Comment « l’incompétent » Benny Gantz a fait pour arriver (presque) au sommet
Rechercher
Analyse

Comment « l’incompétent » Benny Gantz a fait pour arriver (presque) au sommet

Il n'est pas encore Premier ministre, mais l'ancien chef de l'armée a défié ses critiques et prouvé son courage politique face à l'indéboulonnable Benjamin Netanyahu

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Benny Gantz, chef du parti Kakhol lavan, lors d'un événement de campagne électorale à Ramat Gan, le 25 février 2020. (Gili Yaari/Flash90)
Benny Gantz, chef du parti Kakhol lavan, lors d'un événement de campagne électorale à Ramat Gan, le 25 février 2020. (Gili Yaari/Flash90)

Depuis plusieurs jours maintenant, la stratégie de Benny Gantz pour construire une coalition en a déconcerté plus d’un.

Après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a appelé à un gouvernement d’unité jeudi, dans un contexte de mise à l’arrêt sans précédent de l’économie israélienne pour endiguer l’épidémie de coronavirus, la réaction de Gantz a semblé creuse et peu convaincante.

Il a répondu jeudi soir en disant qu’il accueillait favorablement une coalition d’unité, mais a exigé une condition pour que son parti Kakhol lavan la rejoigne : que Netanyahu forme un « large gouvernement national comprenant des représentants de toutes les parties de la chambre [la Knesset] » – c’est-à-dire incluant la Liste arabe unie.

Cette démarche a été surprenante. Les factions arabes constituant la Liste arabe unie sont un ensemble varié de libéraux, d’islamistes, de progressistes et d’ultra-nationalistes. La plupart sont ouvertement anti-sionistes, et certains ont exprimé ouvertement et avec fierté leur soutien aux terroristes cruels responsables de certaines des atrocités les plus infâmes jamais infligées aux Israéliens.

C’était également surprenant au sens étroit de la tactique politique. Pendant des mois, la campagne de Netanyahu reposait principalement sur l’affirmation selon laquelle son adversaire ne pouvait pas gouverner sans le soutien de la Liste arabe unie ; désormais, Gantz lui-même semble reconnaître cette dépendance.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu tient une conférence de presse au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 12 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash90)

La gauche a célébré cette initiative jeudi comme un geste en faveur de l’égalité, une injection inédite de représentants de la minorité arabe au cœur de la politique juive dominante. Mais Gantz n’est pas le progressiste idéaliste aux yeux étoilés que la droite prétend depuis un an. Il a été le chef d’état-major de l’armée israélienne qui a supervisé l’incursion de l’armée dans la bande de Gaza lors de la guerre de 2014 avec le Hamas. En 2006, pendant la Deuxième Guerre du Liban, alors qu’il dirigeait le commandement des forces terrestres, il a appelé à une campagne terrestre plus large au Liban. Dans les années qui ont précédé leur rivalité politique, Netanyahu n’a jamais cessé de louer son « calme » et sa « détermination ».

Alors pourquoi, au beau milieu de la pandémie de coronavirus, Gantz conditionnerait-il l’adhésion à un gouvernement d’unité d’urgence à l’inclusion des factions arabes – une auto-immolation politique et, du point de vue de Gantz lui-même, un compromis éthique de premier ordre ?

Une réponse simple : il semble avoir calculé que pour la première fois de leur histoire, les partis politiques arabes d’Israël, fraîchement couronnés d’une victoire sans précédent de 15 sièges aux urnes, en étaient finalement venus à jouer le jeu difficile de la politique de coalition israélienne. Finies les simples plaintes des marginaux, les postures sur les symboles, ou les campagnes rongées par des mises au défi de la majorité juive. Le président de la Liste arabe unie, le député Ayman Odeh, aspire à faire de lui-même et de sa communauté une force avec laquelle il faut compter dans les couloirs de la Knesset – et l’impasse dans laquelle se trouvent les Juifs lui a donné l’occasion de le faire.

Un signe du sérieux d’une formation politique peut être visible dans sa volonté de donner sobrement la priorité à ses nombreux objectifs et de sacrifier les moins importants pour ceux qui comptent le plus. Cela peut sembler évident, mais un parti comme Balad, l’une des quatre factions qui composent la Liste arabe unie, a prouvé au fil des ans qu’il ne pouvait pas regarder au-delà de son adhésion au nationalisme palestinien radical. Ses membres ont rejoint la flottille turque de 2010 pour Gaza, ont fait l’éloge d’un assassin d’enfants israéliens et ont même fait de l’espionnage pour le compte du groupe terroriste libanais Hezbollah.

Ce même Balad était le seul parti arabe qui ne pouvait se résoudre à soutenir Gantz, architecte vilipendé de la guerre de 2014, après les élections de septembre.

Mtanes Shihadeh de la Liste arabe unie, chef du parti Balad, assiste à un événement de campagne électorale à Tel-Aviv, le 20 août 2019. (Gili Yaari/Flash90)

Dimanche, cela a changé. le chef de file de Kakhol lavan a mis les partis arabes au centre de la scène, et ils ont montré – à eux-mêmes, à leurs électeurs et au monde politique juif israélien qui les observait attentivement – qu’ils pouvaient s’en sortir. Avec l’appui de Balad, Gantz disposait désormais de 61 recommandations pour le président, la plus mince des majorités qui lui donne maintenant la première chance de former un gouvernement.

Jusque-là, tout va bien. Le pari risqué de Gantz a été payant pour le moment.

Mais sa position a-t-elle vraiment changé ? Il reste vulnérable de tous les côtés. S’il devient Premier ministre, il reste dépendant de ces votes arabes, y compris des partis politiques qui méprisent tout ce qu’il représente, pour nommer les ministres et approuver les budgets. Et il est désespérément exposé à la prochaine campagne du Likud qui mettra en garde contre cette même dépendance.

C’est en contemplant cette situation difficile que l’on perçoit chez Gantz une clairvoyance politique habituellement attribuée à son rival Netanyahu uniquement.

Il réside une certaine ironie dans la situation du leader centriste qui ne lui échappe pas – qu’il semble même avoir soigneusement planifiée. En liant son destin à Balad, qui est méprisé, et en liant le sien à l’ex-général méprisé en retour, tous deux ont atteint une liberté inattendue par rapport à l’autre.

Le président Reuven Rivlin (à gauche) rencontrant les dirigeants du parti de la Liste arabe unie (de gauche à droite) Ayman Odeh, Mtanes Shihadeh et Ahmad Tibi, à la Résidence du Président à Jérusalem, le 15 mars 2020. (Mark Neyman/GPO)

Le chef de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, issu de l’ancienne faction communiste Hadash, pourrait soutenir le gouvernement de Gantz pendant la durée d’un mandat – et le maintenir politiquement dépendant pendant tout ce temps.

Balad, en revanche, est un partenaire beaucoup moins fiable, ne serait-ce que parce que la politique interne du parti pourrait à tout moment se rebeller contre le compromis monstrueux que représente le vote de dimanche.

Le président de Kakhol lavan ne peut pas compter sur Balad, et il ne supportera pas facilement le coût politique de le soutenir indéfiniment, surtout si une crise avec les Palestiniens à Gaza ou en Cisjordanie se retrouve soudainement à l’ordre du jour.

Non, un Gantz soutenu par Balad est un Gantz qui, par définition, doit trouver rapidement de nouveaux partenaires.

Pourquoi le faire alors ? Pourquoi amener les partis arabes à la résidence du président, pour se retrouver dans une coalition soutenue par Balad, qui est intenable dès le départ ? Et pourquoi les partis arabes, y compris certains vieux acteurs politiques rusés comme Ahmad Tibi, jouent-ils le jeu ?

Le dirigeant du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, après avoir voté dans un bureau de vote à Rosh Haayin, le 2 mars 2020. (Tomer Neuberg/Flash90)

La réponse à cette question est la partie la plus simple de l’ensemble du calcul : jeudi, Netanyahu a invité Gantz à devenir son partenaire subalterne, et l’a laissé dans la position d’accepter ou de refuser publiquement d’aider à sauver la nation d’une urgence mondiale.

Dimanche, Gantz avait assuré sa nomination au poste de Premier ministre, et se retrouvait en mesure de faire à Netanyahu une contre-offre proche – avec l’urgence nationale du coronavirus et tout le reste. Gantz ayant obtenu le mandat du président, c’est maintenant à Netanyahu de se mettre à l’œuvre pour éviter de devenir le n°2 pendant que le virus se répand et que les familles israéliennes voient leurs comptes bancaires se vider et leurs réserves de nourriture diminuer.

La Liste arabe unie, quant à elle, a prouvé non seulement qu’elle peut attirer un nombre toujours croissant d’électeurs dans les urnes, mais qu’elle sait utiliser ce levier avec discipline et ruse ; qu’elle ne se contente pas de clamer haut et fort sa politique, mais qu’elle est en fait redoutable pour la mettre en œuvre. On peut raisonnablement s’attendre à entendre de la part du Likud, dans les mois à venir, des appels de plus en plus nombreux en faveur d’une nouvelle ouverture de la droite israélienne à la minorité arabe longtemps marginalisée.

Gantz devra renvoyer la balle à la Liste arabe unie si la manœuvre réussit et qu’il devient Premier ministre, peut-être par l’octroi d’une commission influente de la Knesset qui pourrait avoir le pouvoir de transmettre les budgets à leurs communautés – le genre d’arrangement que le Likud a conclu avec les partis haredim depuis des années. Après tout, Gantz aura toujours besoin du soutien des Arabes dans un futur gouvernement d’unité – non pas pour adopter des budgets ou nommer des ministres, ce qu’il fera avec ses partenaires du Likud, mais comme un rempart contre toute tentative du Likud de le déstabiliser.

Les partis arabes menacent de devenir la béquille de Gantz, a averti le Likud. Mais s’il parvient à monter les deux forces l’une contre l’autre – une position que les partis arabes sont susceptibles d’apprécier après le recours répété du Likud à des campagnes anti-arabes – chacune d’entre elles pourrait ironiquement apporter au dirigeant centriste son indépendance politique vis-à-vis de l’autre.

Benjamin Netanyahu, (à gauche), Reuven Rivlin, (au centre), et Benny Gantz, réunis à Jérusalem le 15 mars 2020. (Kobi Gideon/ GPO)

Le Likud a passé l’année dernière à insister sur le fait que l’ancien chef de l’armée est incompétent, même mentalement malade. Et, pour être sûr, Gantz pourrait encore échouer dans la délicate manœuvre qu’il tente. Il fait face à l’un des responsables politiques les plus rusés qu’Israël ait jamais connu en la personne de Netanyahu.

Mais près d’un an et demi après avoir fondé son parti Hossen LeYisrael, Gantz a prouvé qu’il était un gestionnaire très compétent. Pas un grand orateur comme Netanyahu, ni même un candidat particulièrement doué – comme l’ont montré les campagnes électorales constamment réactives de Kakhol lavan et une longue série de fuites préjudiciables. Pourtant, on ne s’élève pas au sommet de la hiérarchie militaire israélienne entièrement dépourvu de compétences en matière de leadership et de stratégie.

Kakhol lavan est une alliance improbable de personnalités extraordinairement ambitieuses ; de droite et de gauche ; d’au moins trois collègues dirigeants qui rêvent, voire complotent, pour remplacer l’autre. Gantz a réussi à tous les exploiter  – l’opération terrestre de Yair Lapid, la popularité de Gabi Ashkenazi et la crédibilité politique de Moshe Yaalon – et à les maintenir ensemble pour trois élections consécutives, à travers les scandales et les désaccords et même, parfois, les querelles ouvertes ; à travers la récente crise de dépendance à Balad et la crise persistante des efforts incessants du Likud pour débaucher les députés. Bref, par des circonstances qui auraient pu avoir raison de partis politiques plus anciens et plus établis.

Et Kakhol lavan dans son ensemble, comme un édifice unifié et une menace pour le long règne de Netanyahu, a tenu bon. Il est difficile de penser à un autre responsable politique israélien capable d’accomplir un exploit similaire avec des parties aussi disparates.

Netanyahu pourrait encore gagner cette manche et rester au poste de Premier ministre. Mais il est peu probable qu’il sous-estime à nouveau Gantz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...