Des dizaines de blessés dans des affrontements dans la Vieille Ville
Rechercher

Des dizaines de blessés dans des affrontements dans la Vieille Ville

Des extrémistes juifs ont scandé "Mort aux Arabes", des contre-manifestants arabes se sont aussi battus contre la police ; 105 Palestiniens et 20 policiers ont été blessés

Des agents de police israéliens affrontent des manifestants arabes aux abords de la porte de Damas, à Jérusalem, le 22 avril 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des agents de police israéliens affrontent des manifestants arabes aux abords de la porte de Damas, à Jérusalem, le 22 avril 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Des dizaines de personnes ont été blessées après que des affrontements violents ont éclaté à la porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, jeudi soir. Des manifestants palestiniens se sont heurtés à un groupe d’environ 300 activistes juifs d’extrême-droite qui sont arrivés sur les lieux en scandant : « Mort aux Arabes. » La police, qui tentait de maintenir à distance les deux groupes, s’est également affrontée aux Palestiniens, qui ont jeté des pierres sur les agents déployés sur les lieux.

Ces heurts ont éclaté alors que la police israélienne avait été mobilisée pour encadrer une marche organisée par le mouvement juif d’extrême-droite Lehava, un groupe ouvertement hostile aux Palestiniens, à l’entrée de la Vieille Ville de Jérusalem.

Mais cette manifestation du groupe Lehava a été perçue comme un geste de provocation et a conduit à des affrontements avec des Palestiniens qui revenaient de la prière nocturne du ramadan à la mosquée al-Aqsa, sur le mont du Temple.

Les forces de l’ordre ont utilisé des moyens de dispersion d’émeutes, dont des grenades incapacitantes, du gaz lacrymogène et des canons à eau pour mettre un terme à la manifestation arabe. Au moins 105 Palestiniens ont été blessés et 22 ont dû être hospitalisés, a indiqué le Croissant rouge palestinien.

Selon la police, 20 agents ont été blessés durant les échauffourées, notamment un policier à cheval qui a reçu une pierre au visage. Trois ont été évacués vers un hôpital.

La police a aussi fait savoir que plus de 50 personnes avaient été arrêtées après des jets de pierre, de feux d’artifice, ou pour avoir agressé des policiers et s’être livré à des actes violents pendant ces émeutes qui ont duré jusque tard dans la nuit.

Les manifestants appréhendés devraient être présentés devant les juges de la Cour des magistrats de Jérusalem dans la matinée.

Dans un incident, la police a fait savoir qu’un automobiliste juif avait été agressé à Jérusalem-Est et que des pierres avaient été lancées en direction de sa voiture. Il a été rattrapé et agressé par plusieurs personnes lorsqu’il a tenté de fuir à pied. Son véhicule a ultérieurement été incendié.

Une vidéo, sur les réseaux sociaux, montre l’individu, à terre, attaqué à coups de pieds. Les forces de l’ordre ont expliqué qu’il avait été pris en charge à l’hôpital. Son état de santé reste indéterminé.

La police recherche les suspects.

Des manifestants arabes ont aussi mis le feu à un conteneur à poubelles et à un arrêt de bus.

Selon la police israélienne, des Juifs d’extrême-droite ont, eux aussi, jeté des pierres et incendié des poubelles à un carrefour de Jérusalem.

Un manifestant palestinien pris en charge après avoir été blessé pendant des affrontements avec la police israélienne à la porte de Damas, aux abords de la Vieille Ville de Jérusalem, le 22 avril 2021. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent de jeunes Juifs s’attaquer à une habitation arabe à l’entrée de la Vieille Ville.

Dans la vidéo, des enfants pleurent et une femme, qui n’apparaît pas dans la séquence, hurle « Stop ! » en arabe alors que des objets sont lancés sur le domicile.

Ces affrontements ont eu lieu au lendemain de bagarres de rues qui ont opposé Juifs et Arabes dans le centre-ville de Jérusalem.

En réponse, le groupe suprématiste juif Lehava avait appelé à manifester, jeudi, au nom de « l’honneur national ».

Environ 300 activistes du groupe ont participé au défilé qui les a amenés à quelques dizaines de mètres de la porte de Damas, où les Palestiniens avaient organisé un contre-rassemblement.

La police face aux manifestants du groupe extrémiste juif Lehava à la porte de Damas, à Jérusalem, le 22 avril 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Les manifestants de Lehava ont scandé « Mort aux Arabes ! » et « Les Arabes, dehors ! » alors que la police tentait de maintenir les deux parties à distance tout en essayant de contrer les jets de pierre des Palestiniens, qui s’étaient regroupés à la porte pour contrer le défilé et qui ont lancé des projectiles divers sur les agents.

Même si la police avait déployé des centaines d’officiers avant le défilé pour l’empêcher d’atteindre sa destination, des dizaines de protestataires issus de Lehava sont parvenus à atteindre le rassemblement palestinien et les deux groupes ont alors commencé à se lancer réciproquement des projectiles, selon la Douzième chaîne.

La police est finalement intervenue pour séparer les deux groupes, demandant à la cavalerie de retenir la manifestation des Juifs extrémistes qui était dirigée par le chef de Lehava, Bentzi Gopstein.

Des affrontements entre Juifs et Arabes à la porte de Damas, à Jérusalem, le 22 avril 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

« Nous autorisons les manifestations au nom de la liberté d’expression mais nous agirons contre toutes les formes de violences », avaient déclaré les forces de l’ordre en amont du rassemblement.

Après que les forces de police ont empêché plusieurs dizaines de partisans de Lehava d’atteindre la Vieille Ville, ces derniers se sont dirigés vers le marché Mahane Yehuda voisin où ils ont agressé plusieurs employés arabes, a noté la police. Les agents sont venus à leur secours et les victimes se sont réfugiées dans une boutique.

La presse israélienne a indiqué que les activistes de Lehava et les Palestiniens avaient utilisé les réseaux sociaux pour encourager leurs partisans à venir.

La chaîne Kan a rapporté que les activistes de droite avaient évoqué des violences à venir dans des messages sur Whatsapp qui disaient que « aujourd’hui, on va brûler de l’Arabe, les cocktails Molotov sont déjà prêts ».

Les agents de police israéliens affrontent les Arabes aux abords de la porte de Damas à Jérusalem, le 22 avril 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Mercredi, plusieurs personnes avaient été arrêtées suite à une rixe survenue dans le centre-ville de Jérusalem entre des dizaines de Juifs et d’Arabes, avaient annoncé les médias israéliens. Ces heurts avaient entraîné un blessé léger qui avait été soigné sur les lieux des affrontements.

Un Juif israélien de 15 ans avait par ailleurs était blessé au couteau à la jambe, légèrement touché.

Ces violences ont eu lieu après un certain nombre d’agressions contre des Juifs filmées puis mises en ligne sur l’application de partage de vidéos TikTok, dont celle d’un adolescent de Jérusalem-Est giflant deux garçons ultra-orthodoxes dans le tramway. Outre les violences récentes à l’encontre des Juifs, des Arabes avaient également été attaqués à Jérusalem, et des cris de « Mort aux Arabes » avaient été entendus lors de ces agressions.

Parallèlement aux tensions ethniques, Jérusalem a connu des affrontements réguliers au cours de la semaine dernière entre des résidents palestiniens et la police qui empêchait les Palestiniens de s’asseoir sur les marches de la Porte de Damas. Selon une tradition officieuse à Jérusalem, des milliers de Palestiniens s’assoient dans cette zone après les prières nocturnes du Ramadan.

La police avait déployé des canons à eau et des grenades assourdissantes pour disperser la foule, tandis que des émeutiers avaient lancé des pierres et allumé des feux d’artifice en direction des policiers.

La police des frontières israélienne arrête un jeune Israélien, membre de « Lehava », un groupe extrémiste juif, alors que les militants tentent de s’approcher de la porte de Damas pour protester dans un cadre de tensions accrues dans la ville, le 22 avril 2021. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)

La police a affirmé jeudi avoir arrêté 79 personnes en lien avec les violences récentes jusqu’à présent. 64 sont encore derrière les barreaux.

Le mois sacré de l’islam est depuis longtemps une source de violence entre les jeunes Palestiniens et les forces de sécurité israéliennes.

Des agents de police israéliens affrontent des Arabes aux abords de la porte de Damas, à Jérusalem, le 22 avril 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Lehava s’oppose aux mariages mixtes et à l’assimilation des Juifs et des non-Juifs, ainsi qu’aux droits des LGBT, et tente d’étouffer toute activité publique des non-Juifs en Israël, y compris les événements de coexistence. Des élus de tous bords politiques ont tenté de le désigner comme un groupe terroriste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...