Coronavirus : Dieudonné, accusé de se lancer dans un trafic de masques médicaux
Rechercher

Coronavirus : Dieudonné, accusé de se lancer dans un trafic de masques médicaux

Pour son trafic présumé de masques, le comédien est passible de 10 000 euros d'amende et de 6 mois de prison

Le polémiste Dieudonné faisant la promotion de masques médicaux dans une vidéo YouTube. (Capture d’écran : YouTube / Dieudonné Officiel)
Le polémiste Dieudonné faisant la promotion de masques médicaux dans une vidéo YouTube. (Capture d’écran : YouTube / Dieudonné Officiel)

Le polémiste Dieudonné a été accusé sur Twitter par la page Stop Hate Money de se lancer dans un trafic de masques médicaux « chinois ».

« Dans sa dernière vidéo, Dieudonné propose la vente de masques de protection contre le #covid19 via une énigmatique entreprise ‘chinoise’ », écrit la page.

« L’entreprise dont Dieudonné fait la promotion dans sa vidéo a pour nom ‘Lee Import Export’ », explique le projet Stop Hate Money.

Basée à Hong Kong, la société « porte le même nom que celle qui vend le ‘Sestrel’ ». Crypto-monnaie lancée par le fils de Dieudonné (Merlin M’bala M’bala, basé à Hong Kong), celle-ci est « régulièrement promue dans ses vidéos ». En décembre dernier, une enquête du magazine Capital l’avait décrite comme une quasi arnaque, ou du moins très risquée.

« De plus, les masques dont Dieudonné fait la promotion sont à un prix unitaire de 1,20 € », ajoute Stop Hate Money. « Une rapide recherche sur Alibaba (l’Amazon chinois) permet de trouver des masques à 0,40 € (voire beaucoup moins) […] Soit 3 fois le prix de vente. Autre fait troublant : l’adresse du site de l’entreprise ‘chinoise’ LeeImpex.com a été achetée sur Gandi (une boÎte française). Ce qui est pour le moins surprenant pour une entreprise chinoise. »

La page LeeImpex.com précise que la commande minimum est de 50 masques (soit 60 euros).

Stop Hate Money rappelle enfin que, depuis un décret entré en vigueur le 23 mars dernier, la vente de masques, jusqu’alors légale, peut désormais constituer un délit de « refus de déferrer à une réquisition de l’autorité administrative en cas de menace sanitaire grave ».

Le décret prévoit jusqu’à 10 000 euros d’amende et 6 mois de prison. Les acheteurs sont également concernés, pouvant être poursuivis pour « recel ».

Depuis la semaine dernière, deux magasins de la Loire sont ainsi poursuivis pour revente illégale de masques.

Suite aux révélations de Stop Hate Money, la page Twitter « Elliot Alderson », qui se présente comme un « hacker », a également enquêté. Il révèle ainsi notamment que l’adresse postale de la société « Lee Import Export », qui gère donc la cypto-monnaie Sestrel et ce commerce de masques, avait été citée dans les Offshore Leaks – projet mené par le Consortium international des journalistes d’investigation, qui a révélé une série d’informations relatives aux paradis fiscaux et à leur utilisation à des fins de fraude fiscale et de blanchiment d’argent dans le monde.

La LICRA a réagi à ces publications, écrivant sur Twitter : « L’antisémite Dieudonné fait commerce de masques en pleine pénurie. Sans doute pour payer les amendes qu’il accumule planqué derrière sa prétendue insolvabilité. Depuis le décret du 23 mars, la vente de masques est un délit passible de 10 000 euros d’amende et 6 mois de prison. »

Un message similaire a été posté par l’UEJF : « L’antisémite Dieudonné monte-t-il un trafic de masques pour payer ses dernières amendes suite à ses condamnations pour incitation à la haine raciale ? Quelqu’un pourrait-il lui dire qu’il risque d’en payer de nouvelles pour commerce illégal ? »

Le projet Stop Hate Money a été lancé en juin 2019 par Tristan Mendès France, blogueur, essayiste, réalisateur et maître de conférences associé à l’université Paris Diderot. Initiative de l’Observatoire du conspirationnisme, le projet visa à « assécher le financement de la haine en ligne » et bénéficie du soutien du Fonds du 11 Janvier.

Au début du mois, le polémiste Dieudonné avait accusé la famille juive Rothschild de « profiter de l’épidémie de COVID-19, et les a accusés en filigrane d’avoir commandité une ‘propagande de terreur’ autour du virus afin de remplir leurs propres caisses », a rapporté le MEMRI, Institut de recherche des médias du Moyen-Orient, organisation internationale non gouvernementale de surveillance des médias.

« Le coronavirus va justifier une crise financière par laquelle Rothschild et consorts vont dérober la totalité de l’épargne des moutons », a déclaré l’homme dans une vidéo YouTube.

Afin d’empêcher un tel dessein, Dieudonné avait appelé ses auditeurs à investir dans sa crypto-monnaie citée plus haut.

Dieudonné a également récemment posté plusieurs vidéos en soutien aux travaux du professeur Didier Raoult, qui travaille à ce que la chloroquine soit utilisée afin de soigner les malades du coronavirus. En 2015, le scientifique avait fait l’éloge de la démocratie et de la société israéliennes et avait condamné « l’antisémitisme de gauche déguisé en antisionisme ». Outre Dieudonné, Donald Trump, Elon Musk, Bernard-Henri Lévy et Christian Estrosi ont également, parmi d’autres personnalités, soutenu ses travaux controversés.

Bien qu’ils connaissent une pénurie de masques depuis le début de la crise sanitaire liée à l’épidémie de coronavirus, les hôpitaux français devraient pouvoir très prochainement en bénéficier. Un premier vol cargo Air France chargé de matériel médical – dont 5,5 millions de masques médicaux – est arrivé ce dimanche soir dans l’Hexagone depuis la Chine. D’autres vols similaires, qui transporteront en moyenne 100 tonnes de fret chacun, sont attendus dans les prochains jours. Ils devraient également chacun compter au moins une dizaine de millions de masques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...