Des lycéens juifs du Connecticut se sentent en danger dans leur école
Rechercher

Des lycéens juifs du Connecticut se sentent en danger dans leur école

Parmi les actes présentés par les élèves, des déclarations comme "Ces Juifs méritent la mort" ainsi que des croix gammées dessinées et gravées dans les murs du lycée

Le lycée Amity de Woodbridge, dans le Connecticut (Capture d'écran : Google Maps)
Le lycée Amity de Woodbridge, dans le Connecticut (Capture d'écran : Google Maps)

Les élèves d’un lycée du Connecticut affirment avoir subi une haine antisémite et ne pas se sentir en sécurité.

Environ 50 adolescents inscrits au lycée Amity High de Woodbridge, en majorité des Juifs, se sont rendus lundi soir à une réunion du conseil d’administration. Certains ont pleuré en évoquant les violences qu’ils ont subies de la part d’autres lycéens impliqués dans une activité sportive scolaire.

Tandis que les élèves ont noté que l’antisémitisme s’était développé ces dernières années au sein d’Amity High, ils ont accusé les responsables de l’établissement de n’avoir rien fait pour contrer ce problème, a fait savoir le New Haven Register.

Parmi les actes présentés par les élèves, des déclarations comme « Ces Juifs méritent la mort » et « c’est nous, les nazis », ainsi que des croix gammées dessinées et gravées dans les murs du lycée. Des habitations de familles juives du secteur ont également été vandalisées et bombardées d’oeufs.

Les lycéens ont indiqué ne pas se sentir en sécurité lorsqu’ils arborent des symboles juifs ou des tee-shirts portant le nom d’organisations communautaires.

Suite à cette réunion, le directeur intérimaire des écoles, James Connelly, a diffusé une lettre à la communauté scolaire dans laquelle il a promis que le district « ne tolérera pas ce type de harcèlement, enquêtera et imposera des mesures disciplinaires aux étudiants qui montrent un comportement inacceptable. Nous coopérerons et nous nous coordonnerons avec le département de la police locale pour certaines de ces enquêtes ».

La lettre a ajouté que le district établirait un partenariat avec les leaders et les groupes religieux, tels que la Ligue Anti-Diffamation, pour s’attaquer au problème.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...