L’armée démolit la maison des suspects du meurtre de Dvir Sorek
Rechercher

L’armée démolit la maison des suspects du meurtre de Dvir Sorek

L'armée a indiqué avoir détruit quatre structures à Beit Kahlil plusieurs mois après l'arrestation des suspects, en août

Dvir Sorek, un étudiant de yeshiva et soldat de Tsahal qui n'était pas en service, a été retrouvé poignardé à mort près d'une implantation en Cisjordanie, le 8 août 2019.(Autorisation de la famille)
Dvir Sorek, un étudiant de yeshiva et soldat de Tsahal qui n'était pas en service, a été retrouvé poignardé à mort près d'une implantation en Cisjordanie, le 8 août 2019.(Autorisation de la famille)

L’armée a confirmé jeudi dans un communiqué avoir rasé à l’aube les maisons de Palestiniens accusés d’avoir tué en étudiant en yeshiva en août.

D’après le site palestinien Quds News, les soldats israéliens ont démoli au moins deux maisons à Beit Khalil, près de Hébron. L’armée a déclaré avoir détruit les maisons de quatre suspects.

Les cousins Nasir Asafra, 24 ans et Qassem Asafra, 30 ans, ont été arrêtés en août et accusé d’avoir poignardé à mort Dvir Sorek, 18 ans, alors qu’il se rendait vers son établissement d’études religieuses de Cisjordanie, où il était inscrit dans le cadre d’un programme combinant service militaire et études juives. Bien qu’il se soit enrôlé dans l’armée, Sorek n’avait pas encore commencé son service militaire.

L’armée israélienne en pleine chasse à l’homme à la recherche du tueur de Dvir Sorek, dans le village de Beit Fajjar, en Cisjordanie, le 8 août 2019. (Crédit : armée israélienne)

Trois autres ont été mis en examen pour faits de terrorisme ayant entraîné la mort.

L’armée a fait état d’affrontements jeudi matin entre les soldats et les habitants du village, qui ont protesté, lancé des pneus et des pierres.

Des photos et des vidéos publiées dans les médias palestiniens montrent une pelleteuse raser une structure et des soldats qui montent la garde devant les équipements lourds.

Israël a pour politique de démolir des maisons des Palestiniens qui sont responsables d’attaques mortelles contre des Israéliens, estimant qu’il s’agit d’une forme de dissuasion. Les critiques dénoncent cela comme une forme de punition collective qui met des familles à la rue et entraîne encore plus de violence.

Le ministre de la Défense par intérim Naftali Bennett a réagi à l’annonce de la démolition de la maison en assurant que ceux qui commettent des attaques ne resteront pas impunis.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le ministre de la Défense Naftali Bennett lors d’une visite sur la frontière nord, le 24 novembre 2019. (Haim Zach/GPO)

« Malheureusement, nous ne pouvons pas garantir qu’il n’y aura plus de terrorisme, mais nous faisons payer un prix lourd à quiconque lève la main sur un citoyen israélien », a-t-il dit.

Yoav Sorek, le père de Dvir, a déploré que la démolition n’ait pas eu lieu plus tôt « quand cela aurait renforcé la force de dissuasion et aurait peut-être pu stopper la prochaine attaque. Les précautions extrêmes et le droit de report par la cour font abstraction du fait que les maisons ne sont pas des vies, on peut les reconstruire ».

Le Fatah a réagi en annonçant une grève générale, notamment dans les écoles, à Beit Khalil, « au nom de l’identification et de la solidarité avec les combattants dont les maisons ont été détruites par l’occupation », a rapporté le site Walla.

De plus, un porte-parole du Hamas a déclaré que ces démolitions s’inscrivaient dans une « attitude terroriste raciste constante et dans l’agression constante contre notre peuple »

Selon l’acte d’accusation déposé en octobre, Nasir Asafra et Qassem Asafra avaient élaboré un plan pour kidnapper et tuer un résident d’implantation. Lorsqu’ils ont repéré Sorek, qui descendait d’un bus à Migdal Oz, dans le bloc d’implantations du Gush Etzion au sud de Jérusalem, ils se sont approchés de lui en voiture et l’ont poignardé à mort.

Qassem aurait conduit la voiture, et Nasir aurait poignardé Sorek.

Des soldats israéliens près de Migdal Oz, en Cisjordanie, le 8 août 2019, après la découverte d’un étudiant du séminaire, Dvir Sorek, poignardé à mort. (Crédit : Gershon Elinson / Flash90)

Le corps de Sorek a été retrouvé quelques heures plus tard sur la route. Les deux Palestiniens ont été arrêtés à leur domicile à Beit Kahil, près de Hébron, deux jours après le meurtre.

Outre les deux cousins, trois autres personnes ont été inculpés ce mois-ci pour avoir participé à la planification du meurtre. Inas, la femme de Qasseem, a en effet été accusée le mois dernier d’avoir aidé les deux hommes avant et après l’attaque au couteau. Ils sont tous soupçonnés d’avoir agi au nom du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Tsahal avait informé les familles de quatre des membres de la cellule qu’elle prévoyait de rader leurs maisons, et les familles avaient fait appel auprès de la Haute Cour pour empêcher ces démolitions.

Judah Ari Gross et Jacob Magid ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...