Des élus américains évoquent la reprise des aides aux Palestiniens
Rechercher

Des élus américains évoquent la reprise des aides aux Palestiniens

En visite au sein de l'Etat juif, des membres du Congrès américain ont débattu de la solution à deux Etats et fêté le 4 juillet à l'ambassade de Jérusalem

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Une délégation bipartisane de membres américains de la Chambre des représentants en visite en Israël et en Cisjordanie en juillet 2019 (Autorisation)
Une délégation bipartisane de membres américains de la Chambre des représentants en visite en Israël et en Cisjordanie en juillet 2019 (Autorisation)

WASHINGTON — Une délégation bipartisane constituée de membres de la Chambre américaine s’est rendue cette semaine en Israël et en Cisjordanie. Elle a rencontré des responsables de l’Autorité palestinienne pour évoquer les efforts législatifs à mettre en place pour la reprise des aides versées par les Etats-Unis aux Palestiniens, abandonnées par l’administration Trump.

Les membres du Congrès ont également évoqué cette possibilité avec des responsables israéliens, a précisé le démocrate Ted Deutch, représentant de la Floride, qui a commenté cette visite.

« Pendant notre voyage, nous avons discuté des initiatives législatives qui permettraient de rétablir les aides économiques et sécuritaires américaines qui aideraient à renforcer la stabilité et la sécurité pour les Israéliens et pour les Palestiniens et à encourager les chances de paix israélo-palestinienne », a dit Deutch dans une déclaration faite vendredi.

La délégation a rencontré le Premier ministre de l’AP, Mohammad Shtayyeh, et des hommes d’affaires palestiniens à Ramallah.

« Nous avons discuté de la politique américaine, des perspectives de paix et de développement économique ainsi que des efforts à faire pour améliorer la situation des Palestiniens en Cisjordanie et à Gaza », a ajouté Deutsch.

Depuis que le président américain Donald Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et qu’il a transféré l’ambassade des Etats-Unis dans la ville sainte, les Palestiniens se sont refusés à communiquer avec la Maison Blanche. En réponse, l’administration Trump a coupé les aides versées à l’AP, à l’agence de l’ONU responsable des réfugiés palestiniens, aux hôpitaux de Jérusalem-est et aux programmes de coexistence israélo-palestiniens.

Au mois d’avril, les démocrates du sénat ont présenté une résolution visant à restaurer les fonds de l’aide humanitaire aux Palestiniens.

Ces derniers ont par ailleurs boycotté le récent sommet qui avait été organisé par l’administration Trump au Bahreïn, au cours duquel elle a dévoilé le volet économique de son plan de paix très attendu.

Les membres du Congrès ont également rencontré de hauts-responsables israéliens et notamment le Premier ministre Benjamin Netanyahu et les dirigeants de Kakhol lavan, Benny Gantz et Yair Lapid.

Une délégation bipartisane du congrès américain rencontre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, au mois de juillet 2019 (Autorisation)

Deutch a expliqué que le groupe avait discuté au cours de plusieurs réunions « des perspectives d’une solution à deux Etats et de ma certitude continue que deux Etats – un Etat juif sûr et un Etat palestinien démilitarisé – définis par le biais de négociations directes entre Israël et les Palestiniens doit rester l’objectif poursuivi par les Américains, les Israéliens et les Palestiniens ».

Cette visite est survenue alors que l’administration Trump refuse d’approuver explicitement la solution à deux Etats, qualifiant le terme d’inutile.

Parmi les autres membres du Congrès de la délégation, le représentant républicain de Floride Gus Bilirakis, le représentant démocrate du Texas Henry Cuellar, le représentant républicain du Texas Randy Weber, la représentante démocrate de l’Illinois Cheri Bustos, la représentante républicaine de Samoa Aumua Amata Coleman Radewagen, le représentant démocrate de Californie Scott Peters, la représentante républicaine de Puerto Rico Jenniffer Gonzalez-Colon, la représentante démocrate de New York Kathleen Rice et le représentant démocrate de Floride Darren Soto.

Israël se dirige vers un nouveau scrutin après l’échec de Netanyahu à former un gouvernement à l’issue de sa victoire électorale remportée au mois d’avril.

A la veille de ce premier vote, Netanyahu avait juré d’élargir la souveraineté israélienne aux implantations de Cisjordanie. Ce qui, selon les critiques, empêcherait dans les faits la mise en place d’une solution à deux Etats.

L’administration Trump avait fait part de son soutien tacite à une telle idée. Au mois de juin, l’ambassadeur américain en Israël, David Friedman, avait déclaré au New York Times qu’Israël avait « le droit de conserver certaines parties de la Cisjordanie » mais « probablement pas toutes ».

La délégation du Congrès a aussi rencontré Friedman, avec qui elle a célébré la fête du 4 juillet.

« Nous avons rencontré l’ambassadeur David Friedman et le personnel de l’ambassade pour entendre directement de la bouche d’officiels américains la vigueur et la profondeur de nos relations bilatérales », a dit Deutch.

« Nous avons aussi été honorés de nous rendre à la première cérémonie de la journée de l’Indépendance accueillie à Jérusalem par l’ambassade américaine », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...