COVID-19 : Les limitations sur les rassemblements rentrent en vigueur
Rechercher

COVID-19 : Les limitations sur les rassemblements rentrent en vigueur

Avec des infections en plein essor, la participation aux regroupements privés est restreinte ; le pass vert s'étend aux 3 ans et plus et le masque est imposé en espace clos

Des Israéliens portent le masque dans le centre Dizengoff de Tel Aviv, le 17 août 2021. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
Des Israéliens portent le masque dans le centre Dizengoff de Tel Aviv, le 17 août 2021. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Israël a réimposé mercredi des limitations sur les rassemblements et le pays a réintroduit les règles relatives à la distanciation sociale dans les entreprises alors que le nombre d’infections à la COVID-19 a grimpé en flèche dans tout le pays.

Ces nouvelles mesures ont pour objectif de ralentir une récente augmentation du nombre d’infections à la COVID-19. Le nombre de nouveaux cas quotidiens a atteint des niveaux sans précédent depuis six mois et le pays était parvenu, dans l’intervalle, à réduire le nombre de nouveaux cas à à peine une dizaine par jour en moyenne.

Ces directives sont également appliquées deux semaines avant le début de la rentrée scolaire et moins de trois semaines avant les grandes fêtes juives. Le gouvernement est bien déterminé à ne pas avoir recours à ce qui serait le quatrième confinement imposé au pays depuis l’apparition de l’épidémie de coronavirus en Israël et il prône la vaccination – en plus de certaines restrictions – comme autant de moyens de lutter contre la vague d’infections qui est attendue avant que les chiffres ne baissent une nouvelle fois en termes de morbidité.

Selon les nouvelles directives, les rassemblements privés ne peuvent accueillir que 100 personnes en plein air et 50 personnes en espace clos. Dans les salles de spectacle, la limitation est de 500 personnes en espace ouvert et de 400 personnes en espace fermé. Aucun événement organisé ne pourra par ailleurs dépasser les 75 % de la pleine capacité d’accueil des lieux.

Les événements importants où il n’y a pas de siège marqué sont limités à
1 000 personnes à l’intérieur et à 5 000 personnes à l’extérieur.

Le port du masque devient obligatoire dans tous les espaces clos – sauf dans les foyers individuels – ainsi que dans les regroupements extérieurs réunissant au moins cent personnes. Le port du masque était déjà requis à l’intérieur des espaces publics.

Les centres commerciaux et autres entreprises doivent par ailleurs faire respecter les règles relatives à la distanciation sociale et le nombre de clients autorisés à entrer dans les magasins est limité.

L’élargissement du pass vert est aussi mis en œuvre mercredi. Ce dernier permet aux Israéliens en mesure de présenter une preuve de vaccination ou de guérison du coronavirus ou un test PCR négatif datant de moins de 72 heures d’accéder à certains événements et à divers endroits.

Une affiche prônant le port du masque dans les espaces clos à Jérusalem, le 12 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Ainsi, le pass vert, qui est déjà en place pour les événements regroupant plus de cent personnes, deviendra également nécessaire lors des événements culturels et sportifs, lors des conférences, des expositions, mais aussi dans les hôtels, dans les clubs de gym, dans les piscines, dans les salles événementielles, dans les festivals, dans les restaurants, dans les bars, dans les cantines, dans les musées, dans les bibliothèques, dans les attractions touristiques, dans les universités et

Dans des discussions qui ont eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi, le gouvernement a pris la décision d’enlever les parcs nationaux de la liste des endroits soumis au système du pass vert, selon le site Walla. Toutefois, le système sera requis pour les Israéliens qui souhaitent se rendre au restaurant, qu’ils se trouvent en salle ou en terrasse.

Les directives du pass vert sont applicables à tous les Israéliens âgés de trois ans et plus. L’État va subventionner les tests de dépistage à la COVID-19 pour les enfants de 3 à 11 ans, qui sont inéligibles au vaccin. Les plus âgés – qui ont donc le droit de se faire vacciner – devront payer le test de leur poche.

Un Israélien se fait vacciner contre la COVID-19 dans un centre de vaccination à Modiin, le 15 août 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Israël a enregistré 8 726 nouveaux cas de coronavirus lundi – un nouveau record quotidien dans cette vague attisée par le variant Delta – avec un nombre de cas actifs qui dépasse les 57 000. Le ministère, mardi soir, a annoncé qu’il y avait 581 cas graves, ce qui représentait 51 cas de plus depuis lundi minuit.

Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz a averti, mardi, que des restrictions et autres limitations supplémentaires sur les rassemblements étaient imminentes.

Depuis le début de la pandémie, 956 310 personnes ont été testées positives au coronavirus en Israël et 6 704 personnes sont mortes des suites de la maladie – 118 la semaine dernière seulement.

Le mois dernier, Israël est devenu le premier pays du monde à commencer à administrer des injections de rappel aux personnes de 60 ans et plus. Et, vendredi dernier, il a également été le premier pays au monde à proposer une troisième dose aux citoyens âgés de 50 ans et plus.

Sur une population de 9,3 millions d’habitants, plus de 5,8 millions de personnes ont reçu au moins une dose de vaccin et plus de 5,4 million de personnes ont terminé leur parcours vaccinal initial.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...