Israël en guerre - Jour 286

Rechercher

Des dizaines de milliers de personnes anti-réforme rassemblées pour la 21e semaine

Merav Michaeli malmenée lors d'un discours à Karkur ; l'ancien chef de l'armée Dan Halutz a déclaré, à Ness Ziona, que le Premier ministre essaie "d'établir une dictature" 

  • Une grande banderole représentant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu comme Dr. Jekyll et Mr. Hyde, à Tel Aviv, le 27 mai 2023. (Crédit : Capture d'écran vidéo)
    Une grande banderole représentant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu comme Dr. Jekyll et Mr. Hyde, à Tel Aviv, le 27 mai 2023. (Crédit : Capture d'écran vidéo)
  • Des femmes portant des costumes de "la servante écarlate" de la série télévisée "The Handmaid's Tale" pour protester contre les projets de réforme du système judiciaire de la coalition, à Tel Aviv, le 27 mai 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
    Des femmes portant des costumes de "la servante écarlate" de la série télévisée "The Handmaid's Tale" pour protester contre les projets de réforme du système judiciaire de la coalition, à Tel Aviv, le 27 mai 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
  • Des manifestants brandissant des drapeaux lors d'un rassemblement de protestation contre les projets de réforme du système judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 27 mai 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
    Des manifestants brandissant des drapeaux lors d'un rassemblement de protestation contre les projets de réforme du système judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 27 mai 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
  • Des manifestants soulevant des drapeaux lors d'un rassemblement de protestation contre les projets de réforme du système judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 27 mai 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
    Des manifestants soulevant des drapeaux lors d'un rassemblement de protestation contre les projets de réforme du système judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 27 mai 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
  • Des manifestants brandissant une affiche se moquant du gouvernement lors d'une manifestation contre les projets de réforme du système judiciaire de la coalition, à Tel Aviv, le 27 mai 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
    Des manifestants brandissant une affiche se moquant du gouvernement lors d'une manifestation contre les projets de réforme du système judiciaire de la coalition, à Tel Aviv, le 27 mai 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
  • Des milliers d'Israéliens manifestant contre le projet de réforme du système judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 27 mai 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
    Des milliers d'Israéliens manifestant contre le projet de réforme du système judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 27 mai 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
  • Des milliers d'Israéliens protestant contre le projet de réforme du système judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 27 mai 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
    Des milliers d'Israéliens protestant contre le projet de réforme du système judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 27 mai 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans tout le pays contre le projet de réforme du système judiciaire du gouvernement pour la 21e semaine consécutive dans la nuit de samedi à dimanche, quelques jours après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que le processus législatif de la réforme reviendrait à l’ordre du jour suite à l’adoption récente du budget de l’État 2023-24.

Après plusieurs semaines de manifestations, qui ont mis l’accent sur des questions autres que la réforme elle-même, notamment le budget et l’égalité, les organisateurs des manifestations se sont de nouveau concentrés sur le désir de la coalition de réduire radicalement le pouvoir de la Haute Cour de justice.

Des manifestations ont été organisées dans tout le pays, la principale ayant eu lieu rue Kaplan à Tel Aviv. La Douzième et la Treizième chaînes ont rapporté que quelque 80 000 personnes avaient participé au rassemblement.

Cette participation est similaire à celle de la semaine dernière, alors que les manifestations précédentes avaient attiré deux ou trois fois plus de participants.

Parmi les orateurs figuraient l’ancien ministre de la Défense Moshe Yaalon, la cheffe de fil de la manifestation Shikma Bressler et Shay Bramson de Havruta, une organisation qui travaille avec des membres de la communauté LGBTQ+ observant la religion. Les discours ont commencé après 20h30 pour permettre aux observateurs du Shabbat de participer.

Des milliers de personnes ont également participé à des rassemblements à Jérusalem, Beer Sheva, Raanana, Kfar Saba, Netanya, Hod Hasharon, Ness Ziona, Rehovot, Zichron Yaakov, Karmiel et Karkur.

Le processus législatif est gelé depuis la fin du mois de mars, Netanyahu ayant déclaré qu’il donnait une chance aux pourparlers avec l’opposition, sous les auspices du président Isaac Herzog, pour tenter de trouver un compromis largement accepté pour la réforme judiciaire. Mais les mois de discussions n’ont pas abouti, et la pression s’est accrue au sein de la coalition pour reprendre le processus législatif.

Netanyahu a déclaré mercredi que la réforme était « bien sûr » de nouveau à l’ordre du jour. « Nous poursuivrons bien sûr nos efforts pour parvenir à un large consensus, dans la mesure du possible, sur la question de la réforme judiciaire », a-t-il toutefois ajouté plus tard dans la journée.

La cheffe du parti Avoda, Merav Michaeli, a été la principale oratrice du rassemblement de Karkur, auquel ont participé environ 2 000 personnes, selon le site d’information Ynet. Vers la fin de son intervention, certains membres de la foule ont commencé à la malmener, lui reprochant la détérioration du parti Avoda dans les sondages, de nombreuses enquêtes montrant qu’il ne remporterait aucun siège à la Knesset si les élections avaient lieu aujourd’hui.

Les organisateurs de la manifestation se sont par la suite excusés auprès d’elle pour le chahut, et Michaeli a publié une déclaration disant qu’elle restait engagée dans la voie politique qu’elle avait choisie.

S’adressant au rassemblement à Ness Ziona, l’ancien chef d’état-major de l’armée israélienne, Dan Halutz, a affirmé que Netanyahu cherchait à « établir une dictature » en Israël. « Nous ne le permettrons pas. »

À Tel Aviv, Yaalon a déclaré aux manifestants que le budget approuvé par la Knesset cette semaine était « un budget pour une dictature ».

« Nous sommes ici pour dire haut et fort : Israël ne sera pas une dictature, seulement une démocratie. Nous n’oublierons pas vos mensonges répétés et la machine à venin que vous avez construite », a-t-il déclaré.

À Beer Sheva, Limor Livnat, ancienne ministre de l’Éducation du Likud, a félicité les manifestants de s’être mobilisés contre le gouvernement « arrogant, opaque et dangereux » et ses projets.

« Certains pensaient que c’était fini, que nous avions gagné, mais il y a trois jours, une seconde après l’adoption du budget, Netanyahu a clairement déclaré que ce qu’il appelle la ‘réforme judiciaire’ reviendrait. Nous ne pouvons pas baisser la garde », a-t-elle déclaré.

« Ils me traitent de gauchiste et de traîtresse et m’insultent. Le Likud n’est plus ma maison. »

Le chef du parti d’opposition HaMahane HaMamlahti, Benny Gantz, a déclaré aux manifestants à Hod Hasharon qu’ils avaient réussi à « arrêter le galop d’Israël vers le désastre ».

« Nous ferons tout pour parvenir à des accords tout en protégeant nos principes afin de préserver la démocratie israélienne », a-t-il déclaré.

https://twitter.com/DanKotliar/status/1662492863509217280

Lors de la manifestation de Haïfa, à laquelle ont participé plusieurs milliers de personnes, une participante a déclaré au quotidien Haaretz qu’un policier lui avait ordonné de retirer sa pancarte, sur laquelle figurait le dessin d’un drapeau palestinien. Les drapeaux palestiniens ne sont pas illégaux, mais la police a toute latitude pour les retirer lors des manifestations. La coalition tente également de faire avancer un projet de loi qui interdirait les drapeaux palestiniens.

Dans une interview accordée samedi à l’émission « Rencontre avec la presse » de la Douzième chaîne, Gadi Eisenkot, ancien chef d’état-major de Tsahal et numéro 3 du parti HaMahane HaMamlahti, a salué les efforts de Herzog dans les négociations de compromis qu’il dirige, mais a déclaré que l’absence de progrès nécessitait une nouvelle voie à suivre.

« Je considère, qu’après deux mois de négociations, nous devons faire ce qui est le mieux pour l’État d’Israël, c’est-à-dire retirer ‘l’arme’ de la table pendant au moins un an », a-t-il déclaré, ce qui signifie que les projets législatifs devraient être suspendus pendant une telle période.

Eisenkot a décrit un processus qui, selon lui, devrait commencer le 15 juin, notamment la nomination d’une « commission publique convenue » pour présenter un accord de réforme dans un délai d’un an.

Le député Gadi Eisenkot assistant à une discussion à la Knesset, à Jérusalem, le 22 novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

La pièce maîtresse de ce remaniement est une loi qui donnerait aux coalitions gouvernementales un contrôle étendu sur l’écrasante majorité des nominations judiciaires en Israël, en donnant à la coalition une majorité intrinsèque au sein de la commission de sélection des juges.

Le projet de loi est sur le point d’être adopté et peut être soumis à un vote final en séance plénière de la Knesset à tout moment.

Cependant, une telle action est presque certaine de conduire à une reprise de l’agitation publique intense, comme on l’a vu pour la dernière fois avant que le processus législatif ne soit gelé à la fin du mois de mars pour faire place à des négociations de compromis.

Yesh Atid a annoncé qu’il exigerait que la commission de sélection des juges se réunisse avant la fin du mois de juin et que les partis choisissent leurs représentants au sein de la commission avant le 15 juin, fixant ainsi une date limite de facto pour les négociations de compromis. Le parti a déclaré que la députée Karine Elharrar serait son choix en tant que représentante de l’opposition au sein de la commission.

Dans le même temps, les leaders de la contestation ont appelé vendredi le défilé « Celebrate Israel » de New York, qui doit avoir lieu le 4 juin, à annuler la participation des ministres du gouvernement israélien.

Des centaines de manifestants se sont rassemblés près de la résidence de Netanyahu à Jérusalem pour souligner l’apparente dégradation des relations avec les États-Unis.

Les manifestants ont brandi des drapeaux israéliens et américains tout en accusant Netanyahu de prendre ses distances avec le principal allié du pays, alors que l’ennemi juré, l’Iran, s’efforce d’obtenir des armes nucléaires.

Des manifestants contre la réforme judiciaire du gouvernement, devant la résidence du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 25 mai 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Fait inhabituel, Washington n’a toujours pas invité Netanyahu en visite officielle depuis que ce dernier a formé sa coalition de droite, religieuse et d’extrême-droite à la fin de l’année dernière. Washington a fait part de ses inquiétudes suite à des propos tenus par des éléments extrémistes et face au plan de réforme du système judiciaire israélien.

Des échauffourées mineures ont éclaté entre la police et les manifestants.

La police israélienne a déclaré qu’elle avait repoussé les quelques centaines de manifestants après qu’ils eurent pénétré dans la zone tampon autour de la résidence, dans la rue Azza (Gaza) de la capitale, et qu’ils eurent ignoré les instructions de dégager la route. Deux manifestants ont été arrêtés et interrogés.

Si les manifestants se sont jusqu’à présent concentrés sur l’opposition au projet de réforme du gouvernement, ils ont également attiré l’attention, ces dernières semaines, sur les sommes considérables allouées aux partis de la coalition dans le cadre du dernier budget de l’État.

Des milliers de personnes se sont rassemblées à Jérusalem mardi dernier, alors que la Knesset se réunissait pour voter le budget, les manifestants accusant le gouvernement de « piller » l’argent de l’État pour tenter de maintenir sa coalition.

La semaine dernière, un des principaux architectes de la réforme a déclaré que la coalition continuerait à faire avancer les projets de loi du paquet de réformes pendant la législature actuelle de la Knesset, même si aucun accord n’est conclu dans le cadre des négociations de compromis.

Le député Simcha Rothman (HaTzionout HaDatit ), président de la commission de la Constitution, du Droit et de la Justice de la Knesset, a déclaré à la Douzième chaîne que l’une de ces lois pourrait être le projet de loi très controversé visant à accorder aux politiciens de la coalition un contrôle presque exclusif sur la nomination des juges.

Les opposants affirment que ce projet affaiblira radicalement le caractère démocratique d’Israël, supprimera un élément clé de l’équilibre des pouvoirs et laissera les minorités sans protection. Ses partisans assurent qu’il s’agit d’une réforme indispensable pour mettre un frein à l’activisme de la Cour.

Selon un article non sourcé publié mercredi, Netanyahu procédera à des remaniements au sein du bureau du procureur de l’État et du bureau de la procureure générale si les négociations de sa coalition avec l’opposition sur la réforme du système judiciaire échouent.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.