Rechercher

Depuis l’hôpital de campagne, Horowitz fustige les « crimes de guerre » russes

Premier membre du gouvernement à se rendre dans le pays en guerre, le ministre de la Santé a rappelé la "solidarité d’Israël avec l’Ukraine face à l’invasion brutale de la Russie"

Le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, au micro, s’adresse au personnel de l’hôpital de campagne déployé par Israël près de Lviv, en Ukraine, le 4 avril 2022, dans une photo fournie par le ministère de la Santé. (Crédit : Sharon Yaniv/ministère de la Santé)
Le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, au micro, s’adresse au personnel de l’hôpital de campagne déployé par Israël près de Lviv, en Ukraine, le 4 avril 2022, dans une photo fournie par le ministère de la Santé. (Crédit : Sharon Yaniv/ministère de la Santé)

En visite, lundi, à l’hôpital de campagne déployé par Israël dans l’ouest de l’Ukraine, le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, est le tout premier membre du gouvernement à effectuer le déplacement dans le pays en guerre depuis l’invasion par la Russie.

Horowitz a remercié le personnel médical de l’hôpital Kochav Meir de Mostyska, situé à environ 50 kilomètres à l’ouest de Lviv, pour son « travail, une vraie bénédiction ». Selon un communiqué de son bureau, l’hôpital aurait d’ores et déjà traité plus de 2 000 femmes et enfants.

« Israël est le seul pays à avoir déployé une telle installation en Ukraine. Ceci est le vrai visage du système de santé israélien », a-t-il indiqué.

Il a ajouté que sa visite se voulait un message de « solidarité d’Israël avec l’Ukraine face à l’invasion brutale de la Russie ainsi qu’aux massacres et crimes de guerre découverts ces derniers jours dans le pays ».

Horowitz faisait faisait manifestement référence aux images divulguées de Boutcha au cours du week-end. Suite au retrait des forces russes, les autorités ukrainiennes, accompagnées de journalistes, ont témoigné avoir trouvé des dizaines de corps dispersés dans les rues ainsi que des fosses communes, laissant penser à des actes génocidaires.

Les propos de Horowitz, chef du parti pacifiste Meretz, sont parmi les plus virulents tenus par un haut responsable israélien à propos du meurtre de civils dans la banlieue de Kiev. Ils vont à contre-courant de l’effort du gouvernement [israélien] de maintenir des relations constructives avec Moscou.

Le ministre des Affaires étrangères, Yair Lapid, a lui aussi qualifié les faits de crimes de guerre, sans toutefois en attribuer explicitement la paternité aux troupes russes.

Le ministre des Finances, Avigdor Liberman, a mentionné lundi l’existence « d’accusations mutuelles » concernant ce qui s’était passé, rappelant qu’Israël devait défendre ses valeurs et intérêts dans la guerre en cours.

« Israël soutient le peuple ukrainien, et nous continuerons à lui apporter notre aide dans le cadre de notre devoir moral, comme en qualité de membre de la famille des nations démocratiques », a souligné Horowitz.

L’hôpital de campagne israélien de Mostyska, en Ukraine, a ouvert ses portes le mardi 22 mars 2022, dans l’après-midi. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/The Times of Israel)

Le ministre de la Santé a également salué la coopération des différentes agences médicales de Kochav Meir, remerciant les personnels d’avoir momentanément quitté leur vie en Israël pour venir soutenir cette action.

« Vous dispensez ici, dans des conditions réellement difficiles, des soins médicaux de haut niveau, avec beaucoup d’expertise et un grand professionnalisme. Bravo », a-t-il déclaré.

Quelque 80 praticiens ont quitté Israël, samedi soir, pour rallier l’Ukraine et soulager le personnel médical en place depuis l’ouverture de l’hôpital.

Depuis maintenant cinq semaines que la Russie a envahi l’Ukraine, les relations entre hauts responsables israéliens et ukrainiens connaissent des hauts et des bas, entre accrochages et concertation, à la mesure de la politique de Jérusalem de soutien à Kiev sans pour autant s’aliéner Moscou.

Le Premier ministre, Naftali Bennett, s’est ainsi gardé de critiquer trop sévèrement la Russie pour l’invasion de l’Ukraine, tout en cherchant à faciliter les négociations entre Moscou et Kiev.

La récente vague de terrorisme en Israël pourrait avoir momentanément détourné l’attention de Bennett de cette recherche d’intermédiation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...