Israël en guerre - Jour 255

Rechercher

CUNY : Les députés dénoncent un discours de remise de diplômes « antisémite »

Politiciens et organisations juives exigent une action de l'Université suite au discours d'une oratrice qui a tourné en dérision Israël, le sionisme et ses "bienfaiteurs"

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Fatima Mohammed prononce un discours à la CUNY School of Law (Crédit : Capture d'écran Youtube ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Fatima Mohammed prononce un discours à la CUNY School of Law (Crédit : Capture d'écran Youtube ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d'auteur)

NEW YORK – Députés, politiciens et organisations juives ont critiqué, mardi, la New York University [Université de New York] et particulièrement sa faculté de droit suite à une cérémonie de remise des diplômes qui a donné lieu à un discours considéré comme discriminatoire envers les Juifs.

Suite au tollé et aux demandes d’explications, le réseau universitaire, plus connu sous le nom de CUNY, a fini par publier une déclaration qui condamne des propos constitutifs d’un « discours de haine ».

L’oratrice vedette de la cérémonie de remise des diplômes, l’activiste Fatima Mohammed, avait accusé Israël d’assassinats « aveugles », encouragé les « lynchages spontanés » et invité à la résistance au « sionisme partout dans le monde ».

Elle avait ajouté que les « donateurs » et « investisseurs » contrôlaient le système scolaire.

Les principales organisations juives ont déclaré que ce discours était émaillé de tropes antisémites.

C’est la deuxième année d’affilée que le conférencier de la faculté de droit consacre une grande partie de son discours à des propos anti-israéliens, ce qui rouvre le débat déjà ancien sur l’antisémitisme au sein du système universitaire new yorkais.

La faculté de droit de CUNY avait, dans un premier temps, limité l’accès à une vidéo du discours suite à l’événement du 12 mai, avant de la diffuser jeudi dernier, suite à des pressions de la part d’organisations pro-palestiniennes.

L’information de la diffusion de la vidéo et les premiers éléments du discours ont été signalés en premier par le Times of Israel.

Plusieurs membres du Congrès, Républicains comme Démocrates, se sont insurgés contre le discours et CUNY pour l’avoir permis.

« Avec la montée de l’antisémitisme, ce genre de discours haineux et trompeur est tout simplement inacceptable », a déclaré le Démocrate Dan Goldman, qui représente le 10e district de New York à la Chambre des Représentants des États-Unis.

« Le discours de haine n’a pas sa place dans la société et encore moins dans les établissements publics qui sont les nôtres. »

Le membre du Congrès Ritchie Torres, également Démocrate de New York, a qualifié le discours de « syndrome de folie anti-israélienne sur le lieu de travail ».

« Il faut être incroyablement plein de haine envers Israël, en tant qu’État juif, pour en faire le sujet du discours d’ouverture lors d’une cérémonie de remise de diplôme de la faculté de droit », a-t-il déclaré.

Mike Lawler, Républicain membre du Congrès de New York a déclaré que CUNY devrait être privé de fonds fédéraux.

« CUNY devrait avoir honte », a-t-il déclaré.

Le sénateur Républicain du Texas, Ted Cruz, a lui déclaré que le discours « célébrait avec enthousiasme l’antisémitisme ».

Le maire de New York, Eric Adams, la membre de l’Assemblée de l’État de New York, Simcha Eichenstein, et les membres du conseil municipal de New York, Ari Kagan, Kalman Yeger et Inna Vernikov, ont également critiqué le système universitaire de la ville suite à ce discours.

Le Congrès juif américain a exprimé son « indignation », disant que le discours « se délectait de vils tropes antisémites » et « contribuait à l’atmosphère incertaine pour les étudiants, professeurs et autres membres du personnel juifs ».

Il a évoqué une toute récente initiative de la Maison Blanche contre l’antisémitisme, avec un appel aux universités à condamner sans équivoque toute forme d’antisémitisme et s’assurer que les besoins des étudiants juifs sont satisfaits.

« CUNY doit s’y conformer », a-t-il déclaré.

Agudath Israel of America, organisation de coordination orthodoxe, a pour sa part déclaré que le discours était antisémite, très révélateur de tendances à la discrimination sur les campus des établissements publics de la ville, comme en témoigne l’appui de la faculté de droit au mouvement anti-israélien Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS).

« Malheureusement, le campus de CUNY est aujourd’hui un terreau fertile pour l’antisémitisme, la haine et le sectarisme envers Israël et les étudiants juifs », a déclaré l’organisation.

« Agudath Israël demande à CUNY de dénoncer le discours haineux de Mme Mohammed et de s’engager à créer un environnement sûr pour ses étudiants juifs. »

Les organisations juives d’extrême gauche IfNotNow et Jewish Voice for Peace ont exprimé leur soutien au discours, se disant « fiers de soutenir Fatima ».

Face à toutes ces condamnations, la direction de CUNY a condamné le discours dans une déclaration mardi.

« La liberté d’expression est précieuse, bien que souvent désordonnée, mais elle est vitale au sein de l’enseignement supérieur. Cependant, les discours de haine ne doivent pas être confondus avec la liberté d’expression et ils n’ont pas leur place sur nos campus ou dans notre ville, notre État ou notre pays », a déclaré le communiqué attribué au Doyen de CUNY et à plusieurs membres du conseil d’administration.

« Les propos d’une conférencière choisie par les étudiants lors de la cérémonie de remise des diplômes de la faculté de droit de CUNY entrent malheureusement dans la catégorie des discours de haine, car ils expriment publiquement de la haine envers des personnes et communautés en raison de leur religion, de leur race ou de leur affiliation politique. »

« Le conseil d’administration de la City University of New York condamne un tel discours de haine. »

Le Conseil des relations communautaires juives de New York, associée à CUNY pour les initiatives du campus juif, s’est dit « déçu » que la déclaration ne qualifie pas le discours d’antisémite.

Le système CUNY compte 25 facultés dans les cinq arrondissements de New York et quelque 260 000 étudiants, auxquels s’ajoutent près de 20 000 professeurs. Il fait partie intégrante de la ville, et ce depuis fort longtemps.

La Faculté de Droit est l’une des institutions les plus connues de ce système.

Mohammed est membre de l’organisation étudiante de la Faculté de droit de CUNY Students for Justice in Palestine, fer de lance du BDS et d’autres initiatives anti-israéliennes sur le campus.

Elle a été choisie par les étudiants pour prononcer le discours d’ouverture, qu’elle a utilisé à plusieurs reprises pour critiquer Israël et l’assimiler au suprémacisme blanc, à l’oppression, au colonialisme et à la violence.

« C’est la faculté de droit qui a adopté et approuvé BDS au niveau des étudiants et professeurs, reconnaissant que l’absence de vision critique du colonialisme de peuplement de l’impérialisme vide de substance notre travail et la philosophie même de la Faculté, alors même qu’Israël continue de faire pleuvoir à l’aveugle balles et bombes sur les fidèles, assassinant les vieux, les jeunes, attaquant les cortèges funéraires et les cimetières tout en encourageant les lynchages. », a-t-elle déclaré.

Mohammad a également déclaré que CUNY « continuait de former des soldats de Tsahal » à se livrer à « des violences partout dans le monde », accusant le système scolaire d’être « redevable à ses donateurs, pas à ses étudiants ».

« Réjouissons-nous dans les recoins de nos appartements new-yorkais, soyons le carburant de la lutte contre le capitalisme, le racisme, l’impérialisme et le sionisme dans le monde entier », a-t-elle déclaré, ajoutant, « par tous les moyens nécessaires ».

Elle a été très applaudie par les étudiants et les professeurs lors de l’événement.

Suite à la cérémonie de remise des diplômes, le Conseil des relations de la communauté juive de New York et l’Anti-Defamation League ont condamné le discours.

Le Conseil des relations de la communauté juive de New York avait annoncé la veille le lancement d’un nouveau partenariat avec CUNY pour favoriser la vie juive sur le campus.

« Ce discours s’affranchit de toute recherche de la vérité pour diffamer l’engagement constructif de CUNY avec Israël et la communauté juive de New York et dénigrer les partisans d’Israël sur le campus, le tout en employant des tropes antisémites », a-t-il déclaré. « Nous encourageons fortement CUNY à revoir ses règles en matière de discours lors des cérémonies officielles. »

Illustration : Activistes pro-palestiniens et anti-israéliens à New York, 30 mars 2022. (Crédit : Luke Tress/Flash90)

L’an dernier, dans les mêmes circonstances, l’activiste Nerdeen Kiswani avait consacré une grande partie de son discours à des propos anti-israéliens. Kiswani est une des dirigeantes de l’organisation pro-palestinienne Within Our Lifetime et a été présidente de l’organisation étudiante de la Faculté de droit de CUNY Students for Justice in Palestine.

Within Our Lifetime et Students for Justice in Palestine mènent ensemble des initiatives sur les campus et organisent régulièrement des manifestations de rue qui appellent à la fin de l’État juif, à une « Intifada mondiale » et à l’ostracisme des sionistes.

Kiswani et Mohammed prennent souvent la parole lors de ces événements.

Un membre de Within Our Lifetime, Saadah Masoud, a été emprisonné cette année pour crimes de haine fédéraux pour avoir battu un homme juif lors d’un des événements de l’organisation.

Masoud et ses complices avaient planifié des attaques contre les Juifs avant l’événement, parlant de leurs cibles comme des « sionistes », et non des Juifs, afin de ne pas se faire taxer d’antisémitisme.

L’antisémitisme est un sujet d’inquiétude sur les campus de CUNY, depuis quelques années : les activités anti-israéliennes se sont en effet renforcées et la criminalité anti-juive a augmenté à New York. Organisations juives et responsables municipaux reprochent à l’administration de l’Université de tolérer des activités anti-juives sur les campus, alors que les étudiants font état de cas de très fort harcèlement.

Le système universitaire a pris des mesures pour améliorer la vie sur le campus pour les Juifs.

En mai, CUNY s’est associé au Conseil des relations communautaires juives de New York et à la Fondation contre l’antisémitisme pour mener une campagne contre le racisme anti-juif.

« Rien n’altérera notre détermination à combattre l’antisémitisme. Nous voulons que nos étudiants, professeurs et membres du personnel juifs sachent qu’ils sont importants à nos yeux et en sécurité dans notre université », a déclaré le Doyen Félix Matos Rodríguez.

L’administration a également annoncé la création d’un nouveau conseil consultatif concernant la vie juive.

Une organisation du campus représentative des professeurs et étudiants sionistes a qualifié ces annonces de cosmétiques et demandé des mesures plus concrètes, notamment l’adoption par CUNY de la définition de l’antisémitisme donnée par l’IHRA, qui couvre certaines formes de critique d’Israël.

Fin 2022, CUNY s’était engagée à prendre des mesures pour lutter contre l’antisémitisme sur ses campus, dont un partenariat avec Hillel, un portail en ligne pour signaler les discriminations et 750 000 dollars de fonds pour des programmes de lutte contre la haine.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.