Des Israéliens au Tombeau de Joseph malgré la fin de la coopération avec l’AP
Rechercher

Des Israéliens au Tombeau de Joseph malgré la fin de la coopération avec l’AP

Aucun incident irrégulier n'a été signalé alors que 150 personnes ont participé à la prière mensuelle au Tombeau de Joseph dans la zone contrôlée par l'AP

Des soldats israéliens sécurisent des pèlerins juifs au Tombeau de Joseph, près de Naplouse, en Cisjordanie, le 29 juillet 2019. (Armée israélienne)
Des soldats israéliens sécurisent des pèlerins juifs au Tombeau de Joseph, près de Naplouse, en Cisjordanie, le 29 juillet 2019. (Armée israélienne)

Dans la nuit de mercredi, environ 150 Israéliens se sont rendus au Tombeau du Joseph, un lieu saint situé à l’intérieur d’une zone de la Cisjordanie sous contrôle total des Palestiniens. La visite a eu lieu alors que l’Autorité palestinienne avait déclaré le mois dernier qu’elle coupait tous les liens de coopération sécuritaire avec Israël.

Le pèlerins ont été escortés, comme d’habitude, par des soldats israéliens, a fait savoir l’armée. Tsahal a indiqué qu’il y a pas eu « d’incidents irréguliers » lors de la visite et des prières, les premières depuis février dernier.

On a pourtant signalé de légères échauffourées entre les émeutiers palestiniens, qui ont lancé des pierres, et les soldats israéliens, qui ont répondu avec des armes anti-émeutes.

Les forces de sécurité palestiniennes qui protègent l’enceinte, située juste autour de Naplouse, ont quitté le site avant que le groupe israélien n’arrive. Ils sont ensuite revenus dix minutes après que les Israéliens sont partis, a rapporté le site internet Ynet. Ils sont arrivés juste à temps pour empêcher un groupe de Palestiniens de mettre le feu au bâtiment, expliquait l’article.

Des Israéliens sont autorisés par Tsahal à réaliser des visites presque mensuelles du Tombeau. Ces visites sont menées sous haute protection militaire.

La visite était la première depuis la fin du confinement du coronavirus et la première depuis que le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a annoncé qu’il mettait un terme à la coopération sécuritaire avec Israël. On ne sait pas précisément jusqu’à quel niveau la coordination sécuritaire a effectivement été gelée.

Le président de l’AP, Mahmoud Abbas, dirige une réunion de dirigeants à son siège de Ramallah, en Cisjordanie, le 19 mai 2020. (Alaa Badarneh/Pool via AP)

Le 21 mai, Abbas a déclaré que l’AP avait « dissous » tous les accords avec Israël et les Etats-Unis.

Abbas a dit que sa déclaration intervenait en réaction aux violations israéliennes répétées de ces accords.

Il faisait notamment référence à l’annexion unilatérale prévue de certaines parties de la Cisjordanie par Israël. Il avait déclaré que ses forces de sécurité coupaient leurs liens avec l’armée israélienne.

Il s’est ensuite avéré que sa déclaration était exagérée, dans la mesure où une certaine coordination a continué malgré cette annonce forte, même si la coopération a été plus réduite que la normale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...