Décès du comédien juif américain Carl Reiner
Rechercher

Décès du comédien juif américain Carl Reiner

Le comédien américain âgé de 98 ans est décédé le 29 juin dernier de causes naturelles à Beverly Hills

Carl Reiner avec ses deux statues des Emmy du meilleur auteur de comédie pour son "Dick Van Dyke Show", lors de la cérémonie annuelle des Emmy Awards à Los Angeles, le 26 mai 1963. (Crédit : AP)
Carl Reiner avec ses deux statues des Emmy du meilleur auteur de comédie pour son "Dick Van Dyke Show", lors de la cérémonie annuelle des Emmy Awards à Los Angeles, le 26 mai 1963. (Crédit : AP)

Le comédien américain Carl Reiner, également réalisateur et producteur, est décédé le 29 juin dernier de causes naturelles à son domicile de Beverly Hills, en Californie. Il était âgé de 98 ans.

Né en 1922 dans le Bronx, à New York, ses parents étaient des migrants juifs originaires d’Autriche et de Roumanie.

On doit à Carl Reiner les films « Un vrai schnock », « Les cadavres ne portent pas de costard », « Prof d’enfer pour un été », « Fatal Instinct » ou encore « Oh, God! ».

Il a également joué dans les films « Les Aventures de Rocky et Bullwinkle », ainsi que dans la saga des « Ocean’s », dans lesquels il jouait le rôle de Saul Bloom.

Carl Reiner à Los Angeles, le 25 mai 1967. (Crédit : AP / Harold Filan)

Il était en outre à l’origine de la légendaire émission comique « Dick Van Dyke Show », marquant plusieurs générations d’Américains.

Il a reçu de nombreux prix et distinctions, dont 11 Emmy Awards et un Grammy Award.

Carl Reiner, à gauche, et son fils Rob Reiner après leur cérémonie des empreintes au TCL Chinese Theatre de Los Angeles, le 7 avril 2017. (Crédit : Chris Pizzello / Invision / AP)

Il était le père de l’acteur, producteur, réalisateur et scénariste Rob Reiner. « Alors que j’écris ceci, mon cœur souffre. Il était mon guide », a-t-il posté sur Twitter suite à la mort de son père.

Il a eu deux autres enfants avec sa femme Estelle, avec laquelle il s’était marié en 1942, décédée en 2008.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...