Rechercher

Des hackers divulguent de « nouveaux » documents sur le chef du Mossad

Le groupe « Open Hands » a publié des fichiers sur les salaires et les impôts de 2020 qui appartiendraient à David Barnea  provenant d'un vieux téléphone appartenant à sa femme

Les photos du chef du Mossad David Barnea sur une vidéo publiée sur une chaîne Telegram, le 16 mars 2022. (Crédit : Capture d'écran)
Les photos du chef du Mossad David Barnea sur une vidéo publiée sur une chaîne Telegram, le 16 mars 2022. (Crédit : Capture d'écran)

Une chaîne Telegram a publié une vidéo qui appartiendraient au chef du Mossad, David Barnea, quelques jours après la publication d’une vidéo contenant d’autres informations personnelles ainsi que des photos.

Selon des médias en hébreu non sourcés cette semaine, un vieux téléphone appartenant à la femme de Barnea a été piraté par un groupe, apparemment lié à l’Iran. Les médias ont indiqué qu’il n’y avait aucune information sensible sur le téléphone qui pourrait potentiellement nuire à la sécurité de l’État.

Samedi, la chaîne « Open Hands » a publié les documents salariaux et fiscaux de Barnea de 2020, alléguant que les informations étaient « nouvelles ».

« Il paraît que la fiche du paye du directeur du Mossad se retrouve dans le ‘VIEUX TELEPHONE’ de sa femme ! M. Bernea [sic], envoient-ils vos NOUVEAUX documents sur l’ANCIEN téléphone de votre femme ? ? Êtes-vous sûr que la fuite provient uniquement du ‘VIEUX TÉLÉPHONE’ de votre femme ? » a questionné le groupe dans un message sur Telegram.

Parmi les documents se trouvait le formulaire 106 de Barnea, une déclaration annuelle de salaire et d’informations fiscales de son employeur, le bureau du Premier ministre.

Aucun commentaire sur les nouveaux documents n’a été fait par le cabinet du Premier ministre.

Mercredi, « Open Hands » a publié une vidéo – accompagnée par des traductions en anglais, en hébreu et en arabe – montre plusieurs photos personnelles, des billets d’avion au nom de Barnea, sa carte d’identité, des documents fiscaux adressés à son épouse et des images satellites qui seraient celles de son domicile privé à Hod Hasharon, une ville du centre du pays.

Un clip de Barnea faisant des grimaces, apparemment pendant une discussion privée, apparaît aussi pendant la vidéo.

Le groupe a affirmé qu’il avait commencé son opération de surveillance contre Barnea en entrant dans les bases de données de la bibliothèque locale de la ville, ajoutant que davantage de documents sur le chef du Mossad seraient bientôt mis en ligne.

Le bureau du Premier ministre a déclaré mercredi au nom du Mossad que le téléphone de Barnea n’avait pas été piraté et que « les documents en question sont anciens », sans donner davantage de détails.

La chaîne « Open Hands » n’a pas dévoilé d’où le groupe était originaire, mais certains médias israéliens ont immédiatement pointé l’Iran du doigt. Nour News, un site internet lié aux Gardiens de la révolution iraniens, a aussi publié les détails de cette fuite de documents.

Ce n’est pas la première fois que des pirates iraniens diffusent des informations personnelles volées sur des personnalités ou des entités qu’ils prennent pour cible.

Un groupe de pirates informatiques liés à l’Iran, Black Shadow, avait visé un hébergeur israélien, l’année dernière, fermant temporairement un certain nombre de sites et volant les données des utilisateurs d’Atraf, un site de rencontres entre membres de la communauté LGBT. Certaines données avaient été ultérieurement rendues publiques.

Black Shadow a également volé un important volume de données personnelles à la compagnie d’assurance israélienne Shirbit en 2020 avant de les revendre sur le dark web quand l’entreprise avait refusé de verser une rançon.

Cela fait des années qu’Israël et l’Iran s’opposent dans une guerre informatique largement souterraine, qui ne remonte à la surface qu’occasionnellement.

Lundi soir, les sites du gouvernement israélien ont été inaccessibles pendant plus d’une heure en raison d’une cyber-attaque majeure, qui a vraisemblablement également été attribuée à l’Iran par les médias israéliens.

Des responsables israéliens avaient, par le passé, accusé l’Iran d’avoir tenté de pirater le système d’approvisionnement en eau d’Israël en 2020.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...