Cisjordanie : 40 millions de shekels promis pour la sécurité des implantations
Rechercher

Cisjordanie : 40 millions de shekels promis pour la sécurité des implantations

Netanyahu dit que ces fonds entreront dans le cadre de la "préservation de la vie et de la sécurité de tous nos frères" en Cisjordanie

(De gauche à droite) Le président du Conseil régional de la vallée du Jourdain, David Elhayani, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le secrétaire de cabinet Tzachi Braverman applaudissent après que le gouvernement a autorisé la légalisation de l'avant-poste Mevoot Yericho lors de la réunion hebdomadaire du cabinet au Conseil régional de la vallée du Jourdain, le 15 septembre 2019. (Haim Tzach/GPO)
(De gauche à droite) Le président du Conseil régional de la vallée du Jourdain, David Elhayani, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le secrétaire de cabinet Tzachi Braverman applaudissent après que le gouvernement a autorisé la légalisation de l'avant-poste Mevoot Yericho lors de la réunion hebdomadaire du cabinet au Conseil régional de la vallée du Jourdain, le 15 septembre 2019. (Haim Tzach/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a promis des dizaines de millions de shekels pour la Cisjordanie, jeudi soir, alors que le cabinet par intérim devrait donner le feu vert à des financements sécuritaires au début de la semaine prochaine.

S’exprimant devant les responsables de l’organisation-cadre du conseil de Yesha pro-implantations, Netanyahu a indiqué que le gouvernement approuvera dimanche l’octroi de 40 millions de shekels qui seront destinés à la sécurité et aux postes de réponse d’urgence de Cisjordanie.

« Nous continuons à renforcer le mouvement pro-implantations et à l’aider », a dit Netanyahu au cours de la réunion, selon un communiqué émis par le bureau du Premier ministre.

« On ne nous déracinera pas de là-bas », a-t-il ajouté.

Ces fonds comprendront la somme de 34,5 millions de shekels pour les besoins sécuritaires des implantations et celle de 5,5 millions de shekels pour les services de secours du Magen David Adom en Cisjordanie.

Les ministres vont également allouer 3,6 millions de shekels supplémentaires aux centres d’aide psychologique, a noté le bureau du Premier ministre.

Ces financements, a clamé Netanyahu, entreront dans le cadre de la « préservation de la vie et de la sécurité de tous nos frères » en Cisjordanie.

Affrontements entre manifestants palestiniens et soldats israéliens à Kfar Qaddum, près de Naplouse en Cijsordanie, le 19 juillet 2019. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Netanyahu a également salué, jeudi, les forces de sécurité pour la démolition des habitations, en Cisjordanie, de quatre Palestiniens accusés d’avoir assassiné un élève de yeshiva lors d’une attaque terroriste commise au mois d’août.

Les militaires ont annoncé avoir détruit les quatre logements à Beit Kahil, dans le sud de la Cisjordanie, aux premières heures de la journée de jeudi – après que les appels déposés auprès de la justice par les familles des suspects ont été rejetés par la haute-cour.

« Nous avons démoli les habitations des assassins vils de Dvir Sorek, que son souvenir soit béni », a dit Netanyahu dans un communiqué, jurant de « blesser ceux qui nous font du mal ».

David Elhyani, allié de Netanyahu, récemment élu à la tête de l’organisation-cadre, aurait, selon le même communiqué, salué le Premier ministre qui, selon lui, a « encore une fois prouvé [sa] loyauté, [sa] détermination et [sa] persistance à développer les implantations en Judée-Samarie et dans la vallée du Jourdain ».

Netanyahu avait placé au cœur de sa campagne de réélection les habitants d’implantations et leurs soutiens. Il avait notamment juré, au mois de septembre, d’annexer la vallée du Jourdain.

Israël semble se diriger vers un troisième scrutin en moins d’un an, après deux votes qui ont eu lieu au mois d’avril et au mois de septembre et qui ont échoué à permettre la mise au place d’une coalition au pouvoir.

La semaine dernière, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a fait savoir que les Etats-Unis avaient adouci leur positionnement vis-à-vis des implantations en Cisjordanie, disant qu’ils ne les considéreraient pas automatiquement comme illégales au regard de la loi internationale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...