussi partie de son avenir. « Une voiture autonome sera la deuxième phase » de développement du véhicule, a-t-il déclaré.

L’entreprise travaille étroitement avec des start-ups pour adapter et adopter des nouvelles technologies sur son véhicule, « alors notre produit sera vraiment à la pointe de l’innovation ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...