Des groupes juifs fustigent un évènement de Spencer dans une université du Texas
Rechercher

Des groupes juifs fustigent un évènement de Spencer dans une université du Texas

Le suprématiste blanc est “l’un des pires semeurs de haine” du pays, selon Ronald Lauder, qui appelle Texas A&M à annuler le rassemblement

Richard Spencer, suprématiste blanc qui dirige un think-tank à Washington, le National Policy Institute. (Crédit : capture d'écran YouTube via JTA)
Richard Spencer, suprématiste blanc qui dirige un think-tank à Washington, le National Policy Institute. (Crédit : capture d'écran YouTube via JTA)

Des organisations et des dirigeants juifs ont appelé une université du Texas à ne pas autoriser le fondateur d’un think-tank suprématiste blanc à s’exprimer sur le campus.

Richard Spencer, qui a récemment critiqué les juifs pendant une conférence de la droite alternative organisée à Washington, D.C., pendant laquelle des participants ont réalisé des saluts nazis, doit s’exprimer à un évènement privé organisé sur le campus de l’université Texas A&M le 6 décembre prochain.

Un représentant de l’université a déclaré que l’université n’était pas d’accord avec les opinions de Spencer, et qu’elle ne l’avait pas invité à parler, mais que des individus ont le droit d’utiliser l’espace de l’université publique, selon le Battalion, un journal étudiant.

« Notre direction trouve que ses opinions, telles qu’exprimées à ce jour, sont en conflit direct avec nos valeurs fondamentales », a déclaré Amy Smith, vice-présidente de l’université et directrice du marketing.

« Des citoyens privés ont le droit de réserver des espaces disponibles pour le public puisque nous sommes une université publique, et c’est le cas ici. »

La police interrompt des affrontements entre manifestants et activistes de la droite alternative devant la conférence organisée par le National Policy Institute à Washington, D.C., le 19 novembre 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)
La police interrompt des affrontements entre manifestants et activistes de la droite alternative devant la conférence organisée par le National Policy Institute à Washington, D.C., le 19 novembre 2016. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Spencer a été invité par un ancien étudiant, avec d’autres nationalistes blancs, a rapporté le Battalion.

Le New York Times avait qualifié Spencer d’ « idéologue meneur du mouvement de la droite alternative », un mouvement d’extrême-droite aux contours flous dont les partisans s’attachent au nationalisme blanc, expriment un sentiment anti-immigration, de l’antisémitisme et un mépris pour le « politiquement correct ».

Le rabbin Matt Rosenberg, qui dirige le groupe Hillel du campus, a appelé mardi les abonnés de son compte Twitter à signaler l’évènement, en partageant un lien vers une page internet du site de l’université qui rend hommage à la diversité du campus et condamne le racisme.

« Je pense que la vaste majorité des étudiants, même si le corps étudiant est plutôt conservateur, ils sont définitivement opposés aux individus comme [Spencer] », a déclaré Rosenberg au Houston Chronicle.

La Ligue anti-diffamation (ADL) a publié mercredi un communiqué dans lequel elle se dit « préoccupée » par le discours prévu de Spencer, et a exhorté la population à ne pas assister à l’évènement.

Ronald Lauder, président du Congrès juif mondial, a appelé Texas A&M à annuler l’évènement.

Opponents claim US billionaire Ronald Lauder attempted to inappropriately influence the outcome of elections held by European Jewish organizations. (Miriam Alster/Flash90)
Ronald Lauder, président du Congrès juif mondial. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

« Cet homme est l’un des pires semeurs de haine des Etats-Unis, et ses autres idées sectaires sont écœurantes. J’exhorte l’université à lui interdire l’accès à toutes les installations du campus », a déclaré Lauder jeudi dans un communiqué.

Spencer était le dernier orateur d’une conférence de la droite alternative organisée la semaine dernière à Washington, D.C., par son think-tank, le National Policy Institute.

Pendant son discours, Spencer avait suggéré que les médias d’information avaient critiqué Donald Trump, quand il était le candidat républicain à l’élection présidentielle, dans le but de protéger les intérêts juifs, et s’était référé aux commentateurs politiques comme à des « golems sans âme ».

Alors que Spencer terminait de parler, plusieurs membres du public avaient fait des saluts nazis, et crié « Hail à la victoire ! », selon le New York Times.

Le président américain élu Donald Trump avait ensuite désavoué l’évènement, et déclaré qu’il ne souhaitait pas « dynamiser » les suprématistes blancs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...