Davantage d’écoles ferment dans l’attente d’une décision sur la fin des cours
Rechercher

Davantage d’écoles ferment dans l’attente d’une décision sur la fin des cours

Face à la réapparition d'infections à coronavirus, le ministère de la Santé appellerait à fermer collèges et lycées ; 58 nouveaux cas ont été enregistrés pendant la nuit

Les portes de l'école Paula Ben Gurion à Jérusalem, le 31 mai 2020 (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Les portes de l'école Paula Ben Gurion à Jérusalem, le 31 mai 2020 (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Au moins cinq écoles ont été fermées, mercredi matin, après que des élèves ont été testés positifs à la COVID-19 et alors que le gouvernement est actuellement en train de réfléchir à une clôture nationale des établissements dans un contexte de taux d’infection en hausse.

Dans le sud de Tel Aviv, les écoles élémentaires Yarden et Hagalil, qui comptent environ 350 élèves chacune, ont baissé le rideau. A Beer Sheva, dans le sud du pays, c’est l’école Makif Gimmel, qui accueille 1 010 élèves, qui a fermé après qu’un élève a été testé positif à la maladie.

Trois établissements scolaires ont mis fin à leurs activités cette semaine à Beer Sheva.

Dans la ville côtière de Bat Yam, deux lycées ont cessé d’accueillir les élèves, sur décision de la municipalité, après la contamination d’un adolescent, la troisième en l’espace de 24 heures.

Au total, plus de 30 écoles ont été fermées dans tout le pays et environ
10 000 élèves et professeurs ont été envoyés en quatorzaine.

Un nombre croissant de parents évitent dorénavant d’envoyer leurs enfants à l’école en résultat de cette vague. Certains établissements ont mis en place, de manière indépendante, un système – précédemment abandonné – consistant à conserver les élèves dans des groupes séparés, plus petits, éloignés les uns des autres, pour éviter une nouvelle série de contaminations.

Des élèves et des enseignants portent des masques de protection à leur retour à l’école, à l’école Hashalom de Mevaseret Zion, près de Jérusalem, le 17 mai 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministère de la Santé, qui aurait prôné une nouvelle fermeture nationale des écoles, a indiqué que c’était le nombre croissant d’infections parmi les élèves qui était principalement à l’origine de la recrudescence des cas au sein de l’Etat juif.

Selon les chiffres transmis mercredi matin par le bureau du Premier ministre, 17 343 personnes au total ont été testées positives au coronavirus – soit 58 de plus que mardi soir. Le nombre de cas actifs continue de croître et il s’élève à plus de 2000.

Aucun décès consécutif n’ayant été enregistré dans la nuit de mardi, le bilan des morts des suites de la maladie, en Israël, reste à 290.

Après avoir procédé à une évaluation nationale, mardi soir, le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu a indiqué qu’aucune décision sur les écoles ne serait prise avant mercredi.

« Le Premier ministre a demandé davantage de statistiques et il a demandé également d’étudier les moyens d’améliorer la protection des élèves face au virus », a noté un communiqué de son bureau.

Dans la journée de mardi, la Douzième chaîne a fait savoir que le ministère de la Santé allait recommander la fermeture de tous les lycées et de tous les collèges jusqu’à la fin de l’année scolaire pour réduire les possibilités d’épidémie. Yoav Gallant, ministre de l’Education, a clamé être défavorable à une telle fermeture, disant que les taux d’infection actuels ne la justifiaient pas.

« Ce serait un coup irresponsable porté aux élèves, aux parents et aux enseignants », a écrit Gallant sur Twitter. Il a ajouté que « en même temps, nous devons continuer à prendre la température… Les établissements scolaires seront fermés partout où un cas confirmé de coronavirus sera détecté ».

Gallant a été également cité par les médias en hébreu s’en prenant au ministère de la Santé, accusant ce dernier de « semer la panique » et disant qu’il n’y avait pas, pour le moment, d’impératif justifiant une large fermeture des établissements scolaires.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant, à la Knesset le 9 janvier 2018. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Mardi dans la journée, le ministère de l’Education avait fait savoir que 217 personnes ont été testées positives à la COVID-19 dans les écoles et dans les jardins d’enfants dans tout le pays, ces derniers jours. La semaine dernière, 9 935 élèves et personnels d’enseignement avaient été par ailleurs placés en quarantaine et 31 établissements avaient fermé temporairement leurs portes.

S’il y a eu, ces derniers jours, une augmentation du nombre de nouvelles infections après des semaines de baisse, la majorité des cas ont été enregistrés dans les écoles.

C’est le lycée Gymnasia Rehavia de Jérusalem qui a été le plus particulièrement frappé, avec 159 élèves et membres du personnel qui ont été testés positifs au virus.

Les personnels médicaux du Magen David Adom prennent des échantillons pour dépister le nouveau coronavirus, dans le sud de Tel Aviv, le 2 juin 2020 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le ministère a déclaré que 7 952 tests avaient été effectués lundi, ce qui représente une hausse depuis ces derniers jours.

Edelstein a annoncé dimanche la mise en oeuvre d’un plan visant à dépister les personnes ne montrant pas de symptômes et il a mis en garde les Israéliens contre le relâchement des mesures de distanciation sociale et d’hygiène.

Les services médicaux, jusqu’à présent, avaient largement limité le dépistage aux personnes présentant des symptômes du virus, résistant aux appels lancés en faveur d’un dépistage de masse pour détecter les porteurs asymptomatiques de la maladie.

Israël, ces derniers jours, a assoupli les restrictions qui avaient été appliquées pour endiguer le virus, rouvrant les écoles, les synagogues, les centres commerciaux, les restaurants et autres. Si les mesures de distanciation sociale et d’hygiène restent en place, un grand nombre d’Israéliens ont opté pour une attitude moins vigilante, le virus semblant s’évanouir – notamment en ce qui concerne les instructions du port du masque dans la majorité des espaces publics à l’extérieur des habitations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...